Haiti-crise: visite du PM à la cour des comptes pour faciliter l’application des mesures annoncées le 16 février

Economie
Typographie

 

 

 

 

 

Le premier ministre jean-Henry Céant a rendu ce lundi, une nouvelle visite aux conseillers de la cour des comptes. Cette fois-ci, ce n’était pas pour s’enquérir de l’état d’avancement du dossier PetroCaribe, mais pour s’assurer de l’application des mesures qu’il avait annoncées dans son adresse du 16 février dernier, pour faire baisser le cout de la vie.

 

 

 

Le tribunal administratif est particulièrement concerné par la réalisation des audits des organes déconcentrés, dont l’APN (autorité portuaire national), l’ONA (office nationale d’assurance vieillesse), l’AAN (autorité aéroportuaire nationale) et le BMPAD (bureau de monétisation des programmes d’aide au développement) en vue d’une meilleure utilisation de leurs ressources.

 

 

 

Le premier ministre Céant a fait savoir que cette visite à la CSC/CA intervient après une séance de travail avec le ministre de l’économie Ronald Décembre, autour de la question.

 

 

 

Il soutient que les compétences de l’inspection générale des finances IFG, seront mises à profit pour réaliser ce travail, mais rappelle que l’auditeur par excellence de l’Etat c’est la cour des comptes.

 

 

 

Me Céant a, une fois de plus, donné la garantie que tout sera fait dans la transparence au nom, dit-il, du respect du droit des citoyens d’être informés sur la façon dont les ressources de l’Etat sont utilisées.

 

 

 

La réduction de 30% du budget de la Primature participe également des mesures annoncées par Me Céant

 

 

 

Le président de la cour des comptes, Me Pierre Volmar Demessieux, a annoncé que la demande du premier ministre d’auditer les organes déconcentrés sera portée à l’agenda de travail du tribunal administratif.

 

 

 

Il a par ailleurs, informé que la cour des comptes pourrait accuser un retard d’une semaine ou deux, pour ce qui est de la publication du second rapport d’audit sur l’utilisation des fonds PetroCaribe, attendu initialement en avril.

 

 

 

Ce retard éventuel, dit-il, serait dû au dysfonctionnement de la cour durant les évènements ayant paralysé le pays pendant deux semaines suite aux manifestations lancées le 7 février dernier.

 

 

 

C’est sur la base du premier rapport (partiel) de la cour des comptes, que l’Etat haïtien avait porté plainte au parquet. Le premier ministre Jean-Henry Céant qui avait initié cette démarche, avait tenu à rappeler que l’Etat haïtien a porté plainte en sa qualité de première victime de la dilapidation des fonds PetroCaribe.

 

 

 

Lors de son énoncé de politique général en septembre dernier au parlement le premier ministre Céant, s’était engagé à ne ménager aucun effort pour « garantir la tenue d’un procès juste et équitable afin que ceux qui ont dilapidé les fonds publics puissent répondre de leurs actes ».

 

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages