Cinéma/Haïti-République Dominicaine : L’Haïtien Jimmy Jean-Louis, un des acteurs principaux dans «Catastrópico» le dernier film produit en République Dominicaine

Cinéma
Typographie

L’Haïtien Jimmy Jean-Louis est l’un des principaux acteurs de «Catastrópico», le dernier né des films en salles actuellement en République Dominicaine.   Jimmy Jean-Louis a eu la difficile tâche d’assurer la distribution des rôles des acteurs clés de «Catastrópico.

À côté de Jimmy Jean-Louis dans le personnage de Damien, on retrouve l'actrice américaine Brie Gabrielle, actuelle Miss Florida USA, interprétant Audrey Swanson. Johnny Sky, le chanteur dominicain basé aux États-Unis, s’est mis, lui, dans la peau de Peter.  L'acteur dominicain installé lui aussi aux États-Unis, William Liriano, assure, de son côté, le rôle de " El Mulain" dans le film.

Parmi certaines personnalités intéressantes a été choisi l'artiste Hector Acosta "El Torito". La production est de Victor Dumé et Azor Hazoury. Fernando Medina en est le producteur exécutif et il a comme coéquipier Claudio Chea, un cinéaste expérimenté.

«Catastrópico», un cheminement de conflits et surprises.

En salle depuis le 22 décembre 2016, «Catastrópico», est un film d'action et d'aventure qui se déroule surtout autour de trois individus ayant des personnalités différentes. L’histoire se dessine dans un cheminement de conflits, mais aussi avec de nombreuses surprises.

"Catastrópico" est l'histoire d'Audrey Swanson (Brie Gabrielle), la star du cinéma ayant reçu le plus d'honneurs et la plus célèbre de son époque. Habituée à vivre dans un monde de luxe et de célébrité, l’actrice va faire une expérience tumultueuse en République Dominicaine où elle devait tourner son nouveau film.

L’un des producteurs de cette œuvre du 7e art, un riche millionnaire, avait planifié de kidnapper Audrey en vue de s’emparer du montant de sa mirobolante assurance-vie. C’est ainsi qu’on lui demanda d’entreprendre un voyage en Haïti, où les kidnappeurs l’attendaient dès son arrivée à l’aéroport international « Toussaint Louverture » pour réaliser leurs forfaits. Cependant, une tempête tropicale provoqua un accident de l'avion. Les passagers eurent la vie sauve de justesse, néanmoins ils restèrent bloqués dans un endroit isolé pendant plusieurs heures.

Audrey n'arrivera que très tard à comprendre réellement le complot monté contre elle. Lors de ce voyage, elle était accompagnée par deux personnages complètement différents l’un de l’autre, Pedro (Johnny Sky) et USNavy (William Liriano) qui l'aideront à survivre dans une situation sans précédent où en dépit des péripéties ils durent tous reprendre le contrôle de leur vie et manœuvrer à travers un plan risqué de rédemption.

L’histoire finira en faveur d’Audrey qui arrivera à faire arrêter par la police le cerveau de cet enlèvement raté.

«Catastrópico», un film d’actions et d’aventures plutôt qu’une simple comédie

Dans un article paru dans le quotidien Le Nouvelliste, en date du vendredi 27 janvier 2017, Joël Lorquet co-auteur du texte sur  “Le cinéma en Haïti” publié de concert avec le cinéaste Arnold Antonin et intégré au « Dictionnaire haïtien » en octobre 2001, commente en ces termes le film «Catastrópico»:  « Si en général les films dominicains sont de nature cocasse, avec souvent la participation de l’acteur noir très connu, Fausto Mata, «Catastrópico», ne sort pas du lot, mais se différencie par le fait qu’un acteur non dominicain y ajoute sa touche dans cette œuvre pleine d’actions et de péripéties plutôt qu’une comédie ordinaire ».

À noter que ce n’est pas la première fois qu’un acteur haïtien joue dans un film produit sur le territoire dominicain ; le plus récent en date est « Cristo Rey » sorti en 2013 avec la participation de notre compatriote James Saintil (dans le rôle de Janvier). Ce film raconte plutôt un drame sentimental associé à une histoire de trafic de drogue dans un célèbre ghetto de la capitale dominicaine.

D'autres compatriotes ont eu d'importants rôles dans le cinéma dominicain comme Dominique Thélémaque (très connu dans le monde audiovisuel dominicain), probablement le premier à percer.   Toussaint Merionne a également joué dans plusieurs films importants en République Dominicaine.

«Catastrópico» démontre encore une fois à quel point le cinéma dominicain est en avance de mille coudées sur le nôtre tant du point de vue de la réalisation professionnelle (sonorisation parfaite, doublures de voix excellentes, effets spéciaux réussis, etc.) qu’au niveau de la qualité du scénario et de l’histoire transmise sur le plan visuel. 

Tout cela n’est pas le fait du hasard, mais le résultat d’une prise de conscience qui a obligé les Dominicains à aller se former à l’étranger, plus précisément aux États-Unis et en Espagne pour la plupart, puis à consentir de lourds investissements dans leurs productions audiovisuelles, tout en se faisant encadrer d’experts compétents jusqu’à faire de leur cinéma aujourd’hui une vraie industrie rentable.

À noter qu’aujourd’hui, si chez nous il n’existe presque plus de salles de cinéma depuis le séisme du 12 janvier 2010, en République Dominicaine un effectif de 174 salles de cinéma (la plupart, 116, fonctionnent dans les principales plazas commerciales de Santo Domingo) et certaines sont munies de dispositifs de projection 3D ou utilisent la technologie IMAX.  Ce secteur est dominé par les deux opérateurs suivants : Palacio del cine et Caribbean Cinemas.

Opinant sur le fait que les réalisateurs de «Catastrópico» présentent leur film comme étant une producion 100% dominicaine, Joël Lorquet écrit ce qui suit:  « Nous avons été attirés par l’affiche du film «Catastrópico» au bas duquel on lit :  «100% Dominicain», comme quoi Jimmy Jean-Louis se serait-il nationalisé Dominicain?  Mais, en réalité, le fait d’avoir choisi un célèbre acteur haïtien pour jouer dans un film dominicain EST-CE QUE CELA EST DÉRANGEANT ? En fait, ne sommes-nous pas frères et sœurs partageant notre belle île Quisqueya ? Au  contraire, ce genre d’initiatives est à encourager, car celles-ci permettent de rapprocher les Haïtiens et les Dominicains au moins sur le plan de la production culturelle, de travailler en synergie pour accomplir une tâche positive. Cela favorisera certainement une meilleure collaboration et compréhension entre les deux peuples, "deux sœurs siamoises" comme se plaisaient à dire les hommes d’affaires dominicains et le Chancelier de la République Dominicaine, Carlos Morales Troncoso en 1995. À l’époque, des délégations du secteur privé se rencontraient régulièrement dans les deux pays, au Cap-Haïtien, à Jimani, à Santiago ou à Port-au-Prince ». 

« Alors, à quand une version française de «Catastrópico» pour le public francophone et haïtien ? », conclut l’écrivain-journaliste Joël Lorquet.

A rappeler que Jimmy Jean-Louis est un interprète reconnu sur le marché du film anglo-saxon pour le personnage exceptionnel de « René », dit l’Haïtien, qu’il incarne dans la série "Heroes" de la chaîne NBC aux États-Unis d’Amérique.

 

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages