Jean-Henry Céant,  deux blocs parlementaires s'affrontent autour de sa ratification

Politique
Typographie



Le bloc majoritaire à la chambre des députés APH n’a jamais paru aussi divisé sur le sens de son vote, qui à priori devrait être unanime. Plus les jours passent, plus les déclarations divergent et les fissures apparaissent au grand jour.

Le président du bloc AHP, Alliance parlementaire pour Haïti, Jean Wilson Hyppolite annonçait, confiant, samedi, qu’au moins 50 membres dudit bloc, seraient prêts à accorder un vote favorable au premier ministre Jean-Henry Céant lors de l’énoncé de sa déclaration de politique générale. 

A en croire l’élu de Léogane, le notaire de Bourdon serait très proche de la Primaire. Faux et archi faux rétorque son collègue Yves Dupras, lui aussi membre influent de l’APH. 

“Pour avoir notre vote, il faut négocier”, soutient le parlementaire qui s’aligne ainsi sur la position d’un autre loup de l’APH et pas des moindre, puisqu’il s’agit du représentant de la circonscription de Delmas, Gary Bodeau, qui fait office de président de la chambre basse.

C’est normal que le bloc dont les membres avaient fait campagne pour le président Jovenel Moise et soutenu financièrement sa campagne aient leur mot à dire dans la formation de son gouvernement, a récemment martelé M. Bodeau. 

Me Céant doit négocier sinon, il y aura des surprises, a dit le député Dupras de Mole saint-Nicolas, qui précise que chaque membre du corps est un leader.  Si Me Céant veut devenir premier ministre, il sait ce qu’il  doit à faire pour dégager une majorité, affirme Dupras.

S’il affirme reconnaître avoir salué la nomination de Me Céant au poste de premier ministre, Yves Dupras l’invite aujourd’hui à prouver sa capacité de politicien capable de dialoguer avec tout le monde pour éviter toute surprise désagréable.

Sa collègue Marie Gladys Saint-Jean Lundi, toujours de l’APH,  voit les choses autrement. Si, parlementaires que nous sommes, nous nous impliquons dans la formation du cabinet ministériel, nous ne pourrons pas jouer notre rôle qui consiste à contrôler l’action du gouvernement, a-t-elle dit.

Celle qui pense que, dans l’intérêt de la nation, elle peut être une voix discordante au sein de l’APH, reconnait toutefois la nécessité pour le premier ministre Céant de négocier avec les responsables de partis politiques et parmi eux, des parlementaires.

Le député Louis Marie Bonhomme invite pour sa part ses collègues de l’APH à  se ressaisir et a éviter de s’affronter dans les médias. 

L’heure n’est pas a la division mais à la concertation en vue de mieux analyser les dossiers et scruter ensemble la déclaration de politique générale du prétendant à la Primature, a-t-il dit, évoquant, à l’instar de sa collègue de Jérémie, les urgences du moment notamment les questions environnementales et la prochaine rentrée scolaire.

Par Dodeley Orélus.
dodeley007@yahoo.fr
 



Le bloc majoritaire à la chambre des députés APH n’a jamais paru aussi divisé sur le sens de son vote, qui à priori devrait être unanime. Plus les jours passent, plus les déclarations divergent et les fissures apparaissent au grand jour.

Le président du bloc AHP, Alliance parlementaire pour Haïti, Jean Wilson Hyppolite annonçait, confiant, samedi, qu’au moins 50 membres dudit bloc, seraient prêts à accorder un vote favorable au premier ministre Jean-Henry Céant lors de l’énoncé de sa déclaration de politique générale. 

A en croire l’élu de Léogane, le notaire de Bourdon serait très proche de la Primaire. Faux et archi faux rétorque son collègue Yves Dupras, lui aussi membre influent de l’APH. 

“Pour avoir notre vote, il faut négocier”, soutient le parlementaire qui s’aligne ainsi sur la position d’un autre loup de l’APH et pas des moindre, puisqu’il s’agit du représentant de la circonscription de Delmas, Gary Bodeau, qui fait office de président de la chambre basse.

C’est normal que le bloc dont les membres avaient fait campagne pour le président Jovenel Moise et soutenu financièrement sa campagne aient leur mot à dire dans la formation de son gouvernement, a récemment martelé M. Bodeau. 

Me Céant doit négocier sinon, il y aura des surprises, a dit le député Dupras de Mole saint-Nicolas, qui précise que chaque membre du corps est un leader.  Si Me Céant veut devenir premier ministre, il sait ce qu’il  doit à faire pour dégager une majorité, affirme Dupras.

S’il affirme reconnaître avoir salué la nomination de Me Céant au poste de premier ministre, Yves Dupras l’invite aujourd’hui à prouver sa capacité de politicien capable de dialoguer avec tout le monde pour éviter toute surprise désagréable.

Sa collègue Marie Gladys Saint-Jean Lundi, toujours de l’APH,  voit les choses autrement. Si, parlementaires que nous sommes, nous nous impliquons dans la formation du cabinet ministériel, nous ne pourrons pas jouer notre rôle qui consiste à contrôler l’action du gouvernement, a-t-elle dit.

Celle qui pense que, dans l’intérêt de la nation, elle peut être une voix discordante au sein de l’APH, reconnait toutefois la nécessité pour le premier ministre Céant de négocier avec les responsables de partis politiques et parmi eux, des parlementaires.

Le député Louis Marie Bonhomme invite pour sa part ses collègues de l’APH à  se ressaisir et a éviter de s’affronter dans les médias. 

L’heure n’est pas a la division mais à la concertation en vue de mieux analyser les dossiers et scruter ensemble la déclaration de politique générale du prétendant à la Primature, a-t-il dit, évoquant, à l’instar de sa collègue de Jérémie, les urgences du moment notamment les questions environnementales et la prochaine rentrée scolaire.

Par Dodeley Orélus.
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages