Insatisfaits de la gestion du juge Ramoncite Accimé dans l’affaire Petrocaribe, des plaignants entament une grève de faim dans les locaux du palais de justice. Une grève qu’ils comptent poursuivre, jusqu’à l’arrestation des personnes indexées dans les rapports  produits par les sénateurs  Youri Latortue et Evalière Beauplan, ont-ils fait savoir.

Ils sont une quinzaine et faisant tous partis du réseau national des plaignants petrocaribe, ayant décidé d'occuper l’entrée principale du palais de justice au bicentenaire.

"Nous sommes en grève pour une durée indéterminée" a lancé Eddy Dorsainvil, coordonnateur adjoint du réseau national des plaignants Petrocaribe. M. Dorsainvil  n’est pas optimiste quand à l'issu de cette grève et le sort des autres grévistes du palais de justice.

"L’issu peut nous être fatale, parce que nous nous engageons à cesser la grève quand les dilapidateurs des fonds Petrocaribe seront arrêtés sous l’ordre du juge Accime’’ renchérit le gréviste.

"Nous savons que la justice haïtienne est lente, même si nous succombons, notre démarche aura servi à éveiller les consciences citoyennes" a-t-il ajouté.

Ces plaignants se disent satisfaits d'avoir soulevé le questionnement des citoyens  sur la gestion des fonds Petrocaribe grâce aux plaintes qu’ils avaient déposées.

Par ailleurs, ils ont aussi fait savoir qu’ils comptent entreprendre d’autres démarches après leur grève de faim, des initiatives qui s’inscriront dans ce qu’ils appellent "la bataille juridique".      

La grève de faim de ces derniers qui se sont constitués en partie civile dans l’affaire Petrocaribe, est faite en accord avec leurs avocats, confient-ils. 

  

 

Le mandat d’amener décerné par le commissaire du Gouvernement de la Croix-des-bouquets à l’encontre d’Yves Léonard, concubin de la Mairesse de Tabarre, a été annulé, suite à une décision du juge d’instruction au Tribunal de première instance de cette juridiction, Wando Saint-Villier.

Lire la suite...

70 élèves-magistrats vont être recrutés à partir d’un concours national pour une formation initiale de seize(16) mois à l’Ecole de la Magistrature (EMA), a appris HPN. En effet, le Ministère de la Justice et de la Sécurité Publique à travers un communiqué de presse rendu public, ce jeudi 13 décembre 2018, a lancé le  processus de recrutement dans les juridictions des cinq cours d’appels de la République (Port-au-Prince - Cap-Haitien - Cayes - Hinche et Gonaives) d’une nouvelle promotion.

 

« Permettre aux Elèves-Magistrats de devenir des magistrats polyvalents aptes à  remplir des fonctions judiciaires », tel est l’objectif de cette formation initiale que les recrutés vont suivre à l’EMA au terme du processus.

 

Détenir un diplôme de licence en Droit ou son équivalent , être âgé de 23 ans à 50 ans, jouir de ses droits civils et politiques, n’avoir jamais été condamné à une peine afflictive ou infamante, être en bonne santé physique sont autant de critères que doivent remplir les candidats.

 

Du 17 décembre 2018 au 20 février 2019, les inscriptions seront reçues aux greffes des cours d’appels de la République à l’exception de Port-au-Prince où elles le seront dans les locaux de ladite Ecole. Une épreuve écrite et une épreuve orale attendent les candidats qui passeront le concours avant d’entamer la formation initiale en mai 2019.

 

Godson Lubrun

Dans une correspondance datée du 4 décembre 2018, Les juges de la Cour Supérieur des comptes et contentieux administratif ont dénoncé le refus de certains responsables au niveau de l'Etat de collaborer à l’enquête sur l'utilisation des fonds "Petrocaribe" peut ont lire dans cette lettre adressée au Premier ministre Jean Henry Céant et signée du Président de la CSC/CA Pierre Volmar Desmesyeux.

"En effet, les commissaires vérificateurs mandatés par le Conseil de la Cour pour recueillir sur place tous documents administratifs comptables et budgétaires relatifs à l’exécution desdits projets se sont heurtés au refus de collaboration des fonctionnaires" peut on lire dans cette correspondance.

Les juges pointent du doigt les cadres des ministères de l'agriculture des ressources naturelles et du développement rural(MARNDR),  de l'Economie et des finances(MEF) et de l'institut National de formation professionnelle(INFP).

 Les juges se disent sérieusement préoccupés par l'attitude de ces fonctionnaires sur l'audit de la Cour sur les projets exécutés dans le cadre des résolutions "Petrocaribe". Rappelons que les juges de la CSC/CA ont promis de remettre leur rapport sur l'utilisation des fonds Petrocaribe en Janvier 2019. Une échéance qui semble être compromise face à ce grand obstacle dressé par ceux-là mêmes qui sont placés pour  fournir des informations pertinentes dans le cadre de cette enquête.

HPN

 Nicolas Moscosso et sa sœur Coralie Moscosso accompagnés de leur père, Robert Moscosso ont comparu à titre de témoins, le mardi 11 décembre, devant le juge d’instruction du Tribunal criminel des Gonaïves, Me Denis Pierre Michel pendant la troisième journée du nouveau procès impliquant Clifford Brandt et ses acolytes, accusés d’enlèvement suivi de séquestration contre rançon des deux jeunes Moscosso, a appris Haiti Press Network.

Lire la suite...

L’Observatoire Haïtien des Droits Humains (OHDH), organisation haïtienne d’Observation, de Promotion et de Défense des droits humains a dans une note de presse datée du samedi 1er décembre condamné énergiquement l’attaque armée, ce 30 novembre 2018, contre la résidence du Juge Dieunel LUMERANT, juge d’instruction de la Juridiction de Saint-Marc enquêtant sur le dossier de trafic d’armes impliquant des hauts gradés de la Police Nationale d’Haïti (PNH) et des proches du pouvoir en place.

L’Observatoire a aussi dénoncé un acte lâche et crapuleux de certaines personnes voulant intimider le juge et étouffer l’affaire, alors que cette affaire, étant un crime transnational, ne relève pas seulement de la compétence exclusive de la justice haïtienne.

L’Observatoire Haïtien des Droits Humains (OHDH) dit regretter que cette tentative d’assassinat contre le juge d’instruction survienne alors que, sous l’effet de la politisation à outrance de la PNH, par complaisance ou complicité malsaine, la Police Nationale d’Haïti (PNH) refuse d’exécuter des mandats d’amener émis par la justice haïtienne contre plusieurs personnes, proches du pouvoir dont : Vladimir PARAISON, un haut gradé de la PNH, Reginald DELVA un ancien ministre de l’intérieur et Roro NELSON, un fidèle « zélé » du pouvoir en place.  

L’Observatoire Haïtien des Droits Humains (OHDH) avance qu'il apporte son plein  soutien au juge d’instruction Dieunel LUMERAN et invite les autorités haïtiennes à assumer leurs responsabilités pour que le juge soit en mesure de faire son travail aux vœux de la loi. L’Observatoire invite du même coup les autorités haïtiennes à tout mettre en œuvre pour freiner le climat d’insécurité qui sévit dans le pays et qui sème le deuil depuis des lustres au sein de la famille haïtienne. 

 

Cet homme de lettre et professeur à l'université d'Etat devrait prendre les rênes du Parquet du tribunal de première instance de Port au Prince dans les prochaines heures. M. Villard qui a été Substitut du gouvernement est un juge très connu  de la basoche. 

Me Villard Paul Eronce qui a travaillé comme Haut cadre des nations unies  pour le renforcement du système judiciaire haïtien devrait engager des poursuites contre des cadres de l'administration publique décriés par la clameur publique dans le dossier Petrocaribe.

Me villard remplacera à ce poste Me Ocnam Clamé Daméus dont la révocation a été vivement souhaitée et réclamée par les avocats du barreau de Port au Prince suite à l'incident d'octobre dernier lors de l'audition du militant politique Schiller Louidor au Parquet de Port au Prince. Les tribunaux de Port au Prince n'ont pas fonctionné en signe de protestation des avocats contre l'ancien commissaire du gouvernement qu'il rendait responsable du gifle reçu par le greffier en chef des mains du Directeur départemental de l'Ouest la PNH Berson Soljour.

HPN

C'est l'unité de lutte contre la corruption(ULCC) qui a fait la demande près du tribunal de première instance dans l'affaire des Kits scolaires qui avait provoqué cet énorme scandale impliquant l'entourage du président de la république.

L'ancien ministre des affaires sociales Roosevelt Bellevue et huit(8) autres fonctionnaires doivent être mis en examen dans cette affaire selon les recommandations de l'ULCC. Roosevelt Bellevue qui avait perdu son poste ministériel en 2017 fait office de représentant D'Haïti auprès de l'organisation mondiale du commerce(OMC).

M. Bellevue est accusé d'association de malfaiteur, de surfacturation contre l'Etat et de passation illégale de marchés publics. Le commissaire du gouvernement ne devrait pas tarder à répondre aux recommandations de l'ULCC selon les informations circulant dans les couloirs du tribunal de Première instance de Port au Prince.

Les accusations font croire que les kits scolaires, d`une valeur de 17$ us ont été facturés à 36$ entraînant une perte énorme pour l`Etat vu que le nombre de kits fabriqués s`élève à 50 000 unités. Le nom de Aviol Fleurant ainsi que celui de Martine Moise, respectivement ancien ministre de la Planification et Première Dame de la République, étaient cités dans cette affaire de corruption.

 Le président Jovenel Moise pour prouver sa velléité à venir à bout de la corruption dans l’administration publique, avait promis sous peu un rapport d’enquête devant venir fixer les responsabilités sur un gros détournement de fonds du trésor public, lors d’achat de matériels scolaires, en août 2017 dernier.

Clifford Brandt avoue avoir ordonné le kidnapping des deux enfants de la famille Moscosso pour se venger. En effet, l'homme d'affaires ancien Président Directeur de la compagnie haïtienne de moteurs devait signer un contrat pour un montant de 2 millions de dollars. Contrat de véhicules qui lui a été ravi par les Moscosso pour le compte de l'Etat Haïtien. Clifford Brandt dit regretter cet acte et a présenté ses excuses à la famille Moscosso.

Clifford Brandt a aussi fait des révélations sur l'inspecteur Edner Comé qu'il accuse d'avoir planifié l'enlèvement des deux jeunes Moscosso. Edner Comé qui était le chauffeur et membre de la sécurité rapprochée de l'homme d'affaires avait nié toute implication dans l’enlèvement de Coralie et de Nicolas Moscosso en 2012.

HPN

Plus d'articles...

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages