Haïti-culture :Un Hommage Sublime à Yole Dérose à Miami

Musique
Typographie

Des voix sublimes, de la bonne musique, un beau public, un beau décor, une fête des couleurs, tout cela était au rendez-vous au spectacle« Haïti, Cœur de femme », la soirée hommage à l’icône de la musique haïtienne,Yole Dérose, au Miami-Dade County Auditorium le 30 octobre écoulé. En cette occasion, Yole a reçu notamment les clés de la ville de Miami et le prix « Achievement Award » de United Haitian Artists. 

La ville de Miami s’était mise sur son trente-et-un pour accueillir le spectacle « Haïti Cœur de femme » qui visait à rendre un hommage bien mérité à la chanteuse et productriceYole Dérose. Dans un auditorium rempli, un chœur de belles et talentueuses jeunes femmes chantaient Haïti, la vie, l’espoir en passant en revue des chansons folkloriques et des classiques de la musique haïtienne.

Les voix de sirène de Nadège Dugravil, Rutschelle Guillaume, Tamara Suffren, Marodie Pierre, Renette Désir, Stéphanie Bigord et Annie Alerteont apporté le soleil d’Haïti dans la nuit floridienne. Accompagnées du maestro Fabrice Rouzier (keyboard), deNicky Christ à la guitare et de Wesner St-Louis (Ti Wès) à la percussion, les jeunes chanteuses ont notamment interprétéHaitimwenrenmen w (Lionel Benjamin), Plante Manyòk (Carole Demesmin/Jean-Claude Martineau), Ban m yon ti limyè (Manno Charlemagne), Solèyleve (chanson folklorique), Imamou (BoukmanExperyans), Nougenfòs (Martha Jean-Claude), et Nous gouvernerons la rosée (Toto Bissainthe/Ralph Trouillot). Les filles ont également repris des chansons en anglais et en espagnol tels que « I believe » (Stephan Moccio et Allan Frew) et « La vida es un carnaval » (Celia Cruz), ce qui a été fortement apprécié du public multicultureldu Miami-DadeCounty Auditorium (2901 W Flagler St, Miami, FL 33135). En fin de spectacle, le chœur de femmes a interprété avec brio la fameuse chanson de l’immortel Ansy Derose « Nouvle ». Ce fut un grand moment de nostalgie et d’émotion. 

L’autre grande voix de la soirée àrendre un hommage mérité à Yole Dérose fut la chanteuse Emeline Michel. La femme-flamme a loué l’abnégation et la générosité de Yole qu’elle qualifie de visionnaire, de créatrice et de révolutionnaire, une femme qui met tout son cœur dans tout ce qu’elle fait. « Merci de tes rêves fous, Yole».

Accompagnée de son groupe, Emeline a interprétéune chanson de Noël de Yole Dérose, un véritable classique qui a déclenché une vague d’émotion dans la salle.La voix envoutante d’Emeline a fait frémir la nuit. La musique a coulé à flot. Un véritable récital. Emeline Michel a aussi chanté ses propres compositions comme « Mèsilavi », une célébration de la vie et de la joie de vivre,« L’Odeur de ma terre» que reprenaient en chœur les inconditionnels de la diva. Mais la chanson la plus demandée était le tube des années 90 « A.K.I.K.O » qui avait propulsé Emeline sur la scène internationale. 

Enfin Emeline a rendu hommage aux jeunes chanteuses d’Haïti Cœur de femme qu’elle qualifie de l’avenir de la chanson haïtienne. Celles-ci l’ont rejoint sur scèneet l’ont accompagnée dans la chanson « Ban m lajwa ».

Après la musique, place aux hommages. Yole Dérose a d’abord reçu le « AchievementAward » deUnitedHaitian Artists. « C’est un prix qui récompense des gens qui ont accompli des choses extraordinaires dans la culture haïtienne et Yole Dérose et la deuxième personne à l’avoir », a déclaré Carole Demesmin, autre icône de la chansonhaïtienne et présidentede UnitedHaitian Artists. 

La fondatrice des Productions Yole Dérose a égalementreçuune plaque d’honneur de Joseph Smith, le maire de la ville de North Miami. Enfin, le commissionnerhaïtien Jean Monestime a remis à la diva les clés de la ville de Miami pour sa riche contribution à la culture haïtienne. « Je vais utiliser cette clé », a promis Yole dont l’humour a marqué la soirée.

Yole Dérose a remercié tous ceux qui ont organisé le spectacle, et surtout son « public Dérose » qui l’a jamais lâchée et l’a toujours supportée durant ces dernièresannées. La veuve d’Ansy Dérose a promis de continuer à travailler à promouvoir la beauté de la culture haïtienne et à combattre pour la vie.  

Le spectacle « Haïti Cœur de femme » conçupar les Productions Yole Dérose etprésenté par United Haitian Artists a vendu, si on peut dire,à Miami une autre image d’Haïti. Il a peint une Haïtidifférente de celle dont les images peu reluisantes tournent en boucle dans les media américains à chaque catastrophe, une Haïti belle, mystérieuse, dotée d’une culture et d’artistes extraordinaires. « Haïti n’exporte rien, on nous envoie tout ; la seule chose que l’on peut exporter, c’est nos artistes, notre musique, notre culture», a pour sa part souligné le maitre de cérémonie Clarens Renois.

Il faut aussi souligner l’organisation de ce spectacle de classe et multidimensionnelle. Le spectacle n’était pas que chanson et musique, il était danse (Linda Isabelle François), mode (Madeline Ledan), poésie (Reginald Lubin/Jean-Claude Cheri) etc. « Haïti, Cœur de femme » avait débuté par la projection d’un documentaire intitulé « La magie de la Voix et de la Scène » suivie par une performance d’Ada, une jeune chanteuse évoluant en Diaspora qui a interprété « Mwenrenmen w », une chanson de Yole Dérose. Avaient suivi les discours du Consul Général d’Haïti à Miami, Gandy Thomas, et de Carole Demesmin.

Au comité d’organisation du spectacle : Carole Demesmin (United Haitian Artists), WilnerValcin (Master V. Productions), Francois Adrien (Pikliz.com), Sajune Blanchard, BerlyVenia-Renesca, Karine Margron (Chansons d’Haiti) et Farah Larrieux (Thelar Management Group).

Jonel Juste 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages