Les locaux du Parlement haïtien sous la menace d'incendie selon Gary Bodeau

Le Parlement
Typographie
 
Le Président de la Chambre des Députés attire l'attention sur le fait que le Parlement serait la cible d'une éventuelle incendie et du coup, appelle les autorités compétentes à assumer leurs responsabilités.
 
 
"Plusieurs tentatives de réaliser des séances à la Chambre des Députés ont  échoué en raison des peurs éprouvées par les Députés pour leur sécurité", rapporte le Président de la Chambre basse. 
 
L'élu de Delmas dit constater, depuis quelques temps, qu'une campagne de dénigrement est en train de concocter contre le Parlement en général et contre certains Députés en particulier. "Un Député est pour l'instant placé sous haute protection de la Police nationale en raison des menaces auxquelles il fait face depuis les derniers événements" confie-t-il.
 
En ce sens, Gary Bodeau affirme qu'il considère sa déclaration comme étant une alerte à l'opinion nationale et internationale. Il appelle le Premier ministre, faisant également office de Chef du Conseil Supérieur de la Police Nationale, bien qu'il soit démissionnaire, et le Directeur général de la Police nationale  à prendre toutes les dispositions nécessaires en vue de protéger, nous notons, la vie des élus du peuple.
 
Par ailleurs, le Président de la Chambre basse annonce qu'il est sur le point de réfléchir de concert avec les autres membres du bureau et assure qu'il va  proposer à ses collègues  de clore cette session parlementaire un peu plus tôt. Car, argumente-t-il, "au Parlement, nous avons un service attaché à la sécurité du bâtiment, mais pas  personnel  pouvant faire face au terrorisme".
 
Gary Bodeau, en cette même occasion, pointe du doigt un certain secteur de la vie nationale qui croirait qu'incendier le Parlement arrangerait au mieux leurs agendas politiques.
 
 
Wadner Voltaire
Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages