D’aucuns nous accusent de transférer nos responsabilités à d’autres. Certes, Ils ont raison. Mais, certaines situations méritent d’être explorées afin de trouver des réponses. Et, à cet égard, la situation actuelle d’Haïti ne peut nous laisser indifférents.

 

 

Comme on le sait, depuis des années, Haïti fait face à diverses catastrophes tant naturelles que politiques. Ce qui n’est pas sans effet sur son économie déjà moribonde. De jour en jour, la situation empire. Les Haïtiens, plus précisément les jeunes n’y voyant aucun avenir fuient le pays à la recherche d’un mieux être ailleurs. Le gouvernement, loin de les décourager, les encourage plutôt en ouvrant des bureaux de passeport dans presque toutes les villes du pays. On peut même dire que c’est le seul service qui fonctionne bien. Il n’est pas superflu ni exagéré de dire que cet exode fait l’affaire du gouvernement.

 

Maintenant, les gouvernements américain et canadien ne veulent plus de ces Haïtiens qui ont fui et qui continuent de fuir la misère. Nous comprenons leurs appréhensions et il est tout à fait  légitime qu’ils contrôlent leur immigration, mais n’ont-ils pas une responsabilité dans ce qui se passe en Haiti?  N’est-ce pas eux qui ont imposé au peuple haïtien Michel Martelly et Jovenel Moise?

 

Voilà le résultat du choix de la communauté internationale :

 

Haïti, 3.8 milliards dollars US du fonds de Petro Caribe volatilisés par l’équipe au pouvoir et le peuple abandonné à lui-même.

 

Qu’en dit la communauté internationale? Rien, aucune intervention. Au contraire, elle continue à alimenter le gouvernement haïtien qui devient très confortable dans ce type de gestion. Dans un tel contexte, le peuple a-t-il un autre choix que de chercher son pain quotidien ailleurs?

 

Que peut-on espérer?  

 

Dans ce pays, où une dizaine de familles contrôlent toute l’économie et l’équipe au pouvoir déjà à leur solde sombre dans la corruption la plus totale, on pourrait dire que les dés sont joués, qu’il n’y a rien à faire. Pourtant non. Tout n’est pas perdu. Nous saluons le courage de quelques sénateurs qui ont dit non à la corruption. Ils ont enquêté sur le Fonds de Petro Caribe et ont indexé certains responsables dudit Fonds. Comme il fallait s’y attendre, ils deviennent la cible des dilapidateurs du Fonds qui sont assurés de l’impunité et sont devenus très arrogants à la moindre question soulevée. Tout ceci se fait sous le regard de la communauté internationale qui reste muette.

 

Le 30 novembre 2017, un vote devait avoir lieu au Parlement sur le rapport du Fonds de Petro Caribe. La séance n’a pas eu lieu et est reportée sine die sous un faux prétexte, à savoir, le renouvellement du tiers du sénat qui n’était pas à l’ordre du jour. Aux dernières nouvelles, on rapporte que les sénateurs proches du pouvoir constituant la majorité de la Chambre haute ont reçu l’ordre de ne pas donner quorum pour le vote du rapport.

 

En fait, il n’y a rien d’étonnant. Le président Jovenel Moise, déjà inculpé pour blanchiment d’argent, et 12 autres personnes issues du pouvoir sont indexés dans le rapport. Quoi qu’il en soit, le rapport a fait son chemin. Tous les Haïtiens sont au courant et conscients que le Fonds de Petro Caribe a été volé par l’équipe au pouvoir et demandent des comptes. Cette fois-ci, ce n’est pas un budget où on peut manipuler  les citoyens en leur faisant croire dans tous les pays du monde tous les citoyens paient des taxes et de l’impôt. Cette fois-ci, c’est plutôt un cas de vol sans précédent dans l’histoire du pays et cela sans manipulation où tous ceux reconnus coupables  doivent être sanctionnés et punis conformément par la loi comme dans tous les pays du monde.

 

Aujourd’hui, le peuple demande justice. La communauté internationale a un rôle à jouer, comme elle a toujours fait, mais cette fois dans le bon sens. Ce sera le signal d’une nouvelle ère pour démarrer le pays et inciter les Haïtiens à rester chez eux.

 

 

 

Férère Coffy, BAA, MAP

 

Montréal, QC. Canada

 

1er décembre 2017

 

 

Une éclipse solaire, totale ou partielle a, de tout temps, suscité la curiosité des Hommes et aussi leur frayeur quand la science et l’éducation n’ont pas encore chassé les ténèbres de la religion et de la superstition. Gabriel Garcia Maquez présente dans son superbe roman : De l’amour et d’autres démons, un extraordinaire personnage, le père Cayetano Delaura, féru de sciences, qui souffre d’un trouble de la vue pour avoir trop regardé une éclipse en se servant d’un appareil non approprié à l’époque dans son désir de comprendre le phénomène. On a vu aussi des scénaristes occidentaux se moquant de l’ignorance d’indigènes quand un personnage se prête le pouvoir d’obscurcir ou de faire disparaître le soleil alors qu’il est simplement au courant de la date et de l’heure du phénomène.

Lire la suite...

L’intronisation de Jovenel Moïse au Palais national, c’est pour le 7 février 2017. Choisi par quelque 500 mille Haïtiens sur un électorat de plus de 6 millions d’électeurs, il va briguer la magistrature suprême de l’État pour servir sans parti pris, plus de 12 millions d’âmes qui attendent dans l’expectative, des améliorations certaines sur les plans social, économique, politique et culturel.

Lire la suite...

A la veille de 2004, l’année de notre bicentenaire de l’indépendance, un historien a publié aux éditions Autrementune diatribe pour laquelle il a choisi un titre plutôt provocateur : « Haïti n’existe pas. 1804-2004 : deux cents ans de solitude ». Dans cette satire démolisseuse, l’auteur, qui a été un proche conseiller de Jean Bertrand Aristide lors de son périple à Washington suite au coup d’état de 1991, s’attèle à décrire et raconter de manière fine mais avec une ironie particulière les causes d’une « défaite collective » de cette nation qui s’apprêtait à fêter le bicentenaire de sa victoire contre la barbarie esclavagiste.

L’exercice n’est pas sans intérêt. Haïti reste un pays dont l’histoirepassionne et le destin étonne. A charge ou à décharge, quelque chose intéresse tout observateur national ou étranger : comment ce pays a-t-il pu en arriver là ; Comment comprendre le passage de cette promesse au cauchemar qu’est devenue l’ile des caraïbes. Oui Haïti était une promesse. Elle était un exemple ; un modèle. Une référence pour tous les peuples de la terre en quête de justice et de liberté, sauf les puissances esclavagistes bien entendu. Que s’est-il passé ? Qu’est-ce qui explique cette décente aux enfers de la nation glorieuse ? C’est la question à laquelle chacun s’attend à une réponse.  

Comme certains, Christophe Wargny a donné sa version des faits. Il a commencé d’abord par montrer l’exceptionnalité de la révolution de 1804 conséquence d’un long déni et donc d’une interdiction d’exister, en passant par l’occupation américaine et la « dictature du sous-développement » incarnée par les Duvalier qui ont chauffé le pays au fer rouge. Mais c’est surtout à la période d’Aristide et de son mouvement politique Lavalas qu’il s’attardera. Si Aristide a sa part de responsabilité dans l’avortement de la « révolution » amorcée en 1986, il n’est pas le seul coupable. Christophe Wargny présente un ensemble de facteurs dont les diktats néolibéraux de FMI ou de la Banque Mondiale,  les problèmes environnementaux, l’impunité, l’absence d’un Etat de droit et surtout les pressions américaines qui, selon lui, contribuent à l’effondrement de l’Etat. Toutefois, dans l’ensemble du livre l’auteur tend à affirmer une chose : pour l’occident, Haïti n’existe pas, sauf quand elle est en crise.

Les événements de ces dernières semaines donnent l’occasion de revenir sur cet ouvrage. Des compatriotes fuyant les Etats-Unis traversent la frontière canadienne avec l’intention de demander asile et d’y demeurer. Cette information devient tellement virale sur le web qu’un Haïtien orgueilleux aurait même du mal à se connecter à l’internet de peur qu’il n’ait d’autre choix que de lire ou de regarder la calamité de ses frères et sœurs et donc son propre drame, car le malheur d’un Haïtien est le malheur de chaque Haïtien. 

L’ampleur de la sur-médiatisation de cet événement confirme une fois de plus la thèse de M. Wargny. Pour l’occident, Haïti n’existe que lorsqu’elle est en crise. Elle n’existe que lorsqu’il y a des images de chaos, de terreur et de désastre à exposer à la face du monde. C’est l’occasion de continuer de régler ses comptes avec ce petit pays avec des reportages et/ou des discours souvent d’une méchanceté gratuite. Que l’on songe aux discours construits autour du tremblement de terre de 2010 ou de la dénationalisation des Haïtiens d’ascendance haïtienne en République dominicaine ou encore et surtout du choléra qui s’abat sur ce pays à la fin de l’année de 2010, le constat est le même : acharnement médiatique. Malheureusement, l’occasion est donnée à chaque fois pour la reproduction de ces discours névrosés.

Mais une deuxième raison semble venir conforter la thèse de M. Wargny : Haïti n’existe pas, tout court, cette fois – même si moi je préfère parler de l’effondrement de l’Etat d’Haïti. Comment comprend-t-on que des personnes qui, fuyant un pays étranger, au lieu de retourner chez elles, préfèrent aller demander asile dans un autre pays ? Qu’est-ce qui les pousse alors à fuir l’idée d’un retour au bercail ? « Nous ne voulons pas retourner chez nous pour le moment […] L’avenir n’est plus aux Etats-Unis. L’avenir n’est pas non plus à la maison, en Haïti » (déclaration d’un refugié, radio canada, 4/08/2017). Il y a là quelque chose qui mérite toute l’attention. 

Que je sache, Haïti n’est pas en guerre ni occupé militairement au sens du droit international. Il n’y a pas non plus d’événements troublant gravement l’ordre public comme des catastrophes naturelles qui soudainement frappent le paysj ustifiant le comportement de ces Haïtiens (au sens de l’Article III(3) de la Déclaration de Carthagène de 1984 sur les réfugiés). Le fait que des Haïtiens qui essayent de s’extraire de la menace Trump préfèrent se rendre dans un pays tiers au lieu de de se préparer à revenir dans leur propre pays confirme que quelque chose ne va pas chez eux. Cela confirme qu’ils ne se reconnaissent pas dans l’Etat d’Haïti. En d’autres termes, cet Etat n’existe pas pour ces gens.

Cet épisode en dit long de la perception des Haïtiens, notamment les infortunés, de leur pays. La vérité c’est que ces derniers sont à la recherche de la vie. Ils poursuivent leur rêve d’un développement personnel, d’un confort et d’un bien-être qu’ils ne voient malheureusement pas chez eux. Bref, les gens fuient la misère et l’absence d’avenir. Ils refusent de revenir à bord d’un bateau naufragé. Ils boudent l’idée de revenir dans un pays empêtré dans une « crise multidimensionnelle » : crise économique, crise sociale, crise de confiance, corruption, problèmes environnementaux, problèmes sanitaires, insalubrités, chômage etc.   

Quelle leçon à donc en tirer?

Cette triste réalité offre à l’Etat et aux élites d’Haïti une nouvelle occasion  de s’asseoir et de discuter de ce qu’ils veulent faire du pays. Je veux insister sur ce point car la planification et le développement d’un pays se font par les acteurs nationaux. Ces derniers doivent se mettre ensemble pour définir des objectifs précis de développement et de la méthodologie à adopter pour y parvenir.

Haïti n’est pas fondamentalement pauvre. C’est un pays « dépecé » et appauvri par ses « bienfaiteurs » et ses élites dirigeantes corrompues. Ces derniers événements donnent au pays l’occasion de régler une fois pour toute la question de la corruption. C’est le moment de la reddition des comptes. Des sommes faramineuses ont été dépensées sans que la population ne sache où va l’argent. Je pense notamment au fonds petrocaribe. C’est le moment aussi pour l’Etat de rationnaliser ses dépenses. Un pays qui a tous ces problèmes ne peut pas se permettre de faire des dépenses futiles. J’en veux pour exemple les 197 millions pour la caravane + les 100 millions pour la sécurité du chef de l’Etat (Loop, 28 avril 2017).

Il n’y a pas longtemps que des pays de l’Amérique latine ou de l’Asie étaient dans une crise financière et sociale à peu près sinon comparable à celle d’Haïti. Mais ces pays ont su trouver la formule qui marche. Leurs élites nationales ont planifié « le développement de l’économie et fixe des objectifs aux entreprises du secteur privé. Elles utilisent les entreprises du secteur public pour créer les conditions plus favorables au secteur privé, leur accorde des subventions, les aide à se doter d’une main d’œuvre qualifiée et favorise les innovations scientifiques et technologiques pouvant accroître la productivité, améliorer la qualité des produits et conquérir les marchés extérieurs ». Aujourd’hui, certains de ces pays sont même en concurrence avec l’occident capitaliste. Je pense notamment au Brésil, à la République dominicaine, au Chili, à la Malaisie ou au Singapour.

Haïti doit s’inspirer de l’expérience positive de ces pays. Elle doit faire appel aux compétences locales pour définir et élaborer des stratégies et politiques de développement. Ces compétences existent même si leur nombre est limité, alors que faute de leur intégration beaucoup d’entre eux vont ou retournent en occident qui offre une meilleure condition de vie et de réussite.

De leur côté, les intellectuels doivent aussi s’organiser. Ils doivent prendre des initiatives, mettre l’accent sur la réflexion et la recherche, organiser des publications comportant de contenu pertinent et rigoureux et les diffuser auprès des autorités. Pour qu’elle soit utile au développement, l’activité de la recherche doit nécessairement prendre la forme d’une activité de grande importance sociale et non celle d’une activité individuelle.

A côté de l’élaboration et la mise en application de cette stratégie nationale de développement, l’Etat comme superstructure doit investir massivement dans la construction des infrastructures et dans l'éducation. Ces biens non marchands, comme l’a fait remarquer Adams Smith dans son essai sur la cause de la richesse des nations, sont tout aussi importants pour le développement et le progrès économique. 

---------------------

Haïti a besoin de se redresser. Elle doit valoriser ses compétences, consolider son capital humain, améliorer ses infrastructures. Bref, l’équation à laquelle les élites d’Haïti se doivent efforcer de résoudre se résume en quatre mots : rendre le pays vivable. C’est ainsi qu’elles redonneront au pays sa fierté. Ce faisant, les Haïtiens se sentiront bien chez eux et auront le gout d’y rester. Sans cet effort, nous continuerons d’envoyer cette image négative et avilissante d’un pays banni et rejeté même par ses propres ressortissants. Et Haïti continuera d’exister parce qu’il y aura toujours des désastres.

 

Moise Jean

Doctorant en droit

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Photo: CNews

 

Yves Roblin, est le responsable principal de la Direction de la planification et de la Coopération externe (DPCE), une structure technique au ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle (MENFP). Cet intéressé à l’éducation a produit une réflexion profonde sur le fonctionnement du secteur et propose quelques palliatifs qu’il partage aux lecteurs et lectrices de HPN. Bonne lecture !

Lire la suite...

 

Yves Roblin est responsable de la Direction de la planification et de la Coopération externe (DPCE) du ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle (MENFP). Comme tous ceux-là qui s’expriment suite au départ éternel du feu écrivain et éducateur, Jean Claude Fignolé, Yves Roblin s’est accroché aussi à la plume pour esquisser ses propres mots. Mais des mots qui mettent un accent particulier sur la magnanimité du Collège Jean Price-Mars qu’il considère comme un patrimoine, dont Fignolé a été membre fondateur. Yves Roblin a choisi de partager ses lignes aux lecteurs de HPN.

Lire la suite...

Le flou persistant sur la légalité ou l’illégalité de l’extradition du sénateur élu de la Grand ’Anse, Guy Philippe, près d’une semaine après, me pousse à intervenir sur ce dossier controversé, divisant les juristes et politistes. Par cette modeste contribution, j’entends, à la lumière du droit, apporter quelques éléments de réponse aux problèmes juridiques que soulève cette épineuse affaire. Le texte s’adresse à tous ceux et celles qui sont encore dans la confusion concernant la dimension illégale de l’extradition de M. Philippe. Mais juste avant de revenir sur la problématique de l’extradition elle-même, attardons-nous un moment sur l’arrestation du sénateur élu.

Lire la suite...

Un sommet sur l’apprentissage mobile se tient cette semaine à Paris, du 20 au 24 mars 2017, en vue d’échanger sur ce point essentiel de l’utilisation du mobile comme outil devant faciliter la poursuite des services éducatifs même dans un contexte difficile d’urgence et de crise. Haïti prend part à ces assises par le biais d’une délégation du ministère de l’Education nationale et de la Formation professionnelle (MENFP).

Lire la suite...

Allons vite : combien de mois reste-t-il au nouveau président pour se construire une crédibilité de chef de l’Etat ? D’abord le temps que ça va lui prendre pour former son gouvernement avec un Premier ministre capable et lui-même crédible. La trouvaille, la «perle rare» sera-t-elle conforme ? On a bien fait de ne pas se presser, en pleine période carnavalesque et au moment où l’opposition est synonyme de «chirepit» avec Moïse Jean Charles et Assad Volcy (à couteaux tirés). Ensuite ? Pour Jovenel Moïse, le vrai danger pourrait bien venir d’où il ne l’attend pas. On verra ça au fil des années …

Lire la suite...

Depuis quelque temps, la politique modifie fondamentalement l’être haïtien. Elle transforme le citoyen, un acteur prépondérant de la vie démocratique en spectateur amorphe du système, isolé et non déterminant dans la construction de l’avenir. Les élections se succèdent et l’importance de celui-là, élément dont l’agir participe de l’expression du souverain, va decrescendo jusqu’à être frappée d’une « inessentialité » suicidaire.

Lire la suite...

Plus d'articles...

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages