Des universitaires débattent du Drapeau, "Chaque citoyen, un porte drapeau"

Idées et Opinions
Typographie

 
Les docteurs Lucie Carmel Paul-Austin et Luné Roc Pierre-Louis ont débattu, le samedi 18 mai 2019,  à l’émission hebdomadaire TOP HAITI diffusée tous les samedis matins 8h-10h sur les ondes de la Radio D’S FM 104.7 (sur Tunein Radio D’S et sur impartialnews.info), autour du thème "drapeau, université et  civisme en Haïti".
 
D’entrée de jeu, Madame Paul-Austin et Monsieur Pierre-Louis ont nié l’existence d’une certaine controverse sur le bicolore haïtien en dépit des agitations de groupes politiques brandissant actuellement le noir et rouge en opposition au bleu et rouge. De l’avis des panélistes de TOP HAITI, il n’y a pas en ce moment présent, tant en dehors qu’à l’intérieur du pays un véritable débat sur le drapeau haïtien. “C’est un acte de sédition. Aucune rupture n’a lieu pour propulser un autre drapeau“, a avancé Dr Lucie Carmel Paul-Austin précisant que le changement de drapeau ne provient qu’à chaque moment où il y a une traversée historique effectuée dans le pays.
 
L’État, selon le constat de Dr Lucie Carmel Paul-Austin, est  responsable de la dégradation des vertus civiques et d’une baisse de la ferveur de la représentation du drapeau. Dans ses représentations, l’État de même que l’école haïtienne, ne se soucient guère de faire paraître le drapeau, souligne l’ancienne Ministre de l’Éducation Nationale. “Il s’agit de 216 ans de dégringolade généralisée. La vénération du drapeau en fait partie. La force symbolique du drapeau diminue“, explique Paul-Austin.
 
De son côté, Luné Roc Pierre-Louis, Docteur en Communication et Information, Enseignant et Chercheur à l’Université d’Etat d’Haïti croit que comme symbole le drapeau ne doit pas être seul mais accompagné d’une substance. “Chaque citoyen devait être un porte-drapeau“, note-t-il.
 
Des institutions comme l’armée dans un sens symbolique et l’Université dans un sens matériel comme porte-drapeaux font perdre concrètement au drapeau sa charge d'État.
 
Unanimement les deux professeurs panélistes de l’émission TOP HAITI rendent responsables le ministère de l’Éducation Nationale et les familles de la décadence des valeurs civiques.
 
Dantès Bellegarde ancien Ministre de l’Instruction Publique (NDLR, ci-après Ministère de l’Education Nationale) a attribué, selon Madame Paul-Austin, une lourde responsabilité à l’Université en fêtant le drapeau le même jour que l'université.
 
Selon la professeure, le concept d’Université pose problème en Haïti. “Une université n’est pas seulement un centre d’enseignement supérieur mais un lieu par excellence de recherches, de discussions, de rencontres et de brassages de diverses personnes. Delà devraient sortir les disciplines de la patrie“, argue-t-elle.
 
Pour Luné Roc Pierre-Louis, l’Université en Haïti est crisogène. Deux facteurs, selon le Dr Pierre-Louis, expliquent le problème de l’Université. Pas de lois sur l’enseignement supérieur ni aucune institution en charge de l’enseignement post baccalauréat souligne l’universitaire.
 
En ce qui a trait au cas spécifique de l’Université d’État Haïti, les intervenants à Top Haïti du samedi 18 mai 2019 ont évoqué cette absence de loi de cadre pour l’UEH qui entrave le fonctionnement des 19 entités et des  33000 étudiants qui le fréquentent annuellement.
 
Les panélistes ont fait le plaidoyer que l’enseignement supérieur, l’université et la recherche scientifique soient une question d’État et non délaissés aux mains des certains acteurs. 
 
Godson Lubrun

 

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages