Le président de la plateforme nationale du secteur populaire haïtien (PLANSPA), Dieudonné Lhérisson, a appelé jeudi l’opposition à faire une trêve en vue de permettre à tous les secteurs de se concentrer sur le nouveau Coronavirus. Deux cas avérés ont été officiellement enregistrés jeudi dans le pays.

 

 

 

La population est au-dessus de tous, affirme Dieudonné Lhérisson qui soutient que sans elle, il n’y a ni opposition, ni pouvoir, ni société civile ni secteur privé des affaires.

 

 

 

Tous les secteurs doivent se concentrer sur la sensibilisation et les mesures d’accompagnement à la population notamment les citoyens vivant dans les quartiers populaires, dans les communes et les sections communales ainsi que dans les marchés publics, ajoute celui qui effectue une maitrise en population et développement.

 

  

 

Les 200 lits qui le gouvernement affirme disposer pour recevoir les personnes atteintes de la maladie ne sont pas suffisants, souligne M. Lhérisson qui invite le gouvernement à définir des stratégies, de concert avec les syndicats des évoluant dans le domaine du transport en commun pour réduire les risques de propagation de la maladie.

 

 

 

Le professeur Lhérisson invite les citoyens à respecter les principes d’hygiène et les consignes des autorités sanitaires compétentes.

 

   

 

Des médecins qui ont pris part à la conférence ont appelé les citoyens à respecter les principes d’hygiène pour mieux combattre la maladie. Les personnes en âge avancé ou malades sont parmi les plus exposées, ont-ils fait remarquer.

 

 

 
 
 
Accompagné de la première dame et des membres du comité d'organisation du carnaval, le président de la République, Jovenel Moïse, a effectué une visite sur le stand de la mairie de Port-au- Prince, à l'occasion du 4e dimanche des exercices pré-carnavalesques à la surprise de plus d'un.
 
 
 
Le locataire du Palais national qui a discuté avec le maire de Port-au-Prince, Youri Chévry , s'est prononcé sur l'organisation du carnaval 2020 et sur les mesures de sécurité y relatives. Jovenel Moïse a, une fois de plus appelé les Haïtiens à "vivre ensemble pour faire avancer le pays".
 
 
 
"Le président de la République et le maire sont deux élus qui ont la responsabilité de servir la population", a insisté Jovenel Moïse pour ainsi couper court aux rumeurs qui laissent croire que des différends existeraient entre la présidence et la mairie de Port-au- Prince.
 
 
Tout en réitérant l'engagement de son administration, par le biais du comité d'organisation du carnaval 2020, à permettre le bon déroulement du carnaval, le premier citoyen de la nation a salué les mesures prises par la municipalité pour rendre possible la tenue de l'une des plus grandes manifestations culturelles du pays qui se tiendra cette année les 23, 24 et 25 février 2020 sous le thème "Pote kole pou Ayiti dekole".
 
 
 
 
Jean Witchy Junior Augustin

 

 

Les Responsables du diocèse des Gonaïves n'étaient pas en mesure de confirmer la participation ou non du Président Jovenel Moïse pour le Mercredi 1er Janvier, marquant le 216e anniversaire de l’indépendance d'Haïti. Des voix s'étaient élevées contre une éventuelle présence du chef de l'Etat dans la cité de l'indépendance pour participer à une traditionnelle Messe à la Cathédrale des Gonaïves avant de prononcer sur la place d'armes son discours de début d'année. un groupe de jeunes avait même adressé une correspondance à l’Évêque des Gonaïves Monseigneur Yves Marie Péan.

 

Des courants hostiles au pouvoir de Jovenel Moïse avaient mis en défi le chef de l'Etat de venir s'adresser le 1er Janvier aux Gonaïves, dans le haut Artibonite. Ces opposants réclament tout simplement la démission du locataire du palais national pour éviter un bain de sang dans la cité. Plusieurs manifestations antigouvernementales ont eu lieu ces dernières semaines pour demander le départ du Président et sa mise en accusation dans le cadre du dossier Petrocaribe.

 

 Aucune information officielle n'a été diffusée sur la participation ou non du chef de l'Etat aux traditionnelles activités marquant l'indépendance du pays pour la 216e année. Entre-temps, l'opposition radicale continue d'appeler à la mobilisation contre le pouvoir de Jovenel Moïse jetant un véritable flou sur la réouverture des classes pour le mois de Janvier.

 

HPN  

 

 

 

 

Onondieu Louis, représentant du Nord-Ouest au Sénat de la République, dont le nom est cité dans une enquête judiciaire pour blanchiment et détournement de fonds public a été blanchi par le juge Osner Petit-Papa.

 

 

 

Dans une ordonnance en circulation, Onondieu Louis, Jimmy Fervil, Anel Nelson et André Auguste cités dans cette affaire bénéficient tous de cette décision du Juge leur attribuant un non-lieu aux faits qui leur sont reprochés.

 

 

 

La Fondasyon Je Klere (FJKL) citant la conclusion du rapport d’enquête du Bureau des affaires financières et économiques (BAFE) avait épinglé le Sénateur et d’autres individus dans une affaire de corruption. Selon le FJKL, la conclusion du rapport du BAFE avait été  ainsi libellée: « Il parait tout à fait évident, Honorable Magistrat, que le sénateur Onondieu LOUIS dont le nom a été cité par les interpelles lors de leurs auditions et les nommés Marie Myrlande Georges identifiée fiscalement au numéro 004-155-475-8, Ysmik CHOUTE, identifié fiscalement au numéro 004-019-400-3, Jimmy FERVIL identifié nationalement au numéro 01-01-99-1976-07-00891 et consorts soient liés par une vaste opération de détournement de fonds Publics, de blanchiment des avoirs, d’enrichissement illicite et d’association de malfaiteurs, lesquelles infractions devront faire l’objet d’enquête approfondie sur certains points d’ombres”, a souligné le FJKL.

 

L’ordonnance de non-lieu du Juge Osner Petit-Papa à l’endroit du Sénateur Onondieu Louis et ses coéquipiers, selon plus d’un, se révèle un autre scandale dans la justice haïtienne vilipendée depuis des lustres.

 

 

 

 

 

 

 

 

L'Administration Communale des Cayes et l'Association des propriétaires et chauffeurs d'Haïti (APCH), ont annoncé dimanche la suspension du transport public sur la route nationale # 2, a appris Haiti Press Network.

 

 

 

Par cette décision, ces institutions veulent éviter la propagation du Coronavirus en Haïti. 

 

 

 

Cette suspension, selon l'Administration Communale et l'APCH, commence à partir du 6 avril à minuit, lit-on dans un avis rendu public. 

 

 

 

"Le transport intercommunal s'effectuera tout en respectant les consignes et principes établis par les autorités sanitaires du pays".

 

 

 

 

 

 

Dans une note publiée, ce jeudi 26 mars 2020, l'Association Haïtienne des Medias en Ligne (AHML) félicite l'ensemble des journalistes et travailleurs de la presse qui, contre vents et marées, dans ce contexte difficile s'évertuent à informer la population. "Notre pays comme les autres pays de la planète fait face à un défi de taille, la pandémie du Coronavirus (Covid19)", écrit la note de ces médias indiquant que comme bien d'autres professionnels, la presse joue et jouera son rôle.

 

 

 

 

 

L'AHML enjoint ses membres ainsi que les autres travailleurs de la presse à aider à contenir la maladie. "Cette mission n'est possible que par la diffusion en ligne sans arrêt de l'information utile. Nos membres et l'ensemble de la corporation sont les tenants de la grande campagne de sensibilisation devant conduire la population à adopter de bonnes attitudes pour prévenir la maladie", croit l'Association Haïtienne des Medias en Ligne.

 

 

 

L'AHML exhorte les journalistes à pratiquer toutes les méthodes de prévention généralement quelconque édictées par les scientifiques contre le Covid19.

 

 

 

 

 

 

 

 

Une centaine de personnes ont été appréhendées durant des opérations menées par la police nationale du 10 février au 19 mars, a annoncé jeudi le porte-parole adjoint de la police nationale d’Haïti (PNH), l’inspecteur Gary Desrosiers.

 

 

 

En plus de ces arrestations, les forces de l’ordre ont également confisqué trois maisons, ainsi que 19 véhicules et 10 motocyclettes. La police a aussi saisi 14 pistolets, 6 fusils, 315 cartouches, 20 chargeurs et 2 kilogrammes de cocaïne, a-t-il informé lors d’une conférence de presse à la DCPJ.

 

 

 

Gary Desrosiers a aussi présenté des armes et des munitions que la police avait saisies lors d’une opération à Cap-Haïtien le 21 février dernier.

 

 

 

Par ailleurs, une enquête est ouverte sur les incidents ayant conduit à la brève arrestation, la semaine dernière, du sénateur Kedlaire Augustin, et de l’exécution dans la ville du Cap-Haïtien d’un présumé bandit, a affirmé le porte-parole adjoint de la PNH.

 

 

 

 

 

 

Au moins deux (2) personnes ont été tuées et une autre blessée mercredi lors d’une attaque d’un groupe de bandits armés sur le Pont Tilus, situé non loin de Jean-Denis, dans le bas-Artibonite, a-t-on appris de sources locales.

 

Parmi les victimes figurent « Ti sœur » ainsi connu décédée sur le champ alors qu’elle se rendait au marché public de Pont Sondé.

 

Cette attaque aurait été perpétrée par le gang « Gran grif » de la localité de Savien qui est en guerre contre celui de Jean-Denis dans la zone depuis quelques semaines.

 

La victime se trouvait à bord d’une motocyclette lorsque les bandits avaient lancé l’ attaque.

 

 

 

Jean Chrisnol Prophète

 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

HPN Nouvelles

Grid List

 

 

 

 

 

« Garantir l'importance des relations humaines », tel est le thème de la journée mondiale des travailleurs sociaux commémorée le 17 mars de chaque année. C’est la Fédération Internationale des Travailleurs Sociaux (FITS) qui propose cette thématique devant guider les nombreuses réflexions à se produire durant cette journée.

 

 

 

En Haïti, le Groupe de Réflexion et d'Action en Travail Social/ Haïti (GRATS-Haïti) que les relations humaines ont tendance à se détériorer dans le monde. Le racisme et les stigmatisations en sont pour beaucoup selon l’organisation.

 

 

 

« Il est important pour les professionnels des sciences humaines et sociales de se pencher le plus rapidement possible sur cette situation », a souligné le Grats-Haiti.

 

En Haiti, note le Grats-Haiti, le peuple est confronté à tout type de problèmes. « Nous assistons à la banalité de la vie pour un groupe de personnes. Ce fait importe autant pour les autorités que pour les individus », précise les travailleurs et travailleuses sociaux du Grats-haiti notant le problème de méfiance au sein de la population depuis quelques temps.

 

 

 

Dans une note portant signatures de Raymond BASTIEN et Samuel BONNET, les deux principaux dirigeants du Grats-haiti, l’organisation dit souhaiter que cette commémoration soit une occasion de combat pour les travailleurs et travailleuses.

 

 

Le Grats-Haiti en profite pour demander aux forces morales et aux groupements progressistes d’envoyer des signaux clairs sur les meilleurs moyens de garantir la confiance et dans les relations entre les humains dans le pays.

Evenements / Spectacles à venir

HPN Sondages