Haïti / Sécurité : C’est au pouvoir judiciaire de gérer son indépendance, dixit Joseph Jouthe

Politique
Typographie

 

Le premier ministre Joseph Jouthe ne regrette pas avoir fait une intervention pour faciliter la libération des cinq policiers de l’UDMO (Unité Départementale de Maintien d’Ordre) qui étaient écroués au pénitencier national dans le cadre de l’enquête sur l’assassinat du bâtonnier de Port-au-Prince, Me Monferrier Dorval le 28 août dernier.

 

C’est le chef du parquet de Port-au-Prince, Me Ducarmel Gabriel, qui avait ordonné que ces policiers, qui étaient en isolement, soient conduits au pénitencier national. Ils étaient de garde devant la maison du bâtonnier Dorval à Pèlerin 5 lorsqu’elle a été cambriolée après l’assassinat du professeur.

 

Le chef du gouvernement avait demandé leur libération pendant que plusieurs policiers organisaient un violent mouvement de protestation le samedi 12 septembre dernier à Port-au-Prince, pour exiger qu’ils soient libérés.

 

Plus d'un dénonce l'immixtion du chef de gouvernement, dans une affaire judiciaire. « Qu’ils continuent à le regretter », dit Joseph Jouthe. Il affirme qu’il est prêt à défendre tout citoyen, surtout un policier, victime d’injustice.

 

S'agissant de l'indépendance du pouvoir judiciaire, le premier ministre affaire que c’est ce pouvoir qui doit gérer son indépendance.

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages