Haïti-OEA : La Fusion écrit à l’OEA sur les dérives du pouvoir en place et la fin du mandat de Jovenel Moïse au 7 février 2021

Politique
Typographie

 

 

 

 

 

Dans une correspondance au secrétaire général de l’OEA Luis Amalgro, la présidente du parti Fusion des Sociaux-Démocrates Haïtiens, Edmond Supplice Beauzile a dénoncé une altération de l'ordre constitutionnel qui a de sérieuses incidences sur l’ordre démocratique, accusant le pouvoir de « saboter le système démocratique que le peuple haïtien, au prix de lourds sacrifices, s’est évertué à construire depuis la fin de la dictature des Duvalier. »

 

 

 

En plus des crises multiples : sociales, économiques, sanitaires et sécuritaires que traverse le pays, la Fusion a rappelé que depuis son accession au pouvoir le Président Jovenel Moïse a systématiquement refusé d’organiser les élections aux dates prévues par la Constitution ».

 

 

 

Dans cette lettre Edmonde Supplice Beauzile mentionne pour Luis Amalgro que le Parlement est devenu dysfonctionnel et le Président de la République a réussi son pari d’être seul maître à bord. « Il règne désormais en maître et seigneur n’ayant de compte à ne rendre à personne. Il a nommé seul un gouvernement de facto qui n’a aucune légitimité et encore moins de légalité ».

 

 

 

Sur l’appui de l’OEA sollicité par le gouvernement haïtien pour organiser des élections, la Fusion croit que ce serait porter un coup fatal et irréparable à la démocratie en Haïti que de confier l’organisation d’élections libres et justes à un Président qui bafoue aussi ouvertement la constitution et les lois de la République.

 

 

 

Par ailleurs, se référant aux articles 134-2 de la constitution et 239 du décret électoral de 2015 la Fusion indique qu’il est sans équivoque que le mandat de Jovenel Moise se termine le 7 février 2021.

 

 

 

HPN Sondages