Haïti-Politique : Manif, casses, barricades, pays lock, bref, rien !

Politique
Typographie

Les manifs à répétition, les messages répétés de différents secteurs sur la démission de Jovenel Moise, deux rapports sur les fonds Petrocaribe. Des opérations "pays lock" lancées par l'opposition, une année scolaire bâclée. Bref, que nous reste t-il pour forcer Jovenel Moise à partir ou aider le secteur démocratique à s'asseoir à la table des négociations pour mieux se faire comprendre ?

 

On nage en pleine incertitude. L'affaire Jovenel Moïse est devenue une pourriture au point qu'on se demande .... L'Etat existe t-il toujours ? Les détritus, la boue, la poussière, une vie au compte de goutte. Les maires sont aux abonnés absents. Des élus qui coûtent très chers à la République se taisent. Ils ont fini par comprendre qui détiennent le vrai pouvoir en Haïti.

 

La solution de l’équation ne semble pas être pour demain. Car dans ce puzzle, les grosses têtes se pointent. Une ambassadrice qui dictent, un Président élu par un peuple  se cache au bras de l'oncle Sam pour sauver son mandat. Un secteur démocratique qui refuse le dialogue: le résultat, aujourd'hui  la machine est bloquée. Et ce n'est pas la police nationale tenaillée par des luttes intestines qui viendra débloquer la situation. Du triangle de l'insécurité(Marchand, village de Dieu et Grand Ravine), la PNH ne contrôle aucun coté de cette figure géométrique isocèle qu'elle doit résoudre. Cette institution apolitique doit régler l'autre problème : Arnel et consorts ! La PNH laisse la politique aux politiciens. Malheureusement, les politiciens sont de bons copins à Arnel. Difficile de décanter l'un de l'autre; c'est la nouvelle donne.

 

Sauver la face ! Former un gouvernement. Mais pourquoi ?

 Entre temps, Le Président discute avec les secteurs pour former un gouvernement. Mais quel gouvernement ? Et Quel secteur ? Puisque bon nombre d'entre eux demandent le départ de l'homme qui ne sait pas mentir et qui ne peut mentir  promettant de l’électricité 24/24 à une population qui a cru pendant longtemps jusqu’à ce qu'il découvre son vrai visage: Un ingénieur.

 

Mais, il faut comprendre que le gouvernement est en place, les ministres sont en poste. Ils viennent régulièrement au bureau et le Président n'a cure. Ratifié ou pas, le président tient le gouvernement qu'il voulait. Jovenel Moïse sait très bien que le prochain gouvernement ne pourra pas être ratifié au bicentenaire et il ne prendra pas fonction comme souhaité.

 

Les Medias sont devenus le ring pour les combats de boxe entre les parties mais à distance. On a  l'impression que le combat se fait entre les médias eux-mêmes avec des coups d'informations en grande pompe allant jusqu'à la limite de la désinformation. Ceux-là qui se disent journalistes d'opinions essaient par tous les moyens de tirer leur épingle du jeu. L'opposition qui mène son combat en utilisant de manière exagérée la presse, parait essoufflée et n'a plus les mots pour convaincre les casseurs. Le pouvoir qui a trop fait usage de la violence et du mensonge n'a plus d'arguments et de munitions pour se justifier. Les deux parties se regardent et ne se disent rien malgré une étouffante économie et des menaces de famine.

 

Au-delà de ce tohu bohu, il faut croire que le petit jeu coquin des politiciens doit prendre fin et a une limite; que le mensonge et la tromperie doivent cesser pour arriver au pouvoir; que des politiciens amateurs comprennent la gravité des choses et que  la politique n'est pas un jeu d'enfant. Il faut aujourd'hui trouver les moyens de se parler car les services publics ne fonctionnent plus alors que les citoyens le paient au prix fort tous les jours. Pour combien de temps tiendront-ils encore ces malheureux qui en ont marre de cette pourriture et cette anarchie croissante ?

A bon entendeur, Salut ! 

   

 

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages