Le Représentant Permanent d'Haïti auprès des Nations Unies,  l'Ambassadeur Denis Régis,  est intervenu le 20 avril 2017 à la 7929e séance du Conseil de sécurité de l'ONU au "débat public sur la situation au Moyen Orient,  y compris la question palestinienne". HPN  publie dans son intégralité l'intervention du diplomate haïtien. 

Madame la Présidente du Conseil,
Excellences,
Mesdames, Messieurs,

1- Qu’il me soit permis, au nom du Gouvernement haïtien, de féliciter le Conseil de sécurité d’avoir pris l’initiative de ce débat ouvert, qui fait écho au sentiment d’urgence que suscite la situation existant actuellement au Moyen-Orient.  J’ai noté avec le plus haut intérêt les thèmes abordés dans la Note conceptuelle de la présidence américaine du Conseil pour ce mois d’avril, ainsi que les points de vue fort pertinents soulevés par le Coordonnateur spécial des Nations Unies pour le processus de paix au Moyen-Orient, Monsieur Nickolay Mladenov, et les intervenants qui m’ont précédé.

Madame la Présidente,

2- D’un sommet à l’autre, d’une conférence à l’autre, les appels à l’action s’élèvent de partout pour que soit imprimé un nouvel élan aux efforts de paix au Moyen-Orient.  L’espoir d’un règlement juste, durable et global du conflit israélo-palestinien qu’avaient fait naître les Accords d’Oslo de 1993, s’est graduellement estompé au fil des années, battu en brèche par la méfiance grandissante entre les parties, la tentation du fait accompli et de l’unilatéralisme.  Sur cette toile de fond, marquée par l’absence de toute avancée politique et diplomatique, se sont agrégés de nouveaux foyers de crise, la montée en force de l’extrémisme violent, les guerres civiles et régionales, avec leurs terribles bilans humains - plus de 500 000 morts en Syrie -, leurs cortèges d’horreurs et leurs défis humanitaires.  ‘’La situation actuelle sur le terrain n’est plus tenable’’, soulignait à juste titre le Coordonnateur spécial des Nations Unies pour le processus de paix au Moyen-Orient.

3- Manifestement, le processus de paix israélo-palestinien est dans l’impasse.  La solution des deux États parait de jour en jour plus menacée.  De surcroit, de la Syrie au Yémen en passant par l’Irak et la Libye, la région est en proie à une succession de crises, qui, par leur ampleur et leur gravité, ont pour effet d’éclipser le conflit israélo-palestinien et de faire perdre de vue la menace continue qu’il représente pour la paix dans le région et dans le monde.

4- La République d’Haïti, fidèle à la position cardinale qui a été constamment la sienne depuis 1947, réaffirme son soutien à un règlement juste, durable et global du conflit israélo-palestinien, estimant que la seule voie d’y parvenir réside dans une solution négociée avec deux États vivant en paix et en sécurité à l’intérieur de frontières internationales sûres, reconnues et garanties.  C’est pourquoi elle joint sa voix à toutes celles qui s’élèvent en faveur d’initiatives novatrices visant à replacer la question israélo-palestinienne au cœur des préoccupations internationales de manière à permettre un relance rapide des négociations dans l’esprit des résolutions pertinentes du Conseil de sécurité et de l’Assemblée générale des Nations Unies.

Madame la Présidente,

5- Cette séance spéciale a certes pour objet de mettre en relief l’enjeu fondamental de la paix et de la sécurité au Moyen-Orient pour l’ensemble de la communauté internationale.  Mais, elle pose aussi, du même coup, la question de la capacité de l’Organisation des Nations Unies - et, par conséquent, celle de la responsabilité du Conseil de sécurité, principal ‘’garant de la paix et de la sécurité internationales’’ - d’en assurer la préservation, singulièrement dans la région du Moyen-Orient.

6- En effet, c’est devenu presque un lieu commun d’évoquer le blocage du Conseil de sécurité, du fait notamment de l’utilisation abusive du droit de veto.  Cette paralysie est souvent perçue comme étant l’un des principaux obstacles institutionnels aux efforts internationaux de paix au Moyen-Orient.  On en a eu une illustration éclatante lors du récent débat au Conseil suite à l’utilisation de gaz chimiques contre des populations civiles en Syrie.  C’était une preuve supplémentaire - s’il en était encore besoin - de la nécessité de remédier à ce blocage récurrent, et d’apporter des solutions novatrices au mode de décision du Conseil, de manière à lui permettre de s’acquitter pleinement de la mission qui est la sienne : s’attaquer aux causes profondes des conflits, déceler les menaces potentielles et agir avec la célérité voulue lorsque les circonstances exigent une intervention urgente.

7- C’est dans cet esprit d’ailleurs que la République d’Haïti a apporté son soutien à la récente initiative française - dont le bien-fondé demeure incontestable -, qui visait à ‘’encadrer’’ le droit de veto, notamment en cas d’atrocités de masse.  Il nous faut ici saluer les démarches constantes du Liechtenstein et du Mexique en ce sens.  Car, il faut le souligner, au-delà du privilège qui s’y rattache, le veto implique avant tout pour ceux qui l’exercent un devoir et une responsabilité particulière à l’égard de la communauté internationale.

8- Dans le contexte explosif qui est aujourd’hui celui du Moyen-Orient, où les souffrances infligées aux populations civiles par l’extrémisme, le terrorisme et les guerres civiles atteignent une ampleur incommensurable, le Conseil ne peut se dérober à l’ardente obligation qui lui incombe de s’attaquer aux causes profondes des conflits qui, en Syrie, au Yémen, en Irak, déchirent la région, déciment des minorités religieuses et ethniques, menacent la paix et la sécurité internationales.  En ce qui concerne plus particulièrement le conflit israélo-palestinien, le temps est venu de reprendre l’initiative et de créer les conditions propices à une reprise des négociations entre les parties à la lumière des convergences qui se dégagent des résolutions pertinentes du Conseil ainsi que des démarches entreprises par diverses instances, dont le Quartet ou la récente Conférence de Paris sur le Moyen-Orient.  Le statu quo ne peut tenir lieu de solution.

9- Il est temps de faire revivre le processus de paix au Moyen-Orient.  Chacun doit prendre ses responsabilités.  Il revient en particulier à chaque État membre du Conseil de sécurité de s’élever au-dessus des partis pris et de transcender ses propres intérêts afin d’aider les parties en cause à reprendre le chemin des négociations et à progresser sur la voie d’une solution durable et globale sur la base d’un cadre mutuellement agréé.
Madame la Présidente,

10- La République d’Haïti a toujours condamné le recours à la guerre comme option de règlement des conflits.  Elle considère que, face au risque d’engrenage de la violence et d’embrasement généralisé, une recherche opiniâtre de la paix au Moyen-Orient s’impose.  La capacité du Conseil à jouer adéquatement son rôle d’ ‘’acteur irremplaçable’’ dans ce processus dépend étroitement de l’engagement individuel de chacun de ses membres à l’égard des idéaux de paix, de sécurité, de solidarité, de coopération et de développement sur lesquels s’est bâtie notre Organisation.

11- La réunion d’aujourd’hui peut être le signal d’un nouveau départ, susceptible d’inverser la ‘’dynamique destructrice’’ qui prévaut sur le terrain et d’enclencher un authentique processus de paix, fondé sur le droit, la justice, la sécurité et le respect mutuel au Moyen-Orient.  Puissions-nous saisir cette occasion !


Je vous remercie.

Plus d'articles...

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages