Haïti-Référendum : Pourquoi tant de tergiversations autour du référendum sur l'avant projet de la nouvelle Constitution ?

Politique
Typographie

 

L’idée de remplacer la Constitution de 1987 a traversé plusieurs Administrations haïtiennes et presque tous les gouvernements qui se sont succédés entre 1994 et 2014. Hommes politiques, Syndicalistes, Société civile, journalistes et simples citoyens s’accordent sur le fait que la Charte de 1987 pose de sérieux problèmes au développement souhaité du pays avec trop d’articles ambigus qui ne cadrent plus avec la réalité sociale, économique et politique. Plusieurs forums et de discussions ont été réalisés sur la question par des Universités et institutions de Droits humains.

Les Etats généraux sectoriels organisés dans plusieurs départements notamment le Nord-Ouest, le Nord-Est, les Nippes et le Sud-Est au cours de l’Année 2019 a permis de voir le malaise profond des citoyens autour de la Constitution de 1987 même amendée. Pour le Ministre en charge des questions électorales et des relations avec les partis politiques Mathias Pierre, la question ne date pas d’aujourd’hui. Il rappelle que le Président René Préval avait mis en place en Juillet 2009 une Commission spéciale sur l'amendement de la Constitution de 1987 ayant à sa tête le Constitutionnaliste et historien Claude Moïse. Mathias Pierre dit se souvenir que le jour de l’installation des membres de cette Commission sur l’amendement au Palais National, le Président Préval avait également installé une autre commission sur la compétitivité présidée par le Dr Réginald Boulos réclamant à cor et cri une nouvelle Constitution pour remplacer celle de 1987. Le ministre en charge des questions électorales dit s’étonner que M. Boulos, homme d’affaires aujourd'hui converti à la politique, s’oppose de manière aussi virulente à une nouvelle Constitution.

 

Mathias Pierre rappelle pour ceux qui ont des trous de mémoire que la 50e Législature avait crée une Commission présidée par l’ancien Député de Pétion Ville Jerry Tardieu et qui avait produit de nombreuses réflexions sur  la situation politique du pays notamment l'ambiguïté dans les relations entre le Président et le Premier Ministre qu’il a nommé et qu’il ne peut révoquer. Le Ministre Pierre souligne que dans ce document, le député Tardieu avait fait le plaidoyer pour la création du poste de Vice-Président pour accompagner le Président de la République en lieu et place de la nomination d'un Premier ministre ainsi qu'une plus large participation de la Diaspora dans les affaires politiques du pays. Mathias Pierre explique que ces éléments sont insérés dans la Nouvelle Constitution proposée par le Comité Consultatif indépendant. Le Ministre en Charge des questions électorales dit ne pas comprendre le refus de l’ancien Député de remplacer la Constitution de 1987 devenant son inconditionnel défenseur. L'ancien candidat à la Présidence de 2015 s’interroge sur ce refus systématique.

 

Mathias Pierre dit dénoté une incohérence dans le discours des politiques en Haïti. Il explique que ceux qui voulaient remplacer la constitution de 1987 devraient logiquement supporter le référendum sur l’avant-projet de la nouvelle Constitution. « Ils se démarquent du projet parce qu’ils n’aiment pas tout simplement le Président Jovenel Moïse », explique M. Pierre. Pour le ministre en charge des élections, ce refus des acteurs de participer au référendum et aux prochaines élections est la résultante des politiques du passé. Dans certaines régions du pays, les hommes politiques veulent toujours contrôler le secteur judiciaire pour mieux opérer dans les bureaux de vote en toute impunité. Pour Mathias Pierre c'est un jeu de coquin qui s'est installé depuis plusieurs années dans la machine électorale et qui ne peut perdurer si l'on veut avoir des élections fiables dans le pays.

 

Entre outre, M. Pierre rappelle que l’amendement de la Constitution de 1987 fait au Sénat de La République  sous la Présidence de Rodolphe Joasile n’a pas arrangé la situation sinon l'empirer. Mathias Pierre explique que cet amendement a mis le Premier ministre en face du Président lui donnant la possibilité de remplacer le chef de l’Etat en cas d’empêchement. Une situation insolite selon le ministre Pierre qui a crée plus d’instabilité politique dans le pays. L’ancien candidat à la Présidence invite les citoyens à prendre connaissance du document pour mieux comprendre les enjeux ainsi que les avantages qu'il offre pour les prochaines années. Il souligne notamment la proposition d’une plus large participation des femmes avec un quota de 35% dans toutes les sphères du pouvoir avec au passage une discrimination positive.

 

Pour le ministre en charge des questions électorales, le référendum est un acte démocratique. Il invite les citoyens à engager des discussions autour du nouveau document et de remettre au Conseil Consultatif Indépendant leurs griefs. Mathias Pierre a indiqué que chaque citoyen, quelque soit l'endroit où il se trouve, a son mot à dire sur l'avant-Projet de la Nouvelle Constitution. Le Conseil Électoral Provisoire(CEP) continue de faire la mise en place des bureaux de vote sur le référendum prévu le 27 Juin prochain. Mathias Pierre se dit convaincu que la nouvelle Constitution, s'il est accepté par les citoyens lors du référendum prochain, apportera des solutions aux problèmes politiques que traverse le pays depuis plus de trente ans.

 

Le Ministre en charge des questions électorales dit être conscient que la réalisation des élections reste le grand défi du gouvernement. Toutefois, M. Pierre dit croire que les acteurs politiques parviendront à un accord politique pour éviter le chaos au lendemain de Février 2022. "Je sais qu'une partie de l'opposition n'attend que cela pour entrer de plain-pied dans la transition. J'invite les partis politiques regroupés au sein de l'opposition à faire front commun autour d'un Candidat unique pour prendre le pouvoir par les urnes. Ainsi ils pourront sans problème réaliser leur projet", a lancé Mathias Pierre dans une entrevue accordée ce mardi à une station de Radio de la Capitale. Le ministre en charge des questions Électorales encourage les partis politiques de l'opposition à accepter la main tendue du Président Jovenel Moïse dans le but de trouver un accord politique.

 

 

ET/HPN

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages