Haïti-meurtre : attaques armées à Bel-Air : le RNDDH condamne et exige l'intervention des autorités policières

Politique
Typographie

 

 

 

Il sévit une situation alarmante dans le quartier de Bel-Air caractérisée par des attaques armées, des incendies de maisons et de véhicules et le maintien d’une psychose de peur au sein de la population, selon une enquête du Réseau National de Défense des droits humains (RNDDH).

 

 

 

Au moins quinze (15) personnes ont été tuées par balles et plusieurs autres blessées. Onze (11) voitures et plus de vingt-et-une (21) maisons ont été incendiés, deux (2) transformateurs électrique endommagés, tel est le bilan provisoire dressé par le RNDDH.

 

 

 

Tout en condamnant le massacre perpétré par des hommes armés, l’organisme de défense des droits humains exige que les autorités policières mettent tout en œuvre en vue de mettre fin immédiatement à ces attaques.

 

 

 

Selon les premières informations recueillies par le RNDDH, ces attaques, perpétrées par les gangs armés dirigés respectivement par l’ex-policier Jimmy CHERIZIER alias Barbecue et Ti Sonson connu encore sous le nom de Ti Chèf, de la Base Krache Dife, sont orchestrées pour le pouvoir exécutif.

 

 

 

L’objectif premier était d’enlever les barricades érigées dans ce quartier par des militants de l’opposition qui réclame le départ du président Jovenel Moise.

 

 

 

Et, selon toute vraisemblance, des agents de la Brigade d’Opération et d’Intervention Départementale (BOID) et de l’Unité Départementale pour le Maintien de l’Ordre (UDMO) sont aussi impliqués dans la perpétration de ces attaques.

 

 

 

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages