Dernieres Nouvelles

 

 

 

Les autorités sanitaires haïtiennes n’ont enregistré aucun nouveau cas confirmé de choléra depuis maintenant un an. Le dernier cas confirmé a été signalé le 24 janvier 2019 dans la commune de l’Estère, dans le département de l’Artibonite. Il s’agissait d’un petit garçon de 5 ans, qui s’était rétabli après son admission dans un centre hospitalier.

 

 

Depuis maintenant un an, ce vendredi 24 janvier 2020, aucun nouveau cas n’a été enregistré. La maladie qui, depuis octobre 2010 a fait 9792 morts parmi plus de 820 mille personnes contaminées, semble avoir été maîtrisée, se réjouiT l'organisation panaméricaine de la Santé (OPS).

 

 

L’organisme souligne que ces résultats sont le fruit d’efforts conjoints d'Haïti, de l'OPS et d'autres agences partenaires pour s'attaquer aux causes profondes du choléra, qui comprenaient une surveillance accrue pour détecter et répondre à d'éventuelles épidémies, la mise en œuvre d'initiatives de diagnostic rapide et le traitement rapide des cas avec réhydratation et soins adéquats.

 

 

La directrice de l'OPS, Carissa Etienne a fait remarquer que « le choléra est une maladie d'inégalité qui tue de manière disproportionnée les personnes les plus pauvres et les plus vulnérables, celles qui n'ont pas accès à l'eau potable et à l'assainissement».

 

 

Elle ajoute que « la mort par choléra est évitable avec les outils dont nous disposons aujourd'hui ». Elle affirme toutefois que pour garantir que le choléra reste un souvenir lointain, il faut également accélérer les investissements dans l'eau potable et un assainissement adéquat en Haïti.

 

 

Il faut dire que le pays est toujours à la traîne, au niveau régional, pour ce qui de l'accès à l'eau potable et à l'assainissement.

 

 

Plus d'un tiers de la population (35%) ne dispose pas de services d'eau potable de base et deux tiers (65%) ont des services d'assainissement limités ou inexistants. C'est bien en dessous de la moyenne régionale de 3% et de 13% respectivement.

 

 

Environ 10 ans après l’introduction de la maladie en Haïti à travers des casques bleus népalais, les victimes continuent de réclamer justice et réparation. Elles continuent de demander à l’Etat et à la communauté internationale de veiller à ce que le respect de leurs droits et leurs attentes soient parmi les priorités et au cœur de toute forme d’assistance.

 

 

Dodeley Orélus

 

 

 

Ces Etudiants du secteur privé n'ont pas digéré la décision du ministère de leur enlever une allocation mensuelle de 8 mille gourdes. Plusieurs d'entre  eux qualifient de discriminatoire cette décision du MSPP lors d'une rencontre avec la presse Mercredi. "Nous faisons aussi du service public", ont souligné les protestataires.

 

Ces médecins internes annoncent des mouvements de protestation et une marche pacifique lundi 20 janvier pour forcer la Direction générale du Ministère à revenir sur sa décision.

 

Ils n'ont pas mâché leurs mots pour critiquer le ministère de la santé publique et de la population contre ce qu'ils appellent l'arbitraire. Ils ont ete également virulents envers la ministre de la Santé qui, selon eux, n'a mis aucune politique sérieuse pour renforcer le système sanitaire dans le pays.

 

L'un des médecins internes ont rappelé que ces 9 mille gourdes servaient uniquement comme frais transport pour les médecins pendant leur internat.

 

HPN

 

PHOTO : ARCHIVES

 

 
 
Selon le ministre dominicain de la Santé publique, Rafael Sánchez  Cárdenas, 40% des jeunes nés entre 1981 et 1996, ont des problèmes cardiovasculaires. Un taux nettement plus élevé par rapport à la génération précédente. La République dominicaine a du mal à avancer des chiffres mais le président de la Société dominicaine de cardiologie, Fausto Warden Taveras, interrogé sur une récente publication internationale, inquiète les autorités, les sociétés médicales et les cardiologues.
 
 
Les spécialistes dominicains identifient plusieurs facteurs qui pourraient engendrer cette maladie dont le régime alimentaire des jeunes  avec des repas rapides, les nombreuses heures consacrées  à l'utilisation de la technologie, très peu d'activités physiques et à l'utilisation de substances telles que l'alcool, le tabac, les cigarettes électroniques, les énergisants et, dans certains cas, les drogues interdites que certains présentent utilisent de manière abusive.
 
 
Le Ministre Cárdenas affirme que des discussions sont en cours en vue de l’élaboration d’un Plan stratégique décennal de santé  comme guide du système de santé en tant que politiques préventives. La majorité des jeunes dominicains fréquentant les cliniques maintiennent un apport élevé en glucides et en graisses saturées. Il est essentiel que les jeunes dominicains âgés de moins de 20 ans changent de comportement en faisant de l'exercice et de manger sainement, car sinon, disent les spécialistes, ils avancent vers la mort prématurée et dépenseront beaucoup de ressources pour maintenir leur santé.
 
 
Selon MedlinePlus, les maladies cardiovasculaires sont un terme large pour désigner les problèmes cardiaques et sanguins. Ces problèmes sont souvent dus à l'athérosclérose. Ce malaise survient lorsque la graisse et le cholestérol s'accumulent dans les parois des vaisseaux sanguins (artère). Lorsque la graisse et le cholestérol s'accumulent dans les parois des vaisseaux sanguins, cela s'appelle la plaque. Au fil du temps, la plaque peut rétrécir les vaisseaux sanguins et causer des problèmes dans tout le corps. Si une artère est bloquée, cela peut entraîner une crise cardiaque ou un accident vasculaire cérébral. Des conseils pratiques qui peuvent être utiles aux jeunes haïtiens.
 
 
 
Yves Paul LEANDRE
Source : Société dominicaine de cardiologie

Ce 24 janvier 2020 ramène la 2e année de célébration de la Journée internationale de l’éducation. À cette occasion, le titulaire du ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle (MENFP), Pierre Josué Agénor Cadet a, dans un message porté par le directeur général lors d'une activité, ce vendredi, au bureau de l'UNESCO à Pétion-Ville, attiré une fois de plus l’attention sur la nécessité de protéger le droit à l’éducation en toutes circonstances. HPN vous invite à lire intégralement ci-dessous le message.   

Lire la suite...

Le ministre de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle (MENFP), Pierre Josué Agénor Cadet a visité, le jeudi 23 janvier, le Collège mixte Ascension, l’établissement scolaire où un accident mortel s’était produit, le mercredi 22 du même mois, causant le décès d’un élève et faisant cinq blessés, a constaté Haiti Press Network.

Lire la suite...

Dans le cadre du partenariat en éducation, notamment du suivi du financement des projets à réaliser dans le secteur, l’UNICEF a été  retenu comme Agent-partenaire entre le ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle (MENFP) et le Partenariat mondial pour l’éducation (PME), a appris de source sûre, l’Agence d’informations HPN. Lire ci-dessous le contenu de l’article. 

Lire la suite...

Il est coutume chez nous en Haïti de débuter l'année avec une bonne soupe au giraumon. Symbole de notre indépendance du 1er janvier 1804, la soupe au giraumon est plus connue dans notre pays sous le nom de Soup Joumou. Qu'on la prépare soi-même ou qu'on aille la déguster chez des parents, voisins et amis, pas question pour les haïtiens d'ici et d'ailleurs de rater la fameuse soupe joumou sous aucun prétexte ce 1er janvier. Tout en vous souhaitant nos vœux les meilleurs pour l'année 2017, HPN vous propose la recette de la Soupe au Giraumon/ Soup Joumou.

Lire la suite...

Connu sous le nom de Malanga en Haïti, le chou dur est un légume d’Amérique du Sud. Le chou dur (malanga) est l’un des aliments les moins allergéniques. Riches en fibres, potassium, hydrate de carbone, glucides, il  aide à contrôler la pression artérielle, aide à maintenir les niveaux de sucre dans le sang, contribue à améliorer la constipation et réduit le risque de maladie cardiaque. 

Lire la suite...

La tomate est un légume-fruit important pour la santé. Consommée crue ou cuite, en plus d’apporter un peu de couleur rouge à nos plats, la tomate apporte également de l’énergie à notre corps. Cet aliment sain, rafraîchissant, peut être mangé chaque jour.   

Lire la suite...

La République d'Haïti a fait l'émerveillement des barbadiens, des internautes du monde entier, notamment, de tous ceux qui suivaient le défilé qu'a organisé la Barbade, dimanche 21 Août, à l'occasion de l'ouverture officielle de la 13è édition du plus grand événement interculturel régional, Carifesta, réunissant les pays membres du Marché Commun de la Caraïbe (CARICOM).

"Parade citoyenne", c'est le nom de la présentation qu'Haïti a exposée sur le parcours. Une idée du Directeur Artistique de l'événement, Erol Josué, aussi Directeur Général du Bureau National d'Ethnologie d'Haïti (BNE).

Mais à côté de tout ce succès, il y a la main de l'humble styliste et modiste haïtienne, Arnelle Laguerre.

Née le 17 avril 1962, à Jérémie, dans le Département de la Grand'Anse, Arnelle Laguerre a fait la haute couture et travaille dans ce domaine depuis plus de 25 ans.

Sans trop le dire, elle a déjà habillé beaucoup de personnalités haïtiennes et d'artistes de renommée internationale, jusqu'à vêtir des familles présidentielles et des membres de Gouvernements.

"J'ai habillé l'ancienne première-Dame haïtienne de la République, Sophia Martelly, pendant 4 ans. J'ai fait des costumes de circonstances pour l'ancien Président Michel Martelly, notamment, pour le bal des reines organisé dans le Nord du pays, au Palais Sans Souci, à l'occasion du Carnaval tenu au Cap-Haïtien.", a confié Arnelle Laguerre, discrète, sans vouloir citer les noms des grandes familles de la Capitale qu'elle a déjà costumées.

"C'est avec un grand plaisir que j'ai répondu à l'invitation de l'Artiste, Érol Josué, pour confectionner ces costumes symbolisant les différentes périodes de l'histoire d'Haïti", a dit Arnelle Laguerre, expliquant qu'elle a fait de son mieux pour représenter les diverses périodes haïtiennes.

De la robe de la Reine Anacaona, pionnière du leadership féminin de la terre d'Haïti Quisqueya ou Boyo, la perle des Antilles, en passant par les costumes des Généraux, héros de la guerre de l'Indépendance d'Haïti, tout a été confectionné sur mesure afin de vendre la culture du pays aux étrangers et de faire la promotion du patrimoine culturel et de susciter la curiosité des touristes", a expliqué Mme Laguerre.

"J'ai voulu, par ces costumes, faire la promotion d'Haïti et présenter la culture nationale au monde entier. C'est la satisfaction des Haïtiens et l'effet que tout cela fait à l'étranger qui me rendent heureuse", a confié Arnelle Laguerre.

Notons qu'Arnelle Laguerre a été honorée par la Première-Dame haïtienne, Martine Moïse, et le Directeur Général du Bureau National d'Ethnologie (BNE),  Érol Josué, en reconnaissance de ses œuvres.

Jean Jul Désauguste
HPN, depuis Barbade

Haïti a marqué les esprits lors de la parade artistique marquant l’ouverture officielle de la 13ème édition de la plus grande manifestation interculturelle de la Caraïbe, dimanche 20 Août 2017, à la Barbade. C'est avec une "parade citoyenne" relatant toute l'histoire d'Haïti que le pays s'est fait représenter au défilé officiel de l'événement.

Une palette de stars, d'artistes de génie, de danseurs, de chanteurs à talents et en herbes et de personnalités publiques haitiennes, a composé le défilé d'Haïti qui a fait revivre toutes les périodes ayant jalonné l’évolution du premier peuple noir à proclamer son indépendance le premier Janvier 1804.

De l'âge des  taïnos, au triomphe des Généraux les plus légendaires de l'histoire militaire de l'humanité, jusqu'à la nation nègre, effrontée, maître du rythme et aussi têtue que le soleil, Haïti a brillé de mille feux à la parade internationale de Carifesta 2017, à la Barbade.

Ce que les officiels Barbadiens n'ont pas manqué de souligner à vive voix, lors de leurs interventions en la circonstance.

La participation d'Haïti à cette manifestation culturelle de portée régionale et internationale vient réaffirmer l'imagination créatrice de nos artistes et créateurs de génie et confirmer la dimension expressive de notre art et de notre culture.

Au cours de la même soirée des cérémonies officielles d’ouverture, le quartier touristique d’Oistin’s Park avait rendez-vous avec le ténor Haïtien de la Musique Racine, Boukman Eksperyans. La bande à Lòlò et Manzè a bien assuré, comme d'habitude.

Ces illustres spectateurs, notamment le Premier Ministre Barbadien, Freundel Stuart; le Secrétaire Général du CARICOM, Irwin Laroque et l’écrivaine américaine d’origine haïtienne, Edwige Danticat, se sont bien régalés de la performance d’une heure et demie du groupe haïtien.

Rappelons que la 12e édition de Carifesta a été organisée en Haïti, en Août 2015 et l'édition de cette année se déroule à la Barbade du 17 au 29 Août.

Jean Jul Désauguste
Hpn, depuis Barbade

Les entreprises juvéniles spécialisées dans la mode sont peu courantes dans le pays. Comme pour défier cette tendance, Calubu  Collections, depuis quatre années s’initient dans la mode en confectionnant des objets de tout genre. Nombreux sont ceux qui portent ces derniers jours les créations de Calubu.

Lire la suite...

 

 

 

Des centaines de personnes habillées en couleur blanche ont marché pacifiquement dimanche dans les rues de Port-au-Prince pour dénoncer le viol perpétré contre des étudiantes qui revenaient des cours dans un quartier de la capitale, ont constaté des reporters de Haiti Press Network.

 

Le défilé a été organisé par des organisations de féministes qui se sont dit outrées par les violences subies par les femmes dans le pays et notamment les viols qui se sont multipliés ces dernières semaines ciblant des jeunes femmes.

 

« Il faut rompre le silence et dénoncer ces actes odieux », ont dénoncé les participants qui ont appelé la justice à faire son travail.

 

Les participants à la marche ont circulé dans plusieurs rues de la ville scandant des slogans contre la violence et le viol dont sont victimes des femmes.

 



Au moins trois personnes ont été blessées vendredi lors du braquage d’une succursale de la caisse populaire FONKOZE à Gros-Morne, dans le département de l’Artibonite. Les bandits ont tout emporté sur leur passage avant de prendre la fuite. Trois employés de l’institution ont été interpellés.

La police de Gros-Mors a interpellé 3 individus après le cambriolage d’une succursale de la caisse populaire FONKOZE dans cette ville du département de l’Artibonite. Il s’agit de deux agents de sécurité de l’institution ainsi que son responsable de développement.

L’attaque, perpétrée par plusieurs bandits armés, a également fait trois blessés parmi les employés. Avant de prendre la fuite, les malfrats ont tout emporté sur leur passage: argent et autres objets de valeurs dont des téléphones portables des clients et membres du personnel.

Ils ont échangé des tirs avec une patrouille de police au moment de fuir, selon ce que rapporte un témoin faisant état d’impacts de projectiles sur la voiture de police et les murs de maisons aux alentours.

 

Lors d’une altercation lundi 19 février, Gabriel Macaronne (VERITE), Coordonnateur CASEC première section Dumas dans la commune de Fort-Liberté, aurait été bastonné par un agent de sécurité de la Mairie de Ouanaminthe dans la zone de « Morne casse ». Le CASEC voulait  s’opposer au chauffeur de camion berne de la Mairie de Ouanaminthe qui venait déverser des fatras dans sa juridiction, a appris HPN.

Lire la suite...

 



Les obsèques du journaliste haïtiano-néozélandais Bernard Diederich
ont été chantés samedi en stricte intimité au Parc du Souvenir à Torcel. Il a été inhumé dans sa terre d’adoption, comme il l’avait demandé aux membres de sa famille.

 


La corporation journalistique se souviendra longtemps encore de ce mentor Bernard Diederich, qui fut un éminent intellectuel considéré comme le doyen de la presse haïtienne. En présence de son épouse née Dr Ginette Dreyfus, des membres de sa famille, de ses amis, de ses proches, des journalistes seniors comme Marcus Garcia et Hérold Jean François, et des représentants de divers médias de la capitale.

 

Dans son homélie de circonstance, le révérend père Arsène Jasmin a demandé au Seigneur de mettre un couvert de plus sur sa table pour accueillir ce Tusitala dans son royaume. Selon le prélat, la vie est un voyage et c’est ce qui a amené Bernard Diederich vers Haiti, Cette année l’auteur de « Papa Doc et les tontons macoutes » devait fêter 58 ans de vie conjugale avec Dr Ginette Deyfrus Diederich sa femme, avec qui elle a eu 3 enfants dont : Jean-Bernard, Philippe et sa fille Nathalie
Hare.

 


Le fils ainé Jean Bernard qui a pris la parole en cette triste occasion, a salué le courage de son père comme un homme aimable, passionné de son travail. Jean Bernard qui s’exprimait en anglais, a lu
un texte de Marguerite Johnson alias Maya Angelou (Ancient History and Classical Languages) pour rendre hommage à son père.


Une cérémonie chargée d’émotion au cours de laquelle un proche du défunt, le co-Editeur de Haïti en Marche et du PDG de Radio Mélodie FM, Marcus Garcia allait retracer le parcours de son ami, Bernie, ce nonagénaire qui est « entré dans la légende haïtienne, comme témoin de l’histoire contemporaine ».

 


Ce journaliste de grand calibre né le 18 juillet 1926, décédé le 14 janvier 2020 en sa résidence était un ancien correspondant de l’Agenceaméricaine Associated Press (AP), le New York Times et le Daily Telegraph.

Yves Paul LEANDRE

 

 

 

 

 

 

La police dominicaine a procédé vendredi à l’arrestation de Clairjeune Juste Chandoux présumé assassin du journaliste de la radio Panik FM de Mirebalais et correspondant de la radio Mega à Port-au-Prince, Néhémie Joseph.

 

 

 

Plusieurs agences de presse évoquent, ce vendredi, des aveux du présumé assassin selon lesquels ce dernier aurait été payé par un haut personnage politique, un sénateur en fonction du département du centre pour éliminer le correspondant de Radio Mega.

 

 

 

L’arrestation Clairjeune Juste Chandoux a été suivie le même jour de celle d’Angela Fabiola Cameau dans le Haut Plateau Central. Angela Fabiola Cameau aurait des liens intimes avec le Journaliste lâchement assassiné.

 

 

 

Les informations sur ces deux coups de filet menant à la capture des présumés assassins du journaliste ont été fournies par le responsable du parquet de Mirebalais, Me Elione Saint Fleur.

 

 

 

Le journaliste Néhémie Joseph a été tué par balles le jeudi 10 octobre 2019 dans la soirée par des inconnus dans sa voiture à Mirebalais. Des défenseurs de la presse et du droit à l’information plus globalement dans le pays ou à l’étranger n’ont cessé depuis lors d’exiger que la justice soit faite dans ce dossier.

 

 

 

Vladjimir Legagneur, Rospide Pétion et Néhémie Joseph sont les trois journalistes disparus ces trois (3) dernières années dans le pays dans l’exercice de leur profession.

 

 

 

 

 

 

 

 

Les funérailles du Journaliste Néhémie Joseph de la Radio Panik FM de Mirebalais et correspondant de Radio Mega à Port-au-Prince ont été chantées sur la place Publique de Mirebalais, ce samedi 2 novembre 2019.

 

 

 

Des personnalités de la corporation des journalistes haïtiens du département et du pays en général et membres de l’opposition politique à Jovenel Moise dont Desras Simon Dieuseul, Antonio Cheramy, Abel Descollines étaient présents à la cérémonie funèbre.

 

 

 

Une Très grande manifestation pacifique a lieu à Mirebalais en marge des funérailles pour réclamer justice en faveur du journaliste défunt. Un mouvement de protestation organisé spontanément a été dispersé par les forces de la Police Nationale d’Haïti (PNH).

 

Sept (7) personnes dont un adolescent et un agent d’un corps spécialisé de la PNH sont blessées par balles dans des échanges entre les protestataires et la Police.

 

 

 

Le journaliste a été tué le jeudi 10 octobre 2019 dans la soirée par des inconnus.

 

Une enquête est ouverte par les autorités. Un media local a annoncé, cette semaine, la mise en œuvre de l’action publique contre les auteurs, co-auteurs et complices présumés de l’assassinat du Journaliste Joseph.

 

 

 

Deux mandats auraient été déjà décernés, selon des confrères.

 

 

 

Dans une note publiée, ce 2 novembre 2019 en marge de la journée internationale de la fin de l’impunité pour les crimes contre les journalistes, le bureau de l’UNESCO en Haïti dénombre une cinquantaine de journalistes haïtiens victimes ces derniers mois.

 

Vladjimir Legagneur, Rospide Pétion et Néhémie Joseph sont les trois journalistes disparus depuis l’accession au pouvoir du Président de la République Jovenel Moise.

 

 

 

 
 
L’Autorité Nationale de Régulation du Secteur de l'Energie (ANARSE) a pris les devants pour éviter le "désordre injustifié" dans les pompes à essence. Dans une note en circulation sur les réseaux sociaux, l’ANARSE a annoncé qu’un total de 202 mille 136 barils de produits pétroliers, soit 146 mille 410 barils de diesel et 55 milles 726 barils de gazoline, sont encore disponibles sur le marchés.
 
L’approvisionnement des stations de services a débuté le lundi 6 janvier 2020 dans la matinée, selon l’ANARSE. Garantir la disponibilité des produits pétroliers dans les pompes à essence, un défi pour l'Administration de Jovenel Moïse, malgré les nombreuses mesures annoncées.
 
GA

 

 

 

 

On ne se rend peut-être pas compte, dix années se sont écoulées. Qu’est-ce que le pays a réalisé au cours de cette période ? Alors que nous abordons une nouvelle époque, on doit se poser cette question. Elle est collective, mais elle est également individuelle. On pourrait aussi se demander : Qu’est-ce qu’on n’a pas fait ? En tous les cas, il est légitime de s’interroger à l’occasion sur notre parcours de vie et en tirer des conséquences pour le futur. Cette double interrogation nous renvoie à notre passé récent et nous offre l’opportunité de revenir sur des étapes importance de la décennie 2010- 2019. La rédaction de Haïti Press Network vous propose de revenir sur certains faits majeurs de la période.

 

1

 

Au moins trois faits majeurs auront marqué la décennie haïtienne. Le séisme du 12 janvier 2010. L’élection de Michel Martelly à la présidence, l’ouragan Mattew, et… les épisodes de blocage du pays « pays lock ». A analyser ces quatre événements et leurs corollaires, un économiste a conclu que 2010-2019 aura été la plus éprouvante décennie de notre siècle. Rien de « pire » ne devrait arriver à notre pays en une si courte période ! Pour cela, il faut travailler à changer de paradigme. Construire mieux, réorganiser le système politique, remettre sur pied les institutions de justice…

 

Haïti est entrée dans la décennie par la plus cruelle des voies. La période (décade) commence avec un séisme gigantesque de 7.3 sur l’échelle de Ritcher qui ravage le pays emportant des centaines de milliers de vie (220,000), faisant plus de 300,000 blessés, 1,5 millions d’habitations détruites et ravageant des villes, dont la capitale qui ne s’en relève toujours pas. Tous les symboles des pouvoirs civiles et religieux sont encore à terre, en ruines. Le palais national, la cathédrale, des institutions publiques rasés par la catastrophe ont disparu du paysage de Port-au-Prince. Dix ans après le tremblement de terre qui a secoué le pays pendant quelques secondes, les Haïtiens ne se sont pas encore remis du traumatisme. Des familles entières ont été décimées dans des villes et des quartiers entiers anéantis. Le témoignage de l’ONG OXFAM ne laisse aucun doute sur la gravité de la situation : « Nous n’avions jamais été confrontés à des ravages et à des difficultés logistiques d’une telle ampleur ».

 

On a ainsi perdu des repères qui guidaient en quelque sorte notre existence. La carte géographique du pays a ainsi été redessinée entraînant des déplacements de pans entiers de la population. A travers le pays des bâtiments qui habillaient notre vue et peuplaient notre vie ont été rayés du paysage. Des quartiers qui ont vu grandir des générations sont depuis transformés d’autres ont pris naissance sauvagement, librement déformant le visage esthétique de nos villes. C’est tout un mode de vie haïtien qui s’est transfiguré, abattu par la force brutale du tremblement de terre destructeur en tous points. On croyait que nous étions arrivés, parvenus au bout de nos peines et de nos douleurs qu’on allait se mettre à reconstruire dans un autre esprit, celui qui nous a saisi le soir de la catastrophe et qui nous a vu en communion dans les ruelles et dans les corridors dormir les uns à cotes des autres sans tenir des classes et des positions sociales. Non. Les jours d’après c’était « business as usual ». Retour à nos vieux réflexes. Les mêmes vieux comportements.

 

Aucune politique de construction n’est à ce jour éditée. La capitale, Port-au-Prince, meurtrie par la catastrophe est toujours aussi surpeuplée. Des quartiers coulent sous le poids de leurs habitants qui s’empilent dans des constructions peu fiables. Pourtant le lendemain du séisme, le monde était accouru au chevet d’Haïti. Des Etats-Unis à la Russie, de la Cote d’ivoire à Israël, de l’Allemagne en passant par la France, naturellement la République Dominicaine, Cuba, le Canada et surtout le Venezuela avec son programme PetroCaribe renouvelé et renforcé (on y reviendra), l’aide, les soins, les médecins et secouristes venaient de partout. Une cagnotte internationale lancée par les Nations-Unies a permis de récolter dons et promesses de près de deux milliards de dollars promis à une commission internationale chargée du programme de la reconstruction du pays. La Commission Intérimaire pour la Reconstruction d’Haïti (CIRH) était ainsi née pour très peu de résultats au final. On garde un souvenir mitigé et un sentiment de frustration de cette structure qui n’a pas réussi grand-chose pour le relèvement du pays tant elle était traversée par des contradictions et des intérêts divergents entre pays donateurs.

Avant le séisme de 2010, Haïti était déjà considéré comme l’un des pays les plus pauvres de l’hémisphère ouest. La catastrophe du 12 janvier 2010 est venue tout simplement amplifiée les besoins du pays et rendre encore plus vulnérables la majorité pauvre. Haïti est passée à côté de l’opportunité de construire un avenir plus équitable pour l’ensemble de la population. Tout de suite après le séisme, le pays sera frappé par une série d’ouragans et de tempêtes tropicales qui ont engendré de nouvelles destructions dans le pays. Le choléra apporté par les troupes onusiennes déployées sur le terrain viendra causer la mort de dizaines de milliers de personnes et ajouter à la série de catastrophes qui se sont abattues sur Haïti rien qu’au cours de la première moitié de la décennie.

 

Photos : Archives

 

 

 

 

Le Programme alimentaire mondial des Nations Unies intensifie son aide alimentaire d'urgence en Haïti, où une crise politique et économique prolongée attise une catastrophe humanitaire.Mais la nourriture disponible ne suffit que pour durer jusqu'à la fin du mois, a déclaré le directeur régional du PAM pour l'Amérique latine et les Caraïbes, Miguel Barreto, au Miami Herald.

 

"Nous avons besoin d'un soutien immédiat pour poursuivre le plan opérationnel, ce qui signifie essentiellement atteindre 700 000 personnes au cours des huit prochains mois", a déclaré Barreto.

 

Vendredi, le PAM a lancé un appel de 62 millions de dollars. L'appel et l'intensification des distributions de vivres surviennent alors que les manifestations anti-gouvernementales en Haïti commencent à décliner et que de nombreuses écoles de la capitale Port-au-Prince et ailleurs rouvrent leurs portes après plus de deux mois de fermeture à l'échelle nationale qui a perturbé la vie quotidienne ainsi que l'aide humanitaire.

 

Pour de nombreux Haïtiens pauvres, la situation est devenue encore plus désespérée que d'habitude, a déclaré Barreto. Les prix des denrées alimentaires ont augmenté de plus de 20%, la monnaie locale s'est fortement dépréciée et une sécheresse a réduit les rendements agricoles. De plus, la crise politique actuelle a bloqué les routes, mis en faillite les entreprises et perturbé les marchés alimentaires.

 

«Haïti est comme l'urgence oubliée», a déclaré Barreto. «Il s'agit d'une crise cachée. Au milieu de toutes ces crises humanitaires en Afrique, en Asie, Haïti est hors des médias car il n'y a pas de catastrophe naturelle, il n'y a pas de conflit donc c'est pourquoi nous faisons appel. La situation est très désespérée. »

 

Selon l'indice mondial de la faim de 2019, Haïti souffre de faim grave, se classant 111e sur 117 pays. Les données montrent que bien que le pays ait réalisé des progrès substantiels entre 2005 et 2010, son classement a rapidement régressé.

 

Le mois dernier, l'Agence américaine pour le développement international a accepté d'octroyer 2000 tonnes supplémentaires de nourriture d'urgence - riz, pois verts et huile de cuisson - en Haïti par le biais du PAM.

 

L'agence a déclaré à l'époque qu'elle avait pris la décision après avoir examiné les données montrant que 3,67 millions d'Haïtiens sont confrontés à une crise ou à une urgence en ce qui concerne l'accès à la nourriture, Barreto, dans une interview au Herald, a déclaré avoir appris vendredi que l'USAID fournirait également au PAM 4 millions de dollars pour acheter de la nourriture pour la saison des ouragans de l'année prochaine en Haïti.

 

Sur les 3 millions d'Haïtiens et plus confrontés à une crise de la faim, Barreto a déclaré que 1 million courait le risque de connaître des taux élevés de malnutrition aiguë. Le plan, a-t-il dit, est d'atteindre 70% d'entre eux, y compris des personnes vivant dans des zones urbaines., Ce que le PAM n'a pas fait depuis le tremblement de terre de 2010.

 

 

"Ils sont vraiment dans une très mauvaise situation", a-t-il déclaré.

 

 

Pour accomplir tout cela, le programme alimentaire a besoin d'argent, a-t-il souligné. "Nous voudrions empêcher que la situation ne se détériore davantage et créer une crise de la faim dans le pays", a-t-il déclaré.

 

Alors que le pays connaît une accalmie dans la violence et les protestations de ces derniers mois, Barreto a déclaré qu'ils essayaient de prépositionner de la nourriture dans tout le pays et de continuer à fournir des repas chauds de riz et de haricots grâce à son programme d'alimentation scolaire, qui nourrit environ 300 000 enfants haïtiens avec des plaques chauffantes. de riz et de haricots.

 

Pour aider à la logistique et contourner les barrages routiers, il a récemment mis en service un hélicoptère de l'ONU de 24 places.

 

 

Vendredi, Barreto, qui est basé au Panama, s'est rendu en hélicoptère aux Gonaïves, une ville à l'extérieur de la capitale. Les écoles, a-t-il dit, sont toujours fermées, à l'exception d'une seule école près de la ville rurale de Gros Morne, où le PAM fournit de la nourriture. L'administrateur de l'école a déclaré que d'autres écoles ont été fermées, elles ont réussi à rouvrir leurs portes pour leurs 350 élèves depuis la reprise des cours début septembre.

 

HPN

Source : Miami Herald

 

 

 

 

Au moins 14 personnes dont 5 écoliers en uniforme, ont été tuées dans des accidents de la circulation enregistrés sur les routes haïtiennes du 20 au 26 janvier, selon un bilan communiqué ce lundi par l’organisation baptisée « Services Techniques et opérationnels pour pallier aux accidents » - STOP Accidents.

 

 

Le consultant national de l’organisation, Dr Garnel Michel, a précisé que les accidents ont aussi fait 51 blessés dont une trentaine était âgés de moins de 30 ans.

 

 

Ce ne sont pas moins de 32 accidents de la circulation qui ont été enregistrés en une semaine, a indiqué Garnel Michel qui invite les autorités compétentes à prendre des mesures pour réduire les risques d’accidents sur la voie publique tout en appelant les usagers de la route à la prudence.

 

 

Dr Michel préconise notamment le renforcement de la police routière et le service d’inspection des véhicules.

 

 

DO/HPN

L'ancien policier Gaudy Salomon et sa fille  ont été assassinés, jeudi soir, près de leur maison par des individus armés non encore identifiés dans la commune de la Croix-des-Bouquets, a appris HPN d’une source digne de foi.

Lire la suite...

 

 

 

 

 

Une situation de tension a prévalu jeudi dans la ville de Jacmel sud-est suite à l’assassinat à coups de couteaux de DJ Greg très aimé dans la ville, a appris la rédaction de Haïti Press Network. 

 

 

 

Le nommé DJ Greg a été assassiné à coups de couteaux après une dispute avec Agena Mickelson. Les deux appartiendraient à deux banlieues rivales dans la métropole du Sud-Est.

 

 

 

Le présumé assassin Agena Mickelson a vite été capturé par la Police Nationale d’Haïti dans le département du Sud-Est.

 

 

 

En représailles, des membres de la population issus de deux bases opposées se sont livrés à des actes de violence. Bilan : Environ quatre (4) maisons ont été incendiées signalent des correspondants de presse à la fin de la journée du jeudi 23 janvier 2020.

 

Plusieurs incidents regrettables ont été enregistrés dans le quartier où réside le présumé assassin de DJ Greg.

 

 

 

 

 

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages