Haïti-Rapport Petro Caribe : Le rapport est partisan et incomplet, selon Parasol

L'executif
Typographie

Le président du parti politique "Patryòt Rasanble pou Sove Lakay" (Parasol) qualifie de partisan et incomplet le rapport sur la gestion des fonds de Petro Caribe soumis au président du Sénat, vendredi dernier, par la Commission de suivi et d'approfondissement de l'enquête, ayant à sa tête, le sénateur du Nord-Ouest, Evalière Beauplan.

 

Certains membres de cette dite commission qui ont conçu ce rapport sont eux-mêmes des corrompus qui devraient faire l'objet d'enquête sur l'utilisation de l'argent du programme Petro Caribe, a révélé Me Bonhomme.                        

 

En ce sens, le leader du parti  Parasol invite le président de la République, en sa sa qualité de garant de la bonne marche des institutions du pays, à mettre en place une commission indépendante et impartiale en vue de faire la lumière sur la gestion des fonds de Petro Caribe qui devraient servir à améliorer la condition de vie de la population.

 

Cette  commission indépendante aura également pour tâche, selon le président du Parasol, d'enquêter sur le mode de gestion de l'ensemble des personnalités qui ont dirigé le pays durant les 40 dernières années.

 

La Commission indépendante suggérée par Me Bonhomme doit être composée des représentants de l'ULCCC, de l'UCREFF, de la Cour des Compte, de la Cour des Cassation, de la Presse, des organisations des droits humains.

 

Par ailleurs, le parti Parasol, qui se réclame du Centre droit,  applaudit la décision du gouvernement Moïse-Lafontant de remobiliser l'armée d'Haïti. "L'armée d'Haïti a joué un grand rôle dans notre histoire de peuple en défiant la plus grande armée du monde de l'époque pour faire de nous la première République noire indépendante", s'enorgueillit Me Bonhomme.

 

En réponse à  certains arguments faisant croire que  l'armée est une institution "budgetivore", Yvon Bonhomme pense au contraire que la nouvelle force peut aider à augmenter l'assiette fiscale en s'engageant dans une lutte acharnée contre la contrebande au niveau des frontières. "Nous perdons plusieurs millions de dollars au niveau des frontières à cause de la contrebande, cet argent pourrait servir à entretenir l'Armée et améliorer les conditions de vie de la population", croit le responsable du Parasol.

 

Me Bonhomme a rappelé que l'Armée d'Haïti a été démobilisée de manière illégale avec des objectifs antinationaux pour satisfaire des intérêts mesquins, selon l'avocat militant.

 

"On a retiré des munitions des mains des membres d'une institution légale et constitutionnelle pour les distribuer à des jeunes qui devraient se retrouver sur les bancs d'école. C'est ce qui explique le taux élevé d'insécurité que nous connaissons aujourd’hui", a avancé le numéro 1 de Parasol.

 

D'un autre côté, Me Yvon Bonhomme encourage le régime en place dans son initiative d'engager un dialogue entre les différents protagonistes. Il invite le gouvernement Moïse-Lafontant  à impliquer d'autres secteurs tels la Presse, des organisations de la société civile dans le processus.

 

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages