Mathias Pierre appelle le Président à la prudence et à la sagesse pendant le dysfonctionnement du Parlement 

Politique
Typographie

 

 

L'ancien candidat à la Présidence est tranchant : "Je crois à un accord politique. Il faut un New Deal économique et social pour finir avec l'exclusion sociale dont souffre la majorité de la population haïtienne" a lancé Mathias Pierre dans une interview exclusive accordée à l'agence Haiti Press Network(HPN).

 

Selon M. Pierre, les haïtiens doivent se réunir autour d'une même table pour discuter de la situation socio-politique. "L'opposition a commis une erreur en voulant renverser le président par la force alors qu'elle n'a pas le support de l'International sans oublier que le rapport de force  n'est pas  à son avantage" a fait remarquer l'ingénieur électronique, diplômé à la faculté des Sciences de l'Université d'Etat d'Haïti.

 

Pour ce qui concerne le mandat des sénateurs, l'ancien candidat à la Présidence ne va pas par quatre chemins, il y a eu un deal politique verbalement pour prolonger le mandat de quelques sénateurs élus pour respectivement quatre ans et deux ans. Les élections n'ont pas eu lieu comme prévu, ils doivent partir. Pour Mathias Pierre cette affaire est réglée. Cependant, l'Entrepreneur appelle le Président à la prudence et à la Sagesse devant le dysfonctionnement du Parlement qui est une institution importante pour le fonctionnement de la démocratie. "La démocratie  est fragilisée et il ne faut pas que le président se prend comme l'unique coq dans la basse-cour", met en garde l'homme politique.

Dans ce sens, Mathias Pierre demande au chef de l'Etat de trouver un accord politique en consolidant la base de ses alliés, en rapprochant les modérés afin de neutraliser les radicaux. Seule cette stratégie permettra de trouver le chemin du dialogue afin de répondre aux problèmes socio-économiques  aigus. "Le phénomène Pays Lock a été catastrophique pour l'économie Haïtienne, il faut un gouvernement pouvant répondre aux besoins de la population" a indiqué M. Pierre.

 

Il souligne entre autres, que la politique est dynamique et avec les élections qui arrivent en Novembre aux Etats Unis, les données pourraient changer. Dans le cas, où Donald Trump serait réélu, l'Administration deuxième version ne sera certainement pas celle de la Première et les considérations seront différentes avec des conséquences négatives fait remarquer l'entrepreneur. Mathias Pierre qui ne se considère pas comme un allié politique de Jovenel Moïse dit embrasser plusieurs de ces initiatives notamment la nationalisation des centrales de Varreux pour lesquelles les citoyens ont payé le prix fort.

 

"Il est inconcevable que 200 à 250 millions de dollars soient dépensés pour  subventionner de l'ED'H et que cet argent aille dans les poches d'hommes d'affaires corrompus" a lancé Mathias Pierre. Du coup, il reconnait que la promesse du Président sur la disponibilité 24/24 du courant électrique en 24 mois dans le pays était irréaliste. "Je suis professeur à la faculté des sciences je ne saurais supporter cette promesse du chef de l'Etat" souligne l'ancien candidat à la Présidence.

 

Mathias Pierre fait remarquer de la production du courant à sa distribution, cela prend du temps rappelant que le barrage de Péligre a pris plusieurs années avec au passage de trois gouvernements(Estimé, Magloire et Duvalier).

 

La question du Référendum sur la constitution

 

Sur la question du Référendum annoncé par le Président à l'agence Reuters et qui alimente le débat dans l'opinion publique depuis plus d'une semaine, Mathias Pierre a fait savoir que tout référendum est inconstitutionnel selon la constitution de 1987 amendée. L'ancien candidat à la Présidence encourage le chef de l'Etat  à organiser des élections le plus rapidement possible pour combler le vide institutionnel après le départ de la 50e législature. Dans ce sens, M. Pierre propose à Jovenel Moïse de trouver un accord politique, de consolider le CEP en place et de faire du projet de loi électoral un décret électoral et de trouver une formule pour financer les partis qui doivent participer à ces joutes électorales.

 

Pour la question de sécurité avant la tenue de ces élections, l'entrepreneur devenu homme politique propose la mise en place d'un plan sécuritaire avec le Conseil supérieur de la police nationale(CSPN), d'adopter des mesures d'apaisement social avec des activités à haute intensité de main d'oeuvre dans plusieurs régions du pays à travers les structures sociales de l'Etat et enfin le renforcement de Petites et moyennes Entreprises(PME) afin de faciliter la réalisation des élections dans la sérénité et le calme.

 

"Jovenel Moïse ne doit pas se considérer comme le grand gagnant, la crise politique est aiguë, il faut trouver un accord politique pour le bien être du plus grand nombre", termine Mathias Pierre.

 

ET

 

 

 

 

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages