Le député de la circonscription de Mirebalais-Boucan Carré, Abel Descollines a fait part de la position des députés du bloc minoritaire vis-à-vis du projet de loi de finance déposé au parlement. Abel Descollines et ses pairs qui désapprouvent le budget, promettent de faire une "guérilla parlementaire" si le gouvernement ne reconsidère pas ce budget.

"Il existe trop de disparité, à chaque fois entre le projet de loi voté par le parlement et l’exécution du budget par l’exécutif’’ lance Abel Descollines. Le parlementaire  dénonce une négligence en ce qui concerne le décaissement des fonds alloués à certains projets.  

"L’argent est décaissé selon l’affinité des élus locaux avec le pouvoir en place" a fait savoir l’élu de Mirebalais. Une pratique à laquelle les députés de l’opposition veulent en finir. Ces derniers invitent le gouvernement à s’engager à travers un document pour donner la garantie que le budget sera exécuté tel qu’il a été adopté par les parlementaires. Un engagement du gouvernement qui ne garantit pas toutefois l’adhésion du budget par les députés minoritaires.

Les élus sont perplexes face à  certains argumentaires apportés par le gouvernement pour justifier son projet de loi de finance. "Le gouvernement parle d’un budget à dominante sociale, nous ne sommes pas convaincus" dit le député.

Abel Descollines qui croit dans un budget à dominante sociale le gouvernement devrait prévoir des interventions dans les zones de non-droit ainsi que certaines sections communales qui sont "des poches de pauvretés" avance le parlementaire.

Par ailleurs le bloc minoritaire a salué la réduction du budget de certains pouvoirs de l’État mais une démarche insuffisante pour sortir de la crise économique croient les députés minoritaires. "Parallèlement à cette décision le gouvernement devrait aborder la question des franchises douanière dans le budget" explique Abel Descollines.   

 Les députés ont souligné qu’aucune mesure n’est annoncée dans le budget pour freiner la dépréciation de la gourde. Après analyse le bloc minoritaire compte bloquer le vote du budget.

    Kervens Olivier

En séance spéciale au Sénat de la République avec le Conseil Supérieur de la Police Nationale (CSPN) sur la question de l’insécurité qui ronge le pays, le président de l’Assemblée nationale, Joseph Lambert a cité le nom du député Printemps Bélizaire, comme étant impliqué dans le sauvetage du chef de gang opérant au Village de Dieu, lors de l’intervention policière dans ce quartier en vue de capturer ce bandit.

Lire la suite...

La Commission des mines et énergie de la chambre des députés, ce lundi 29 octobre, a discuté avec le ministre de travaux publics Fritz Caillot accompagné du directeur général du bureau des mines Claude Prépetit autour des menaces sismiques qui planent sur le pays.

Pour l’occasion, le président de la commission, le député Patrick Norzéus, a formulé un ensemble de recommandations à l’intention du ministre. Il lui a demandé particulièrement de prendre toutes les dispositions nécessaires pour accorder une part raisonnable de l’enveloppe budgétaire du prochain projet loi de finance en vue de faire la prévention dans les zones les plus risquées du territoire.

Exprimant sa satisfaction suite à la séance de travail avec la commission, le ministre Caillot promet qu’il va travailler sur l’ensemble des recommandations de concert avec les instances concernées.

Lors de cette séance, l’ingénieur et géologue Claude Prépetit a exposé pour la commission certaines projections pour attirer l’attention des députés sur la fragilité du pays par rapport aux risques sismiques.

Sur insistance du président du Sénat de la République, Joseph Lambert, le Premier ministre Jean-Henry Céant, a dévoilé l’appartenance du véhicule officiel qui sert de couverture aux bandits au cours de l’opération policière à la Cité de Dieu. Il s’agit d’un véhicule appartenant au ministère des Affaires étrangères. Une Mercedes officielle immatriculée 00090 OF, a indiqué le chef du gouvernement. 

Lire la suite...


Des parlementaires invitent le Président de la République à passer de la parole aux actes dans l’épineux dossier PetroCaribe. Après les grandes annonces du Chef de l’Etat autour de cette question, députés et sénateurs disent attendre des actions concrètes du coté de l’ULCC et de l’UCREF. Certains parlementaires vont beaucoup plus loin et exigent même que des mesures d’interdiction de départ soient lancées et des scellés soient posés sur les biens des personnalités indexées.


L’élu du Sud-est, Dieupie Chérubin qui prend très au sérieux le mouvement PetroChallenge invite en ce sens les institutions concernées dont l’Unité de Lutte Contre la Corruption (ULCC) à embrasser la cause en vue de faire la lumière sur l’utilisation des fonds Petrocaribe. Le Sénateur Chérubin appelle les autorités judiciaires à adopter des mesures conservatoires contre les personnalités citées dans l’affaire des fonds vénézuéliens. 

A la chambre basse, les députés eux aussi opinent et analysent l’annonce du Chef de l’Etat. L’élu de Marigot, Deus Deronneth,  qui invite le Président Jovenel Moise à être beaucoup plus responsable exige la publication de liste des personnes indexées.

Les réactions des députés de l’opposition n’étonnent pas. Pour Printemps Belizaire, député de la 3e circonscription de Port-au-Prince, l’annonce du Président de la République relative au nettoyage de son entourage est une vaste plaisanterie.

La tenue du procès Petrocaribe, une étape historique qui peut sortir Haïti de la liste des pays les plus corrompus », estime le Sénateur Dieupie Cherubin. Notons que depuis la manifestation du 17 octobre 2018, les discours ont changé, les autorités politiques tentent de nuancer leur position, le procès Petrocaribe est dans tous les débats.

uite à un vent de panique qui a soufflé jeudi matin au niveau du parlement après que des rafales ont été entendues dans le périmètre le secrétariat général de la chambre basse a fait sortie une note invitant les employés à rester chez eux.

Une note qui n'a pas fait l'unanimité à la 50e legislature. Le député de Kenskoff Alfredo Antoine a rejeté d'un revers de main cette décision. " Je ne suis pas au courant d'une telle décision et je viendrai au parlement normalement pour continuer le travail que le peuple m'a confié" a t-il lancé sur les ondes de Radio caraïbes.

Même son de cloche pour l'élu de la circonscription de St Marc qui s'était présenté au parlement vendredi en compagnie d'autres collègues. Cette note vient mettre à mal le fonctionnement de l’institution parlementaire décrié ces derniers temps pour sa mauvaise performance.

Dans un récent rapport de l’observatoire Citoyen pour L’Institutionnalisation de  la Démocratie (OCID), les citoyens sont très critiques et se déclarent insatisfaits du travail réalisé par les parlementaires.

Il faut rappeler que le véhicule du député de Dame Marie, M. Curolo Loiseau a été atteinte d’une projectile avec le parlementaire abord, pendant que la voiture était garée dans l’enceinte même du parlement. Si le député dit ne pas connaitre la provenance du tir, M. Loiseau croit tout de même que ce climat de violence qui règne dans le quartier de  La saline, est le résultat de l’affrontement entre gangs rivaux pour le contrôle du marché des lieux.

"Cet incident relève la faiblesse de l’institution policière qui a failli à sa mission qui est de garantir la sécurité de chaque citoyen’’, a soutenu M. Loiseau qui promet des suites légales.

Face à cette situation,  la panique était grande du côté des élus et les employés qui se trouvaient dans l’espace du parlement, Ces derniers se sont empressés de vider les lieux. En début d’après-midi de ce jeudi le parlement haïtien ne comptait presque personne a pu constater un reporter de HPN qui a été visité l’espace.

Un peu plus tard dans la journée  le secrétariat général du parlement a sorti une note, invitant les employés à chômer pour la journée de vendredi. Les événements derniers jours ont  occasionné la paralysie du parlement de manière fréquente. Le dispositif de sécurité qui a été promis par le président de l’assemblée nationale, M. Joseph Lambert est toujours en attente.

Le Président de la commission « Justice, sécurité et défense nationale »  du sénat haïtien Jean Renel Senatus a remis officiellement mercredi au bureau le document relatif au nouveau code pénal haïtien.

Ce texte de 1300 articles fait suite au travail effectué par  la commission présidentielle en charge de ce dossier qui avait déposé son rapport devant le sénat en avril 2017, a expliqué le sénateur de l’Ouest.

La Commission a ajouté 32 nouvelles infractions dans le document  pour mieux l’actualiser. Des modifications ont été apportées sur l'avortement, des cas d’enlèvement suivi d'assassinat, des cas de policiers participant  à des actes de séquestration.

Des cas de viols collectifs et la publication de photos sur les réseaux sociaux sont également pris en considération dans ce document a souligné le Président de la commission « Justice, sécurité et défense nationale » le Sénateur Jean Renel Sénatus.

Une séance spéciale sera  consacrée prochainement à ce document. Des débats relevés sont attendus autour de ce document volumineux. 

HPN

L'ancien Ministre de l'intérieur Réginald Delva est inculpé dans l'affaire de la cargaison  d'armes illégalement et de munitions découverte au port de St marc en 2016. Reginald Delva est accusé de complicité dans cette affaire selon l'instruction menée par le juge d'instruction de St marc Dieunel Luméran.

Ce dossier qui a déjà provoqué l'arrestation de l'ancien Directeur général de la Police nationale Godson Orelus devrait prendre une étape. 

24 heures après la session de fermeture des travaux parlementaires à la chambre basse, le Président de la République a convoqué les députés pour une séance à l'extraordinaire pour l'énoncé de politique générale du Premier ministre nommé Jean Henry Ceant. Ce Mercredi 12 septembre devrait statuer sur l'avenir du notaire de bourdon.

Deux mois après la démission de Jack Guy Lafontant à la Primature, le pays n'a pas encore de gouvernement. L’équipe démissionnaire du Docteur Lafontant ne fait que liquider les affaires courantes. Le weekend écoulé suite à de vives discussions entre certains parlementaires et le Premier nommé Jean Henry Ceant, les choses ont failli tourner au vinaigre. 

Des députés de la majorité auraient conditionné leur vote à la reconduction du ministre de la planification Aviol Fleurant au nouveau gouvernement. Une demande rejetée par M. Ceant et son équipe.

"L’ancien ministre Me Aviol Fleurant a servi l’État, on le remercie et on est très content qu’il ait pu donner ses compétences à l’État. Il va être une personnalité ressource et je pense que le pays pourra l’appeler à n’importe quel moment ", rapporte le quotidien Lenouvelliste citant Me camille Leblanc, conseiller de Jean Henry Ceant.

HPN

 


Pour le Président du bloc APH, alliance parlementaire pour Haïti, majoritaire à la chambre des députés, le gouvernement Céant continuera à bénéficier de son appui, à condition  que des changements en profondeur s’effectuent, dans le meilleur délai. 

Jean Wilson Hyppolite réclame également la poursuite de l’opération de "décrassage" qui consiste à écarter du pouvoir tous les anciens hauts fonctionnaires épinglés dans l’affaire PetroCaribe. 

Il invite le chef du gouvernement, le Premier ministre Jean-Henry Céant, à mettre à la disposition de l’appareil judiciaire tous les moyens pouvant l’aider à faire la lumière sur la gestion des Fonds Petrocaribe.

Pour ce qui est du climat d’insécurité qui prévaut dans certains quartiers de la zone métropolitaine de Port-au-Prince, le parlementaire invite les forces de l’ordre à prendre des mesures pour y remédier. 

Dans le cas contraire, nous allons nous désolidariser, a-t-il menacé. 

La publication de l’arrêté confirmant la formation du cabinet ministériel n’a pas laissé indifférents des parlementaires. En effet, le député Deus Deroneth proteste contre le maintien de 6 ministres de l’ancien cabinet qui, selon lui, n’ont pas fait la preuve de leur compétence.

 L’élu de Marigot évoque une provocation de la part de l’exécutif et demande  le retrait de l’arrêté nommant les ministres. Même son de cloche de la part du député Abel Descollines qui estime que le chef de l’Etat n’a pas tiré les conséquences des émeutes de juillet dernier.

 Selon lui une telle composition permet d’ores et déjà de prévoir qu’aucun procès Petrocaribe ne se tiendra. Le chef de l’Etat a fait choix de l’affrontement, conclut l’élu de Mirebalais.

 Dans l’intervalle, le sénateur Onondieu Louis, président de la commission chargée d’étudier les pièces du Premier ministre, donne l’assurance que les dossiers des nouveaux ministres vont être examinés avec attention pour s’assurer qu’ils ont la compétence nécessaire pour occuper leur poste.

 Reconnaissant qu’aucun texte ne donne au Parlement la prérogative de vérifier les documents des ministres, l’élu du Nord-ouest précise qu’il s’agit d’une interprétation de la mission de contrôle que la constitution donne au législatif.

 Concernant la séance de ratification de la politique générale du Premier ministre Jean Henry Céant, le sénateur Onondieu Louis évoque une possibilité pour sa tenue ce vendredi 7 septembre 2018.

GA

 

 

 

 

 

 

Plus d'articles...

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages