La Présidente Directrice générale de la Fondation Esther Boucicault Stanislas(FEBS) a donné l\\\'exemple en se faisant vacciner contre la Covid 19. Cette catégorie très vulnérable devient une préoccupation de santé publique surtout avec la parution des variants DELTA et MU, très dangereux et qui ont déjà fait des milliers de morts sur le continent américain. Pour le Professeur William Pape des Centres GHESKIO, la vaccination est le seul moyen de se protéger contre ces variants. Les personnes développant une co-morbidité sont beaucoup plus exposées et dans ce contexte le Message de Mme Esther Fleurelus est on ne peut plus clair: \" Les PVVIH doivent se faire vacciner pour résister aux effets du virus corona\'\'.

 

 

Dans une entrevue accordée à Haiti Press Network, Mme Fleurelus dont la Fondation travaille avec les PVVIH depuis plus d\\\'une vingtaine d\\\'années dans le département de l\\\'Artibonite rappelle que les PVVIH n\\\'ont d\\\'autre choix que de se faire Vacciner. \\\"Si je me suis fait vacciner c\\\'est parce que je veux me protéger parce que comme je l\\\'ai toujours dit, j\\\'ai droit à la vie\\\". Ce slogan utilisé par l\\\'ancienne Présidente de la Plateforme des Personnes vivant avec le VIH a été l\\\'un des points forts de sa lutte en faveur des personnes infectées et affectées par le virus du Sida au début des années 2000.

 

 

Cette militante de Droits humains a été la Première à se présenter devant une Caméra de Télévision pour annoncer à visage découvert sa Séropositivité au moment où cette catégorie de personne était discriminée et stigmatisée dans tout le pays. Personne n\\\'oubliera cet affront subi par la PVVIH au moment où elle prenait la parole au Rex Théâtre le 1er décembre 1998 pour sensibiliser les jeunes sur le danger que représente le SIDA.  Aujourd\\\'hui,  Esther B. Fleurelus se rappelle ces durs moments mais ne lâche pas prise. Selon elle, la lutte continue sous une autre forme. \\\"Je continuerai à lutter pour les droits des PVVIH dans le contexte de la Covid19. Cette co-morbidité que nous portons face au danger du Coronavirus ne doit pas  empêcher les personnes portant le virus du Sida à entreprendre leurs activités ni de crier haut et fort leur droit à la vie\\\", a lancé la Présidente Directrice générale de la FEBS dont le bureau se trouve dans la ville de St Marc. Esther B. Fleurelus se dit déterminer à continuer son combat rappelant que la discrimination et à la stigmatisation contre les PVVIH reste entière aujourd\\\'hui.

 

 

 

Malgré son age, la militante rappelle que les projets de sa Fondation ne s\\\'arrêteront pas et qu\\\'elle continuera à faire le plaidoyer en faveur d\\\'une meilleure prise en charge du PVVIH dans le contexte de la situation économique précaire et difficile que vit le pays. \\\"Les catastrophes naturelles comme le séisme et les cyclones frappent également les personnes infectées du virus du Sida. Et jusqu\\\'à présent, certaines institutions refusent d\\\'embaucher ces personnes\\\", souligne Esther B. Fleurelus. Elle se rappelle encore les différentes rencontres  qu\\\'elle a du organiser avec des responsables d\\\'institutions commerciales pour leur expliquer le statut des PVVIH. \\\"J\\\'ai du expliquer matin et soir que le PVVIH qui prend ses medicaments  est comme le malade du diabète qui vit normalement comme  s\\\'il avait une maladie chronique.

 

 

Avec le financement du Fond Mondial de lutte contre la Malaria, la Tuberculose et le Sida, Esther Boucicault Fleurelus indique que sa Fondation va continuer à assister les PVVIH à travers des  projets  dont les fonds sont gérés par la World Vision  et implémentés par la FOSREF pour les activités d\\\'éducation avec les PVVIH, la sensibilisation et les recherches de perte de vue pour ceux là qui ont abandonné les médicaments et qui sont éparpillés dans la nature. Esther compte faire entendre la voix des personnes vivant avec le virus du Sida au moment où le Coronavirus menace la vie de ces gens vulnérables. Elle informe que la FEBS interviendra bientôt dans la lutte contre la Covid19 dans les départements de l\\\'Artibonite, du Centre et du Nord. Des vaccins seront disponibles pour toute personne désireuse de se faire vacciner a t-elle souligné. Esther Boucicault encourage vivement la communauté haïtienne à se faire vacciner contre la Covid 19 particulièrement les PVVIH.

 

 

 

Eddy TROFORT

HPN

 

 

Alors que la Covid-19 gagne du terrain en Haïti, les États-Unis ont fait don, ce 14 juillet, de 500 000 doses du vaccin Moderna au gouvernement haïtien, dans le cadre du programme COVAX, a appris Haïti Press Network

 

Le gouvernement américain, par l'intermédiaire des Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC) et du U.S. Southern Command, fournit également plus de 3 millions de dollars en soutien financier et équipements au Ministère haïtien de la Santé publique et de la Population (MSPP).

 

« Ce soutien permet à Haïti d'améliorer sa capacité logistique pour le stockage et la distribution du vaccin et de créer des moyens de communications en vue d’aborder la question de l'hésitation de la population à se faire vacciner », a indiqué l’ambassade des USA en Haïti dans un communiqué.

 

Cette étape est décisive dans la lutte engagée pour freiner la propagation du virus à travers la vaccination, avec le support des partenaires internationaux, a réagi le Ministère de la Santé Publique et de la Population.

 

« Ces 500 000 doses de vaccins permettront au MSPP de lancer la campagne de vaccination contre le coronavirus à travers tout le pays », indique le MSPP, confirmant au passage que d'autres lots de vaccins arriveront bientôt dans le pays.

 

 

20 personnes sont mortes du Coronavirus en Haïti au cours de ces derniers jours, a annoncé le Ministère de la santé publique et de la population, dans ces derniers rapports sur l’évolution de la maladie dans le pays.

Entre le 21 juin (4 décès) et le 24 où on a dénombré 5 morts, le Covid continue de faires des victimes dans le pays. Pour la journée du 22 juin, les autorités sanitaires ont comptabilisé 9 morts dans le pays pour un total national à date de 420 décès depuis l’apparition de la maladie dans le pays en mars 2020.

Selon les derniers chiffres publiés par le MSPP, 487 cas de contamination ont été enregistrés entre le 21 et 24 juin dans les centres de dépistage.

 

 

Au total, 5 mille 425 personnes ont déjà reçu leur première dose de vaccins anti-Covid, selon le Ministère de la Santé Publique et de la Population. De plus, le MSPP confirme que, quotidiennement, des centaines de gens manifestent leur volonté de se faire vacciner.

D’après les précisions des autorités sanitaires, les patients âgés de plus 50 ans ont reçu le vaccin Johnson & Johnson, tandis que le Moderna a été administré aux plus jeunes.

Depuis son introduction en Haïti en mars 2020, le coronavirus a déjà infecté plus 20 000 personnes, 500 décès ont été enregistrés. Rappelons que, dans le cadre de sa campagne de vaccination contre le coronavirus, Haïti a reçu récemment 500 mille doses de vaccin Moderna du gouvernement américain.

 

 
 
Vu la progression de la crise sanitaire liée au Coronavirus, le gouvernement annonce le renouvellement pour 15 jours l'état d'urgence sanitaire.
 
L’annonce a été faite, ce jeudi, par le ministre de la Culture et de la Communication, Pradel Henriquez, au cours de la conférence de presse tenue autour de la fusillade survenue à Delmas 32 et Christ-Roi.
 
Par cette mesure, les autorités se veulent prudentes en suivant de près l'évolution de la maladie afin d'éviter le pire, a fait savoir le titulaire du MCC. 
 
« À environ 400 morts, c'est déjà beaucoup », croit M. Henriquez qui invite la population à respecter les mesures restrictives.

 

 

Les citoyens sont très remontés contre les autorités pour avoir autorisé le secteur privé à importer des vaccins contre le Covid-19 alors que la campagne de vaccination n’a même pas commencé. Ils font remarquer que cette décision est contre les intérêts de la population, dans sa grande majorité.

Lors d’un micro-trottoir réalisé dans l’air du Champ-de-Mars, plusieurs citoyens, dont des étudiants et des professionnels, ont dénoncé l’attitude qualifiée « d’irresponsable » des autorités haïtiennes pour avoir autorisé le secteur privé à importer des vaccins contre le Covid-19.

Dans un avis daté du 23 juin et signé par la ministre de la santé publique, Dr Marie Gréta Roy Clément, les autorités haïtiennes informent les importateurs et les distributeurs de produits pharmaceutiques régulièrement enregistrés ainsi que les professionnels de la santé, qu’il est désormais possible d’obtenir une autorisation d’importer des stocks de vaccins anti-COVIC-19.

« Une décision irresponsable », affirme Rose Martine, une étudiante en journalisme, faisant remarquer que la campagne de vaccination n’a même pas commencé et que les premiers stocks de vaccins promis par le gouvernement, dans le cadre du dispositif COVAX, ne sont pas encore arrivés dans le pays.

Pour sa part, Ronald Michel, un père de famille qui dénonce lui aussi la décision des autorités sanitaires, évoque les coûts exorbitants de la prise en charge des patients Covid dans les hôpitaux privés alors qu’elle est complètement gratuite dans les centres de santé publics.

Il ajoute que c’est également la même chose pour le test dans les centres privés alors qu’au laboratoire national, sous la direction du MSPP, il est totalement gratuit.

La majorité des citoyens interrogés disent craindre que le secteur privé n’en profite pour s’enrichir au détriment de la population et au mépris total de la vie.

Sébastien lui s’interroge sur la capacité de l’État à s’assurer que les vaccins qui seront administrés dans tous les hôpitaux qui le désirent soient fiables.

Dans son communiqué, le MSPP affirme qu’il se réserve le droit de superviser les sites de vaccination et de les fermer si les règles de sécurité du personnel et de la population ne sont pas respectées.

 

 

Plus d'articles...