Haïti-Carnaval 2018: Dans les coulisses du carnaval, marijuana et autres stupéfiants

Musique
Typographie

La réalité est plus qu'évidente. Des jeunes profitent de la cachette derrière les stands du carnaval pour fumer des produits stupéfiants. Une pratique visible au Champ de Mars, ont observé des reporters de HPN durant les trois jours gras. Cependant, cette pratique existe depuis quelque temps sur cette grande place publique, proche du palais national qui a accueilli le défilé des groupes musicaux.

Des jeunes utilisent la place du Champ de Mars comme lieu privilégié pour consommer de la drogue, et cela se sait. Au cours du 2e jour gras, des reporters de Haiti Press Network les ont constaté en train de fumer du cannabis en toute quiétude derrière les stands.

Ces activités avaient libre cours pendant la fête carnavalesque, alors que les patrouilles de la Police nationale étaient dans les environs. La Direction départementale de l'Ouest et du Commissariat de Port-au-Prince sont d'ailleurs situés dans le voisinage de cette grande place publique. 

« L'attitude nonchalante des policiers face à une telle dérive est bizarre. Ils affichent un comportement complice. C’est donner carte blanche à la délinquance », tempête Johana une jeune venue au carnaval qui était obligée de fuir la place pour se mettre à l’abri de l’odeur nauséabonde de la fumée de marijuana qui se répandait dans l'environnement.

Le lundi gras, à proximité de la place de la Constitution au Champ de Mars, des agents de la PNH placés sur le parcours du carnaval étaient obligés de se pincer le nez pour éviter l'odeur de la marijuana, avons-nous constaté.

De l’avis d’une marchande de poulets rôtis (barbecue) qui monte son commerce sur la place Pétion, les forces de l’ordre devraient s’occuper aussi de cette forme de débauche juvénile. Elle estime que l’odeur de la fumée des produits illégaux consommés au cœur du Champ de Mars, pourraient avoir un impact négatif sur la santé des gens qui n’en consomment pas.

Assistant également à ce tableau sombre au spectacle carnavalesque, une autre marchande estime pour sa part, que la consommation abusive de ces produits nocifs peut amener ces jeunes à commettre des actes malhonnêtes. 

D’où, pense-t-elle, la nécessité pour la police d’intervenir afin de freiner cette pratique dépravante notamment au Champ de Mars.

Texte et photo: Wadner Voltaire

 

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages