Haïti-Politique : Nouveau premier ministre, nouveau gouvernement, à quoi joue Jovenel Moïse ?

Politique
Typographie

Comme attendu, la performance des grenadiers à la Gold cup a permis au pays de respirer un peu et d'observer une trêve politique inattendue. Toutefois, le président de la République Jovenel Moïse n'a, semble t-il, pas su profiter pour relancer le pays comme demander par ses amis américains et reprendre la gouverne. Ce silence du chef de l'Etat en dit long sur sa capacité à diriger cette fière nation, la première République Noire du monde.

Au lieu de s'occuper des affaires publiques, Jovenel Moïse parait plus préoccupé à redorer son image souillée dans l'affaire Petrocaribe. Aucune nouvelle ni d'annonce de nouvelles mesures pour redresser l'économie du pays dont le taux d'inflation avoisine les 19%. Le combat contre la pauvreté et l'insécurité alimentaire est abandonné; Jovenel Moïse ne reçoit  des ordres que de ces mandants directs, ceux là mêmes qui ont financé sa campagne, mais sa longue campagne de 22 mois.

On comprend bien aussi que le chef de l'Etat n'aime pas régler les affaires sur les places publiques, il l'a dit et répété à plusieurs reprises; cependant quand vous avez une nation qui attend les 6 et 7 juillet pour lancer un nouveau signal, le président devrait comprendre que ses interventions seraient salutaires avant et non après les événements.

Les citoyens demandent au président de démissionner pour se mettre à la disposition de la justice. Jovenel Moïse a clairement indiqué que cela ne faisait pas partie de son plan. Répétant qu'il n'est pas un président corrompu comme on veut le faire comprendre.

De ce refus, certains secteurs attendaient un geste de Jovenel Moïse comme un appel à la co-habitation comme l'a demandée le leader de l'ODEP-Haïti, Assad Volcy. D'ailleurs, le nom de Kelly Bastien était sur la table pour d’éventuelles négociations. D'autres s'attendaient à l'arrivée d'un nouveau gouvernement pour calmer la fureur des opposants, rien de cela. Jovenel Moïse montre ses muscles appuyés par une frange de la communauté internationale notamment les Etats Unis d’Amérique.

 La rédaction de Haiti Press Network vient d'apprendre que Jovenel Moïse voudrait nommer l'ancien président du Sénat Joseph Lambert "la bête politique" premier ministre en lieu et place de son poulain Jean Michel Lapin. Le locataire du palais national veut sortir un grand coup pour assurer ses arrières et aussi récupérer sa majorité législative. Si "Jo" Lambert est nommé pourra t-il donc dans cette conjoncture trouver la formule pour gouverner et aider le Président de la république à reprendre le contrôle du pays tenaillé par des mouvements revendicatives au sein même de l'Administration publique ?

Cette arène politique maîtrisée par l'élu du département du Sud-Est pourrait jouer un mauvais tour à Jovenel Moïse qui, dans la perspective d'une éventuelle démission, serait remplacé par son premier ministre. Un beau cadeau à Joseph Lambert qui mettrait  bien un terme à sa carrière politique en atteignant la magistrature suprême de l'Etat.

HPN

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages