Partis politiques et société civile prennent acte de la démission du Premier ministre

Politique
Typographie


Qu’il s’agisse de Clarens Renois du parti Unir, Edmonde Supplice Beauzile de la Fusion ou encore Assad Volcy de l’Orientation Démocratique pour Haïti, tous croient que cette démission est arrivée un peu trop tard.

En effet, pour l’ancien candidat à la présidence, Clarens Renois, coordonateur national du parti UNIR, cette démission est loin d’être une surprise puisqu’il fallait qu’un fusible saute après les violentes émeutes survenues les 6, 7 et 8 juillet dernier.

De son coté, l’ancienne sénatrice Edmonde Supplice Beauzile a salué l’acte posé par Jack Guy Lafontant tout en estimant qu’il a été mal accompli. En effet, la présidente de la Fusion croit savoir que c’est par Whatsapp que le Premier ministre a informé le chef de l’Etat de sa démission. 

Quant à lui, le coordonateur de l’Orientation démocratique pour Haïti est très acide envers le premier ministre démissionnaire. Pour Assad Volcy, il n’y a pas lieu de parler de démission formelle sinon que d’une simple déclaration. Ce qui s’est passé au parlement samedi dernier n’est que du théâtre, selon l’ancien candidat malheureux au sénat.

Parallèlement, des membres d’organisations de la société civile ont réagi après la démission de Jack Guy Lafontant.
Certains ont affirmé n’être pas étonnés du départ du chef de gouvernement, tandis que d’autres se sont montrés critiques par rapport à la façon dont le premier ministre a annoncé sa démission.

C’est le cas du directeur exécutif de JuriMedia, Abdonnel Doudou qui affirme que de la démission du Jack Guy Lafontant est une bonne chose qui vient calmer la fureur des citoyens qui ne cessaient de réclamer son départ après les violences urbaines. Il dit ne pas s’étonner de cette décision.

Plus loin, le directeur exécutif de JuriMedia estime que le président de la république a une autre possibilité de trouver une sortie de crise. En ce sens, il suggère que le chef de l’état nomme un premier ministre qui soit à la hauteur de ses fonctions.

De son coté, le coordonateur du Collectif 4 décembre critique la façon dont le Premier ministre a tiré sa révérence.


Pour Jean Robert Arguant, l’avenir du pays n’est pas encore clair. Il explique que le départ du gouvernement n’a pas solutionné le problème du pays encore moins guérir les plaies des 6, 7 et juillet dernier. L’ancien président de la chambre de commerce n’est pas trop optimiste, pour lui la nomination d’un Premier ministre ne suffirait pas à sortir le pays de la crise.

GA

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages