La PLANSPA dit « oui » à l’appel au dialogue du président Moïse

Politique
Typographie

 

 

Le président de la plateforme nationale du secteur populaire haïtien (PLANSPA), Me Dieudonné Lhérisson, dit appuyer l’appel au dialogue que le président Jovenel Moïse a réitéré pour trouver une solution haïtienne a la crise à laquelle le pays est confronté.
 
C’est dans un dialogue inclusif qu’on arrivera à poser les vrais problèmes du pays afin de dégager ensemble des pistes de solution, a indiqué l’homme de loi.
 
Il dénonce l’attitude de « certains éléments du secteur économique qui utilisent la précarité de plusieurs jeunes des quartiers populaires pour alimenter un climat de violence dans le pays et assouvir leur soif de plus de biens et de pouvoir.
 
Tout en étant très critique envers les 4 sénateurs de l’opposition qui ne jurent que par le départ du locataire du palais national, Me Lhérisson demande aux habitants des quartiers populaires de se démarquer de ceux qui veulent les « jeter dans les ténèbres ». 
 
Ce qu’ils veulent, ce n’est pas la tenue du procès Petro Caribe mais accéder au pouvoir par la violence afin de gracier leurs proches impliqués dans la dilapidation du fonds vénézuélien, a dit Me Lherisson qui en veut pour preuve les révélations d’Eric Jean-Baptiste selon lesquelles la branche radicale de l’opposition se proposerait d’amnistier les dilapidateurs du fonds PetroCaribe après le départ anticipé du président Jovenel Moïse.
 
Si le président démissionne, le dossier PetronCaibe sera gelé, dit l’homme de loi qui affirme réfléchir sur « un plan » dans la perspective de la tenue d’un procès équitable.
 
Il invite les petrochallengers à se ressaisir et à se rendre compte que certains hommes politiques ne marchent pas vraiment dans la même direction qu’eux.
 
DO
 
Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages