Suite à la libération de l'ancien Député des Cayes et de l'Ile-à-Vache, Jean Fénel Thanis, le Ministre de la Justice et de la Sécurité Publique, Me Lucmanne Délile a mis en disponibilité sans solde, le Magistrat Wilner Eliassaint, Substitut du Commissaire du Gouvernement parquet près le tribunal de Première Instance de la Croix-des-Bouquets, en attendant les résultats de l'enquête enclenchée autour de son implication présumée dans les faits de corruption liée à cette libération.

 

 

 

Également, les sanctions du Ministre de la Justice concernent Sary Romain Commis Parquet au tribunal de Première Instance de la Croix-des-Bouquets. 

 

 

 

Réagissant à cette libération spectaculaire, le défenseur de droits humains, Me Maitre Gédéon Jean, a qualifié de scandaleuse, cette libération qui, selon lui, a été faite en dehors de la loi.

 

 

 

Jean Fénel Thanis a été arrêté en mars 2019 à Ganthier en possession de plus de 400 kilogrammes de marijuana. Les faits de trafic illicite et de détention de stupéfiants lui sont reprochés.

 

 

 

 

 

Le président de la plateforme nationale du secteur populaire haïtien (PLANSPA), Dieudonné Lhérisson, a appelé jeudi l’opposition à faire une trêve en vue de permettre à tous les secteurs de se concentrer sur le nouveau Coronavirus. Deux cas avérés ont été officiellement enregistrés jeudi dans le pays.

 

 

 

La population est au-dessus de tous, affirme Dieudonné Lhérisson qui soutient que sans elle, il n’y a ni opposition, ni pouvoir, ni société civile ni secteur privé des affaires.

 

 

 

Tous les secteurs doivent se concentrer sur la sensibilisation et les mesures d’accompagnement à la population notamment les citoyens vivant dans les quartiers populaires, dans les communes et les sections communales ainsi que dans les marchés publics, ajoute celui qui effectue une maitrise en population et développement.

 

  

 

Les 200 lits qui le gouvernement affirme disposer pour recevoir les personnes atteintes de la maladie ne sont pas suffisants, souligne M. Lhérisson qui invite le gouvernement à définir des stratégies, de concert avec les syndicats des évoluant dans le domaine du transport en commun pour réduire les risques de propagation de la maladie.

 

 

 

Le professeur Lhérisson invite les citoyens à respecter les principes d’hygiène et les consignes des autorités sanitaires compétentes.

 

   

 

Des médecins qui ont pris part à la conférence ont appelé les citoyens à respecter les principes d’hygiène pour mieux combattre la maladie. Les personnes en âge avancé ou malades sont parmi les plus exposées, ont-ils fait remarquer.

 

 

 
 
 
Accompagné de la première dame et des membres du comité d'organisation du carnaval, le président de la République, Jovenel Moïse, a effectué une visite sur le stand de la mairie de Port-au- Prince, à l'occasion du 4e dimanche des exercices pré-carnavalesques à la surprise de plus d'un.
 
 
 
Le locataire du Palais national qui a discuté avec le maire de Port-au-Prince, Youri Chévry , s'est prononcé sur l'organisation du carnaval 2020 et sur les mesures de sécurité y relatives. Jovenel Moïse a, une fois de plus appelé les Haïtiens à "vivre ensemble pour faire avancer le pays".
 
 
 
"Le président de la République et le maire sont deux élus qui ont la responsabilité de servir la population", a insisté Jovenel Moïse pour ainsi couper court aux rumeurs qui laissent croire que des différends existeraient entre la présidence et la mairie de Port-au- Prince.
 
 
Tout en réitérant l'engagement de son administration, par le biais du comité d'organisation du carnaval 2020, à permettre le bon déroulement du carnaval, le premier citoyen de la nation a salué les mesures prises par la municipalité pour rendre possible la tenue de l'une des plus grandes manifestations culturelles du pays qui se tiendra cette année les 23, 24 et 25 février 2020 sous le thème "Pote kole pou Ayiti dekole".
 
 
 
 
Jean Witchy Junior Augustin

 

 

Les Responsables du diocèse des Gonaïves n'étaient pas en mesure de confirmer la participation ou non du Président Jovenel Moïse pour le Mercredi 1er Janvier, marquant le 216e anniversaire de l’indépendance d'Haïti. Des voix s'étaient élevées contre une éventuelle présence du chef de l'Etat dans la cité de l'indépendance pour participer à une traditionnelle Messe à la Cathédrale des Gonaïves avant de prononcer sur la place d'armes son discours de début d'année. un groupe de jeunes avait même adressé une correspondance à l’Évêque des Gonaïves Monseigneur Yves Marie Péan.

 

Des courants hostiles au pouvoir de Jovenel Moïse avaient mis en défi le chef de l'Etat de venir s'adresser le 1er Janvier aux Gonaïves, dans le haut Artibonite. Ces opposants réclament tout simplement la démission du locataire du palais national pour éviter un bain de sang dans la cité. Plusieurs manifestations antigouvernementales ont eu lieu ces dernières semaines pour demander le départ du Président et sa mise en accusation dans le cadre du dossier Petrocaribe.

 

 Aucune information officielle n'a été diffusée sur la participation ou non du chef de l'Etat aux traditionnelles activités marquant l'indépendance du pays pour la 216e année. Entre-temps, l'opposition radicale continue d'appeler à la mobilisation contre le pouvoir de Jovenel Moïse jetant un véritable flou sur la réouverture des classes pour le mois de Janvier.

 

HPN  

 

 

Enrôlé dans l’armée américaine depuis 2013, Charles Hubert Zamor, natif des Gonaïves, ressent encore un attachement profond et solide à ses racines haïtiennes. Alors qu’il a dû quitter le pays à cause des difficultés rencontrées pour joindre les deux bouts malgré son statut de journaliste, il devient capitaine dans l’armée américaine, en août 2020, avec un parcours académique ne comptant pas moins de deux maîtrises obtenues respectivement en Sciences Administratives (2016) et en Leadership (2017)  et une License en Criminologie (2013). Un périple qui, selon lui,  n’est qu’à son début.

Lire la suite...

 

 

Par Idson Saint-Fleur 

 

C’est ce samedi 25 juillet 2020 que seront chantées, à Thorland, dans la commune de Carrefour, les funérailles du Révérend Père Hector Pascal (70 ans) qui s’est éteint cinq jours plus tôt. Depuis quelques années, avec un courage exemplaire, il se battait contre une insuffisance rénale chronique qui l’empêchait de vaquer normalement à ses occupations. Il était l’une des figures emblématiques de la grande famille salésienne d’Haïti au cours des vingt à vingt-cinq dernières années.

 

Né au Haut-Coq-Chante, localité communale de  Jacmel, le 21 février  1950, Hector Pascal a évolué à Pétion-Ville. Il a fait ses études primaires à l’Ecole Dominique Savio de 1958 à 1965, puis les classes du secondaire au Lycée François Duvalier (ci-après Lycée national de Pétion-Ville) de 1965 à 1970 avant de pouvoir entamer en 1971 son cheminement chez les Salésiens. Huit ans plus tard, soit le 13 mai 1979, il est ordonné diacre, et au cours de cette année, cinq mois après (13 octobre 1979) a eu lieu son ordination sacerdotale lors d’une cérémonie déroulée à l’église Saint-Jean Bosco de La Saline à laquelle a présidé Mgr. Frantz Colimon qui officiait à l’époque comme évêque coadjuteur du diocèse de Port-de-Paix. 

 

Cette vie religieuse lui a donné les plus belles occasions de sa vie pour servir Dieu tout en se mettant joyeusement au service d’une bonne partie de la jeunesse nationale, celle que ses frères de congrégation, pétris de philosophie humaniste et de solidarité chrétienne  - admirables fils de Don Bosco – cherchent à faire sortir des bas-fonds de la pauvreté par l’éducation et la formation professionnelle.

 

 En 1979, il est revenu à Pétion-Ville comme Premier Responsable de l’Ecole  Dominique Savio. Il gardait cette charge jusqu’en 1984. Dans le courant de cette même année, il est nommé directeur de la Fondation Vincent. Ainsi de suite, il est chargé et déchargé de responsabilités au sein de la congrégation des Salésiens.

 

 Le Père Hector semblait connaître par cœur ses vers du poète haïtien Thoby VIEUX, tant il œuvrait avec un sens aigu de bonté humaine pour les mettre en application dans toutes les communautés salésiennes où il est passé (Pétion-Ville, ENAM-La Saline, Cap-Haïtien, Drouillard, Gressier…), principalement dans les communautés qu’il a fondées, à savoir Fort-Liberté (2002), Gonaïves (2006) et le post noviciat de Fleuriot dont il s’est occupé de 1994 à 1998 avec l’art total d’un jardinier minutieux qui n’est jamais fatigué de sarcler, bêcher, bouturer, piquer, repiquer, marcotter, de terreauter et de bassiner :

 

« J’aime les humbles

Ceux qui souffrent et qui peinent,

J’aime ceux que les maux les plus tristes engouffrent,

Les humbles, les martyrs de ce siècle infernal.»

 

Le Père Hector était une figure représentative de la congrégation des Salésiens d’Haïti. Cet homme serviable, de taille moyenne, au visage tapissé par une barbe drue mais légère, aimait la vie. Sa vie aussi bien que celle des autres.  

 

C’était à ses suggestions que Mgr Hubert Constant – premier évêque de Fort-Liberté (1991-2003) - avait élevé au rang de paroisse la Chapelle Délivrance érigée non loin de l’Ecole DBTECH de cette ville. En fait, il n’a jamais cessé de chercher Dieu. Le Bon Dieu qui enseigne l’amour vrai. Le Bon Dieu qui demande de Le chercher à travers ceux et celles qui peuplent notre environnement immédiat ; ceux et celles qui souffrent, le plus souvent, de la cupidité, de l’arrogance écrasante et méprisante de beaucoup.

 

Dans sa quête incessante d’humilité et de lumière divine, aux derniers instants de sa vie, le Père Hector, aurait pu reprendre à son compte ses lignes crayonnées par Antoine Apcher de Saint-Flour, inspirées du testament de Louis XVI :

 

« Si jamais ma conduite a pu causer des maux,

Si j’ai fâché quelqu’un et nui mal à propos,

Je le prie instamment d’oublier mes offenses,

Et de ne plus penser à mes inconséquences.»

 

Sur la même lancée, il aurait pu laisser tomber de ses lèvres minces avec toute la sérieuse sérénité qui le caractérisait :

 

« J’abandonne mon âme, et mon corps et mon sang,

Au Dieu dont la bonté m’a tiré du néant,

Le priant d’oublier le trouble qui m’agite,

De ne pas s’arrêter à mon peu de mérite ;

Mais de me mettre au rang de ceux que, par sa mort,

Le Christ a ramenés dans le céleste port.

Tout pécheur que je suis, dans ce désordre extrême,

J’ose élever ma voix vers son trône suprême.

 

Fidèle observateur du dogme de la foi,

Qui fait d’un cœur bien né l’ornement de loi,

Conduit dès le berceau par la vertu chrétienne,

Je meurs dans l’union de l’Eglise romaine. »

 

Le Père Hector, ancien vicaire de la province salésienne d’Haïti, curateur des âmes, infatigable encadreur des jeunes, initiateur des activités de vacances d’été dans les communautés salésiennes,  même s’il n’a jamais été à la conquête d’un quelconque podium ni à la recherche de fleurs, il n’était pas moins un athlète du christianisme vivifiant. Il a couru, non pour lui-même, plutôt pour apporter aux gens du peuple le message d’espérance de Jésus dont le « Populorum Progressio » reste et demeure l’une des plus belles floraisons vaticanes.

 

Le Père Jacques Charles - ancien provincial des Salésiens d’Haïti - a pratiqué durant 40 ans son confrère, aujourd’hui défunt, et il rend de lui ce témoignage :

 « P. Hector était un digne fils de Bon Bosco qui s’est donné pour les jeunes et pour le développement de  la Vice-Province Don Rinaldi d’Haïti. Grand blagueur, tous ceux et celles qui ont connu le P. Hector sont unanimes à reconnaître  qu’il  mérite la béatitude réservée à celui ou celle  qui sait attendre le Seigneur, vivant dans la fidélité à tout ce qui lui avait été confié (…).

 

Le  P. Hector a  bien fait son travail comme chrétien avec son  bon cœur,  aimable, ouvert  à tout le monde : aux enfants comme aux adultes. Un cœur qui s’est fait tout à tous, afin d’être au service de tous. Un cœur d’ascète marqué par l’épreuve de la souffrance, pour lui permettre de comprendre les souffrances et les détresses des autres et leur porter secours.

 

(…)Tous, nous allons manquer son sourire, sa joie, son humour, sa sensibilité, ses blagues.  Mais soyons aussi  assurés que sa mort et son intercession seront fécondes et  apporteront  la bénédiction du Seigneur pour la Vice-Province, sa  famille, ses nombreux amis. Une semence qui fera fleurir l’amour, la fraternité, le pardon  et l’unité dans les familles et les communautés».

 

Le Père Hector Pascal mérite que son nom – donc son engagement – soit connu  de toute la jeunesse salésienne d’Haïti. Son nom se trouve parmi les plus beaux noms de la vice-province Don Rinaldi. Ceux d’autrefois et d’aujourd’hui.

  

        

   

 

 

 

 

EN HAÏTIAu cours d’une mission d’évaluation des besoins techniques, le Service maritime et de navigation d’Haïti (SEMANAH) a signé l’adhésion nationale à l’IALA. Il s'agit d'une étape importante pour améliorer encore le système de fourniture d'aides à la navigation maritime en Haïti, dans le but d'atteindre la norme internationale. En raison de la pandémie de Covid-19, l'expert IALA WWA, Mme Gerardine Delanoye, a dû retourner en Europe au milieu de cette mission et n'a pas pu terminer toutes les visites techniques sur les différentes installations du Semanah en Haïti. Dès que possible, l'équipe de l'Académie reviendra pour terminer cet important travail. En préparation, l'Académie a parrainé le nouveau directeur de la sécurité de la navigation, M. Matthieu Polyte, pour suivre le cours de niveau 1 At0N Manager, une formation à distance.

 

Le tremblement de terre de 2010 et le cyclone Matthew en 2016 ont eu un impact énorme sur les infrastructures maritimes et Haïti s'en remet encore. Lors de sa visite inachevée, l'expert était heureux de voir que beaucoup de choses étaient bien arrangées. Elle a visité le centre de surveillance des tremblements de terre et d'alerte aux tsunamis qui se trouve au même endroit que l'administration des prévisions météorologiques. Le système du Service mondial d'avertissements de navigation (WWNWS), pour assurer une diffusion rapide des informations essentielles à la navigation et à la sécurité des personnes en mer, est très bien organisé en Haïti. Il comprend également des informations sur l'état de l'aide à la navigation. Et surtout, elle a rencontré une excellente équipe qui travaille vraiment pour changer et améliorer les services.

 

Tout en remerciant le SEMANAH pour son accueil à l'équipe d'experts IALA WWA, l'institution de navigation internationale souhaite  bienvenue à Haïti au sein de la famille maritime et de navigation mondiale.

 

HPN

Source : IALA et SEMANAH

 

 

 

 

 

Si les activités scolaires sont suspendues à travers le pays, le ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle ne chôme pas. Les actions se multiplient via un ensemble d’initiatives de manière à limiter l’impact de la pandémie de Covid-19 sur le secteur de l’éducation, constate Haiti Press Network. 

Lire la suite...

HPN Nouvelles

Grid List

 

 

 

 

Un tireur en Nouvelle-Écosse a fait plus de 10 victimes samedi soir et dimanche matin. Au moins une des personnes tuées est une policière de la GRC.

Il s'agit de la gendarme Heidi Stevenson, une policière comptant 23 ans d'expérience. Elle était mère de deux enfants.

Un autre policier a été blessé, mais on ne craint pas pour sa vie, indique la GRC Gendarmerie royale du Canada.

 

Le suspect, Gabriel Wortman, 51 ans, est mort au terme d'une chasse à l'homme qui aura duré une douzaine d'heures, confirment les autorités.

 

La mort du suspect est le résultat des actions d'un agent, confirme la caporale Lisa Croteau, porte-parole de la GRC Gendarmerie royale du Canada en Nouvelle-Écosse.

 

La GRC a réagi, vers 23 h 30, samedi soir, à plusieurs appels reçus au 911 et ses agents sont intervenus à Portapique, une communauté rurale du comté de Colchester. La municipalité est située à une centaine de kilomètres au sud-est de la frontière entre la Nouvelle-Écosse et le Nouveau-Brunswick, et à une quarantaine de kilomètres à l’ouest de Truro.

 

À leur arrivée à un domicile de Portapique, les policiers ont découvert les corps de plusieurs personnes, à l'intérieur comme à l'extérieur de la résidence.

 

Le suspect ne se trouvait pas sur les lieux. Les recherches initiales ont mené les agents à plusieurs autres scènes de crime, incluant des édifices en flammes.

 

Alors que la traque se poursuivait dans la nuit et dans la matinée, la GRCGendarmerie royale du Canada implorait dimanche matin le public de ne pas s'approcher de l'individu recherché, considéré armé et dangereux.

 

La caporale Lisa Croteau avait même recommandé aux habitants de certains secteurs de Portapique de se réfugier, si possible, dans leur sous-sol.

 

Durant une cavale d’une douzaine d’heures, le suspect aurait parcouru plus de 100 km au volant de plus d'un véhicule, dont un appartenant à la GRC Gendarmerie royale du Canada. La manière dont l'individu aurait pris possession de ce véhicule n'a pas été précisée par les autorités.

 

Gabriel Wortman pourrait conduire ce qui semble être un véhicule de la GRC Gendarmerie royale du Canada et pourrait porter un uniforme de la GRCGendarmerie royale du Canada. Il y a une différence entre sa voiture et nos véhicules de la GRC Gendarmerie royale du Canada : le numéro.

 

Le numéro de la voiture du suspect, derrière la fenêtre arrière côté passager, est 28B11, écrivait plus tôt, peu après 10 h, la Gendarmerie royale du Canada dans un message sur Twitter.

 

Source : Radio canada

 

 

 

 

 

 

 

« Garantir l'importance des relations humaines », tel est le thème de la journée mondiale des travailleurs sociaux commémorée le 17 mars de chaque année. C’est la Fédération Internationale des Travailleurs Sociaux (FITS) qui propose cette thématique devant guider les nombreuses réflexions à se produire durant cette journée.

 

 

 

En Haïti, le Groupe de Réflexion et d'Action en Travail Social/ Haïti (GRATS-Haïti) que les relations humaines ont tendance à se détériorer dans le monde. Le racisme et les stigmatisations en sont pour beaucoup selon l’organisation.

 

 

 

« Il est important pour les professionnels des sciences humaines et sociales de se pencher le plus rapidement possible sur cette situation », a souligné le Grats-Haiti.

 

En Haiti, note le Grats-Haiti, le peuple est confronté à tout type de problèmes. « Nous assistons à la banalité de la vie pour un groupe de personnes. Ce fait importe autant pour les autorités que pour les individus », précise les travailleurs et travailleuses sociaux du Grats-haiti notant le problème de méfiance au sein de la population depuis quelques temps.

 

 

 

Dans une note portant signatures de Raymond BASTIEN et Samuel BONNET, les deux principaux dirigeants du Grats-haiti, l’organisation dit souhaiter que cette commémoration soit une occasion de combat pour les travailleurs et travailleuses.

 

 

Le Grats-Haiti en profite pour demander aux forces morales et aux groupements progressistes d’envoyer des signaux clairs sur les meilleurs moyens de garantir la confiance et dans les relations entre les humains dans le pays.

Evenements / Spectacles à venir

HPN Sondages