Haïti-Politique-CEP : Les prochains jours seront très difficiles, selon André Michel

Politique
Typographie

Le président de la République, Jovenel Moïse marche sur la Constitution. Les hommes et les femmes au pouvoir veulent tout faire pour garder le pouvoir malgré eux. Les rapports de force brutale sur le terrain s’accentuent. Les prochains jours seront très difficiles, a déclaré Me André Michel, lors d’une intervention sur les ondes de radio Magik 9.

D’après Me André Michel qui répondait aux questions de nos confrères Roberson Alphonse et Robenson Geffrard, ces gens qui mènent la barque du pays montrent clairement qu’ils ne peuvent exister en dehors du pouvoir qui constitue pour eux une planche de salut et une barre de protection par  rapport aux crimes qu’ils ont commis. Donc, déduit ce leader de l’opposition politique, ces gens sont prêts à tout pour essayer de conserver le pouvoir.  

« Au niveau politique, tous les groupes organisés et toute la société qui se sentent agressés se sont déjà exprimés face à l’agissement aveugle du président, supporté momentanément par la communauté internationale. Le chef de l’État qui veut à tout prix s’échapper à la justice, joue à l’aveuglette et prêt à conduire le pays vers l’abîme», regrette Me André Michel.

Selon lui, la transition devant conduire le pays sur le chemin des élections libres, honnêtes et démocratiques, est inévitable. Le jeu macabre de l’Exécutif qui agit sans réserves, en dehors des lois de la République et d’un consensus de toutes les forces vives de la nation, ne passera pas, dit-il plus loin. Le jeu du président et la vision de l’opposition sont deux projets qui s’affrontent sur le terrain de ce rapport de force brutale, ajoute-t-il.

« Les partis politiques rejettent d’un revers de main la mise en place de ce Conseil électoral provisoire en dehors de la Constitution et s’arrangent à faire échec à ce projet du président Moïse », a laissé entendre l’homme de loi, lequel a appelé en passant la population à se réveiller et se mettre en croix contre cette dictature que le chef de l’État veut rétablir dans le pays, avant d’insister que les prochains jours s’annoncent très difficiles.

Face à l’agissement du pouvoir qui semble s’emballer dans la provocation plutôt que de travailler pour la paix sociale, la fin de l’année 2020 ressemble comme deux gouttes d’eau à celle de 2019, en termes de mobilisation sur le macadam, annonce en conclusion le professionnel du droit qui combat le pouvoir du PHTK depuis des années.

Alix Laroche

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. 

 

        

 

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages