Dernieres Nouvelles

Plusieurs centaines de personnes ont bénéficié de soins de santé à Charpentier une localité du quartier de Mahotière dans la Commune de Carrefour les 12, 13 et 14 Août 2018 à l'Eglise adventiste Schilo. c'est la Mission " Compassionate health ministries"(COHEMI) qui a patronné ce programme.

Ce groupe composé de plus de vingt missionnaires a prodigué des soins de santé pendant ces trois jours en pédiatrie, Médecine générale, odontologie, Oncologie et Gynécologie. Les patients ont eu également droit à l'assistance d'un naturiste et de ses conseils.

Les bénéficiaires de ce programme spécial ont également passé des tests de dépistage du VIH et du diabète. Apres les séances de consultation tous les participants ont reçu des médicaments, des vêtements, des produits de toilette et de la nourriture gratuitement.

Dr Fabienne Gaillard Ulysse est convaincue que cette mission leur est confiée par Dieu. Elle raconte que l'histoire de COHEMI a commencé autour de 2013 après maintes réflexions. " Nous avions voulu faire quelques choses comme Jésus qui guérissaient les malades et donnaient à manger aux pauvres" a t-elle fait savoir. Ainsi, elles sont 6 femmes (Fabienne, Sandra, Béatrice, Joanne, Chantale, Regine) à piloter ce projet  devenu une réalité.

"Les gens ont besoin de soins et l’accès aux soins de santé dans un pays comme Haïti est difficile. Nous devons répondre à cette obligation a t-elle lancé. 

Une femme dans la trentaine venue elle aussi se faire soignée et accompagner de trois enfants n'a pas caché sa satisfaction. " J'ai entendu parler de ces consultations et 'avais besoin de voir des médecins pour mes enfants et moi. nous sommes venus et on a reçu des médicaments, des vêtements, des jouets et de l'argent" a  t-elle dit en souriant.

Avant de venir à Carrefour, COHEMI a réalisé des missions dans plusieurs régions dans le pays notamment dans le Sud, dans le Nord, et à Petit goave. 

HPN

 
La liste des victimes du choléra en Haiti ne cesse de s'alourdir. Pour le seul mois de juin, pas moins de 578 cas suspects ont été enregistrés pour une douzaine de décès, selon un rapport de la mission onusienne dont les soldats népalais sont responsables de l'introduction en 2010, de la maladie dans le pays.
 
Le bureau de coordination des affaires humanitaires des Nations-Unies en Haiti, continue de tirer la sonnette d'alarme sur les dégâts que ne cesse de provoquer l'épidémie de choléra dans le pays depuis sa réintroduction en Haiti, par la faute des soldats népalais, en 2010.
 
Au cours du mois de juin, l'OCHA affirme avoir noté que des flambées ponctuelles continuaient de frapper le pays dans plusieurs départements: L'Artibonite, Le Centre, l'Ouest et de manière plus sporadique le Nord-Ouest.
 
Avec respectivement 181 et 216 cas suspects enregistrés, les départements du Centre et de l'Artibonite sont les plus touchés, soutient l'OCHA qui souligne toutefois, que les 12 décès enregistrés pour le mois de juin sur les 578 cas suspects répertoriés, correspondent à une diminution de 15% par rapport à juin 2017.
 
Pour les 6 premiers  mois de l'année, 2688 cas suspects ont été enregistrés contre 7604 pour la même en 2017, note l'OCHA, rappelant que pour 2018, l'objectif est de 12 mille cas suspects. Un objectif qui reste encore à portée de main si le niveau actuel de réponse se maintient toute l'année.
 
L'organisme onusien met en garde contre toute réduction précoce du nombre d'équipements de réponse qui représenterait un risque de propagation de l'épidémie.
 
Depuis la réapparition de la maladie en Haiti, en Octobre 2010, les chiffres cumulés jusqu'au mois de juin 2018, font état de 819 mille cas suspects enregistrés pour 9781 décès. 
 
Par Dodeley Orélus
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Dodeley
 
 

Ce mardi 6 août, rien ne fonctionnait à l’Hôpital Universitaire de Mirebalais (HUM). Les employés grévistes de l’HUM, eux aussi, victimes des rafales de promesses non-tenues des dirigeants haïtiens, entament une grève illimitée.

 En vue d’asseoir leur protestation, les employés grévistes du plus grand centre hospitalier du département du Centre, ont cadenassé les portes donnant accès à l’institution pour exiger aux autorités concernées de meilleures conditions de travail  et exigent le respect d’ajustement salarial qui leur a été faite.

Les protestataires dénoncent, entre autres, la gestion douteuse des responsables en charge de l’établissement sanitaire.

Cette situation, revient-il de noter, a paniqué nombres de patients, présents ce mardi pour se faire opérer, examiner, etc.

Déterminés, les grévistes, soulignent qu’ils n’entendent pas abandonner la lutte sans voir leurs revendications prises en compte.

Wadner Voltaire

 

Cédric Aby Garcia Bien-Aimé et Jennifer Vanessa Constant, deux jeunes compatriotes âgés de 16 ans chacun et élèves du Nouveau secondaire 2 au collège Catts Pressoir, sont rentrés fiers en Haïti, le samedi 18 août 2018, avec une médaille de bronze individuelle, des certificats, une médaille d’argent et deux médailles d’or en groupe, suite à leur brillante participation à la prestigieuse compétition internationale olympiades de géosciences (IESO), qui s’est tenue en Thaïlande (Asie).

Lire la suite...



En prélude à la célébration de ses 19 ans, l’institut Go on, a organisé les 16 et 17 aout à Port-au-prince, deux journées de formation et d’orientation à l’intention des jeunes. Il s’agissait entre autres pour l'equipe de Morvan Micatin, son PDG, d’aider les apprenants à comprendre les opportunités qu’il peuvent s’offrir grâce à une formation spécialisée et adaptée à leur champ d’activités.

Ils étaient plusieurs centaines, les jeunes qui ont pris part à ces deux journées de formation et d’orientation organisées par Go On Institute dans le cadre de la commémoration de son 19e anniversaire.

Le message de son PDG, Morvan Micatin, c’est que celui qui reçoit une formation en anglais mais adaptée à son champ d’activité, est mieux outillé pour se faire une place sur le marché de l’emploi. 

C’est pour cela, dit-il, que son équipe offre des cours d’anglais adaptés à plusieurs disciplines dont le droit, la médecine, la diplomatie et les affaires ainsi qu’une formation en traduction et interprétariat.

Mais l’Institut basé à Delmas n’a pas que la corde formation à son arc, nous nous investissons également dans le social, affirme son numéro un qui se félicite du travail accompli en ce sens, par la fondation Go On en faveur de la protection du droit des animaux.

L’administrateur et responsable de cette branche d’activité à cet institut de formation, Flaubert Sully, soutient qu’il est dans l’intérêt des citoyens de s’assurer que les droits des animaux sont protégés. 

Si nous consommons de la viande d’un animal qui souffrait d’une maladie grave, nous risquons d’en payer de lourdes conséquences, a-t-il expliqué incitant sur la nécessité d’avoir en Haïti une législation portant sur le droit des animaux notamment la façon dont ils sont transportés, nourris et traités lorsqu’ils sont malades.

Par Dodeley Orélus
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Environ quatorze mois après le malheureux incident au cours duquel le doyen de la Faculté d’Éthnologie, Jean Yves Blot, a été accusé d’avoir volontairement agressé avec sa voiture l’étudiant John Rock Gourgueder Jean -expulsé de l’Université d’État d’Haïti (UEH), selon une décision du rectorat - de manière ambiguë, le Conseil Exécutif tente une issue à la crise. Il annonce, dans une note, l’octroi au doyen Jean Yves Blot d’un congé d’étude et la prise de nouvelles mesures relatives à la gestion de la Faculté d’Ethnologie.

 

 « Le Conseil Exécutif de l’Université d’État d’Haïti annonce à la communauté universitaire en général, celle de la Faculté d’Ethnologie en particulier, que le Doyen Jean Yves Blot a sollicité et obtenu un congé d’étude en vue de la finalisation de sa thèse de doctorat.», indique cette note portant les signatures de Jacques Blaise, Fritz Deshommes et Hérold Toussaint, respectivement Vice-recteur à la Recherche, Recteur et Vice-recteur aux Affaires académiques de l’UEH.

 Tout en renouvelant ses sympathies et ses vœux de prompt rétablissement au Vice-doyen Robert Moïse, qui serait l’unique victime du triste événement de 12 juin 2017 selon ce que laisse comprendre la note, le  Conseil Exécutif de l’UEH en profite pour annoncer le renforcement du décanat de ladite faculté.

À cet effet, le Professeur Claude Mane Das, actuel Vice-doyen à la Recherche, jouera le rôle de Doyen par intérim. La coordination des activités académiques sera assurée par le Professeur Jean Mozart Feron. Le Professeur Joseph Foblas, pour sa part, aura la charge des questions administratives.

 Par ailleurs, le Conseil Exécutif exhorte les membres du décanat intérimaire à adopter toutes les dispositions appropriées en vue de faciliter la reprise des différentes activités caractérisant la Faculté. Il appelle également les professeurs, étudiants et les membres du personnel administratif à œuvrer en vue de créer le climat nécessaire pour la reprise, nous notons, optimale du fonctionnement régulier de l’institution facultaire.

Eu égard aux différentes revendications liées à l’incident du 12 juin  2017et ses conséquences sur la vie de l’ensemble des acteurs concernés, particulièrement les étudiants, les auteurs de la note n’ont pas eu d’encre.

 

Wadner Voltaire

Photo : Fritznelson Fortuné / HPN

 

Il est coutume chez nous en Haïti de débuter l'année avec une bonne soupe au giraumon. Symbole de notre indépendance du 1er janvier 1804, la soupe au giraumon est plus connue dans notre pays sous le nom de Soup Joumou. Qu'on la prépare soi-même ou qu'on aille la déguster chez des parents, voisins et amis, pas question pour les haïtiens d'ici et d'ailleurs de rater la fameuse soupe joumou sous aucun prétexte ce 1er janvier. Tout en vous souhaitant nos vœux les meilleurs pour l'année 2017, HPN vous propose la recette de la Soupe au Giraumon/ Soup Joumou.

Lire la suite...

Connu sous le nom de Malanga en Haïti, le chou dur est un légume d’Amérique du Sud. Le chou dur (malanga) est l’un des aliments les moins allergéniques. Riches en fibres, potassium, hydrate de carbone, glucides, il  aide à contrôler la pression artérielle, aide à maintenir les niveaux de sucre dans le sang, contribue à améliorer la constipation et réduit le risque de maladie cardiaque. 

Lire la suite...

La tomate est un légume-fruit important pour la santé. Consommée crue ou cuite, en plus d’apporter un peu de couleur rouge à nos plats, la tomate apporte également de l’énergie à notre corps. Cet aliment sain, rafraîchissant, peut être mangé chaque jour.   

Lire la suite...

La République d'Haïti a fait l'émerveillement des barbadiens, des internautes du monde entier, notamment, de tous ceux qui suivaient le défilé qu'a organisé la Barbade, dimanche 21 Août, à l'occasion de l'ouverture officielle de la 13è édition du plus grand événement interculturel régional, Carifesta, réunissant les pays membres du Marché Commun de la Caraïbe (CARICOM).

"Parade citoyenne", c'est le nom de la présentation qu'Haïti a exposée sur le parcours. Une idée du Directeur Artistique de l'événement, Erol Josué, aussi Directeur Général du Bureau National d'Ethnologie d'Haïti (BNE).

Mais à côté de tout ce succès, il y a la main de l'humble styliste et modiste haïtienne, Arnelle Laguerre.

Née le 17 avril 1962, à Jérémie, dans le Département de la Grand'Anse, Arnelle Laguerre a fait la haute couture et travaille dans ce domaine depuis plus de 25 ans.

Sans trop le dire, elle a déjà habillé beaucoup de personnalités haïtiennes et d'artistes de renommée internationale, jusqu'à vêtir des familles présidentielles et des membres de Gouvernements.

"J'ai habillé l'ancienne première-Dame haïtienne de la République, Sophia Martelly, pendant 4 ans. J'ai fait des costumes de circonstances pour l'ancien Président Michel Martelly, notamment, pour le bal des reines organisé dans le Nord du pays, au Palais Sans Souci, à l'occasion du Carnaval tenu au Cap-Haïtien.", a confié Arnelle Laguerre, discrète, sans vouloir citer les noms des grandes familles de la Capitale qu'elle a déjà costumées.

"C'est avec un grand plaisir que j'ai répondu à l'invitation de l'Artiste, Érol Josué, pour confectionner ces costumes symbolisant les différentes périodes de l'histoire d'Haïti", a dit Arnelle Laguerre, expliquant qu'elle a fait de son mieux pour représenter les diverses périodes haïtiennes.

De la robe de la Reine Anacaona, pionnière du leadership féminin de la terre d'Haïti Quisqueya ou Boyo, la perle des Antilles, en passant par les costumes des Généraux, héros de la guerre de l'Indépendance d'Haïti, tout a été confectionné sur mesure afin de vendre la culture du pays aux étrangers et de faire la promotion du patrimoine culturel et de susciter la curiosité des touristes", a expliqué Mme Laguerre.

"J'ai voulu, par ces costumes, faire la promotion d'Haïti et présenter la culture nationale au monde entier. C'est la satisfaction des Haïtiens et l'effet que tout cela fait à l'étranger qui me rendent heureuse", a confié Arnelle Laguerre.

Notons qu'Arnelle Laguerre a été honorée par la Première-Dame haïtienne, Martine Moïse, et le Directeur Général du Bureau National d'Ethnologie (BNE),  Érol Josué, en reconnaissance de ses œuvres.

Jean Jul Désauguste
HPN, depuis Barbade

Haïti a marqué les esprits lors de la parade artistique marquant l’ouverture officielle de la 13ème édition de la plus grande manifestation interculturelle de la Caraïbe, dimanche 20 Août 2017, à la Barbade. C'est avec une "parade citoyenne" relatant toute l'histoire d'Haïti que le pays s'est fait représenter au défilé officiel de l'événement.

Une palette de stars, d'artistes de génie, de danseurs, de chanteurs à talents et en herbes et de personnalités publiques haitiennes, a composé le défilé d'Haïti qui a fait revivre toutes les périodes ayant jalonné l’évolution du premier peuple noir à proclamer son indépendance le premier Janvier 1804.

De l'âge des  taïnos, au triomphe des Généraux les plus légendaires de l'histoire militaire de l'humanité, jusqu'à la nation nègre, effrontée, maître du rythme et aussi têtue que le soleil, Haïti a brillé de mille feux à la parade internationale de Carifesta 2017, à la Barbade.

Ce que les officiels Barbadiens n'ont pas manqué de souligner à vive voix, lors de leurs interventions en la circonstance.

La participation d'Haïti à cette manifestation culturelle de portée régionale et internationale vient réaffirmer l'imagination créatrice de nos artistes et créateurs de génie et confirmer la dimension expressive de notre art et de notre culture.

Au cours de la même soirée des cérémonies officielles d’ouverture, le quartier touristique d’Oistin’s Park avait rendez-vous avec le ténor Haïtien de la Musique Racine, Boukman Eksperyans. La bande à Lòlò et Manzè a bien assuré, comme d'habitude.

Ces illustres spectateurs, notamment le Premier Ministre Barbadien, Freundel Stuart; le Secrétaire Général du CARICOM, Irwin Laroque et l’écrivaine américaine d’origine haïtienne, Edwige Danticat, se sont bien régalés de la performance d’une heure et demie du groupe haïtien.

Rappelons que la 12e édition de Carifesta a été organisée en Haïti, en Août 2015 et l'édition de cette année se déroule à la Barbade du 17 au 29 Août.

Jean Jul Désauguste
Hpn, depuis Barbade

Les entreprises juvéniles spécialisées dans la mode sont peu courantes dans le pays. Comme pour défier cette tendance, Calubu  Collections, depuis quatre années s’initient dans la mode en confectionnant des objets de tout genre. Nombreux sont ceux qui portent ces derniers jours les créations de Calubu.

Lire la suite...



Au moins trois personnes ont été blessées vendredi lors du braquage d’une succursale de la caisse populaire FONKOZE à Gros-Morne, dans le département de l’Artibonite. Les bandits ont tout emporté sur leur passage avant de prendre la fuite. Trois employés de l’institution ont été interpellés.

La police de Gros-Mors a interpellé 3 individus après le cambriolage d’une succursale de la caisse populaire FONKOZE dans cette ville du département de l’Artibonite. Il s’agit de deux agents de sécurité de l’institution ainsi que son responsable de développement.

L’attaque, perpétrée par plusieurs bandits armés, a également fait trois blessés parmi les employés. Avant de prendre la fuite, les malfrats ont tout emporté sur leur passage: argent et autres objets de valeurs dont des téléphones portables des clients et membres du personnel.

Ils ont échangé des tirs avec une patrouille de police au moment de fuir, selon ce que rapporte un témoin faisant état d’impacts de projectiles sur la voiture de police et les murs de maisons aux alentours.

 

Lors d’une altercation lundi 19 février, Gabriel Macaronne (VERITE), Coordonnateur CASEC première section Dumas dans la commune de Fort-Liberté, aurait été bastonné par un agent de sécurité de la Mairie de Ouanaminthe dans la zone de « Morne casse ». Le CASEC voulait  s’opposer au chauffeur de camion berne de la Mairie de Ouanaminthe qui venait déverser des fatras dans sa juridiction, a appris HPN.

Lire la suite...

Si la trace de ces anciens modèles de téléviseur n’est plus remarquée dans de nombreux magasins à Port-au-Prince, dans les rues par contre, notamment au centre-ville et à Pétion-Ville, on en trouve exposés au soleil et à la poussière à profusion. Mais les acheteurs semblent en faire cas de moins en moins. Une attitude qui est loin de plaire les revendeurs, constate Haiti Press Network.

Lire la suite...

 

Plusieurs associations de journalistes se sont regroupées mercredi l’occasion d’une marche dans les rues de Port-au-Prince pour réclamer justice pour le photo-reporter Vladjimir Legagneur disparu depuis plus de deux semaines alors qu’il était en reportage dans un quartier sensible de la capitale.

 

 

 

Le mouvement de solidarité envers les proches de Vladjimir Legagneur a été suivi par plusieurs centaines de personnes dont des personnalités politiques. Les journalistes ont appelé les autorités à prendre leur responsabilité dans l’affaire de la disparition du photojournaliste.

 

 Silencieux, pancartes en mains ils étaient environ 200 journalistes haïtiens et étrangers à marcher dans les rues de Port-au-Prince, ce mercredi 28 mars.

 

Legagneur, 30 ans, s’était rendu  dans le quartier de grand-ravine, le mercredi 14 mars dernier,  pour faire un reportage et depuis, il  n’est pas revenu du dangereux quartier. Les organisateurs de la marche avaient fixé la place de la constitution pour démarrer la manifestation pacifique avec des points d’arrêts à plusieurs endroits du centre-ville avant d’aboutir devant le parquet de Port-au-Prince, pour délivrer un même message à chaque fois.

 

Comme prévu la marche s’est arrêté devant l’office de protection du citoyen ‘’OPC’’,  la commission épiscopale nationale justice et paix ‘’JILAP’’, ainsi que la direction départementale de l’ouest ‘’DDO’’, où les journalistes ont demandé aux responsable de ses entités de prendre leur responsabilité, pour que lumière soit faite sur la disparition du journaliste.

 

Plusieurs centaines de personnes, de nombreux journalistes, des membres de la population et des hommes politiques ont participé mercredi à une marche silencieuse dans les rues du centre-ville de Port-au-Prince pour dénoncer la passivité des autorités au sujet du journaliste Vladjimir Legagneur dont on est sans nouvelle depuis plusieurs jours, a constaté Haiti Press Network.

"Deux semaines que nous sommes sans nouvelles de notre collègue, nous voulons la vérité", a posté la correspondante de RFI Amélie Baron sur sa page Twitter. Un # où est Vladjimir circule sur les réseaux sociaux. En solidarité, plusieurs journalistes étrangers ont pris part à la marche tandis que d'autres ont posé avec une photo du journaliste sur leur page personnelle.

La marche qui s'est déroulée sans incident s'est achevée devant le parquet du tribunal de Port-au-Prince avec un message délivré à la justice.


Le visage crispé et des larmes aux yeux, Fleurette Guerrier Legagneur, épouse du photo-journaliste Vladimir Legagneur, porté disparu depuis le 14 mars, s’est présentée en conférence de presse ce vendredi pour interpeler les autorités compétentes afin qu’elles mettent tout en oeuvre pour retrouver la trace de son mari.

Le photo-journaliste Vladimir Legagneur qui travaillait comme Freelance est porté disparu depuis le 14 mars. Selon son épouse, Fleurette Guerrier Legagneur, le confrère s’était rendu en reportage dans le quartier de Grand Ravine le jour de sa disparition.

Elle affirme lui avoir parlé aux alentours de midi et rapporte que son mari lui donnait l’impression qu’il était en train de faire son boulot. “Je suis pour l’instant occupé on se parlera dans deux heures” lui a-t-elle dit, a rapporté son épouse au bord des larmes.

Mais depuis, poursuit-elle, je n’ai jamais réussi a le joindre au téléphone. Son portage a d’ailleurs cessé de sonner, indique madame Legagneur qui, après avoir arpenté hôpitaux et commissariats entre autres, interpelle les autorités compétentes leur demandant de faire le nécessaire afin de retrouver les traces de son mari.

Des responsables d’associations de journalistes dont Jean-Jacques Augustin de l’union des journalistes photographes haïtiens et Pierre Michel Jean du “collectif 2 dimensions” appellent eux aussi les autorités policières et judiciaires à tout faire pour retrouver le confrère.

Il était dans l’exercice de ses fonctions et ce n’est pas normal qu’un journaliste aie un sentiment d’insécurité dans un quartier situé a moins de 10 kilomètres du palais national, ont-ils dit, appelant  les autres associations de journalistes du pays et de l’étranger ainsi que les organisations de défense des droits humains à se joindre à leur démarche.

Dans un avis rendu public ce Lundi, La direction de l'Electricité d'Haïti annonce que 24  de ses 45 circuits ont déclenché suite aux fortes pluies accompagnées de tornades, de vents violents et d’averses de grêle en certains endroits qui se sont abattues sur la zone métropolitaine ce dimanche 5 août 2018 provoquant des ruptures de conducteurs causées par des chutes de branches d’arbres en divers endroits ont été signalées par la population.

Dans cette note la Direction de communication de l'ED'H informe ses abonnés que les anomalies ont été vite identifiées et ses équipes sont à pied d’œuvre pour réparer progressivement tous les circuits en défaut. 

La compagnie publique d'Electricité se veut rassurant et annonce une amélioration dans la distribution du courant dans la région métropolitaine grâce à  l'approvisionnement en combustible qui a atteint son niveau normal souligne les responsables de communication de l'institution publique.

HPN

 

Exposé en contrebas de la route qui conduit à Hinche (Plateau central), le fleuve de l’Artibonite au niveau de Péligre, semble avoir subi l’effet de la sècheresse ou encore d’un phénomène ésotérique difficile pour le moment à expliquer. Lors de notre passage au Plateau central, vendredi 20 juillet, Haiti Press Network n’a constaté qu’un filet d’eau mince et de vastes espaces laissant entrevoir le sol à l’œil nu ; au point tel qu’on se demande si ce qui reste de ce grand fleuve peut atteindre la mer où il est censé se jeter.

Lire la suite...

 
Quelques jours après que la combustion des pneus et les débris des véhicules utilisés par les manifestants pour bloquer les rues de la capitale aient amoché l'infrastructure de la ville, les mairies de Port-au Prince et de Delmas ont entamé hier dans la matinée des travaux de nettoyage des rues les plus touchées par l’événement.
 
Sur l'autoroute de delmas, le maire Wilson Jeudy a été aperçu supervisant les travaux d'assainissement menés par les agents de la mairie et quelques bénévoles aidés par des sapeurs pompiers qui aspergeaient le sol d'eau dans le souci de nettoyer les rues  et par de là, assurer la prévention de certaines maladies que les poussières nocives nées des vestiges des caoutchoucs auraient pu transmettre à la population.
 
Le maire Wilson Jeudy qui s'exprimait au cours de cette situation a dévoilé avec brio ses intentions de s'occuper des conditions hygiéniques de la commune de delmas afin qu'elle demeure propre et exemplaire.
 
"La lutte contre l'insalubrité est un combat perpétuel. Les détritus causent autant de tort à notre santé qu'à notre image. Tant que je possède la force, les citoyens peuvent compter sur moi pour leur donner une ville propre et bien entretenue" a t-il confié aux citoyens de la commune.
 
Rappelons que cette même activité a été observée au bicentenaire où la mairie de Port-au Prince,  munie de camions et d'excavatrices s'évertuait à extirper de la rue les fragments poussiéreuses des pneus  confondus aux tas d'immondices jonchant sur le sol.
 
Par Noada Batista Aimé

 

 
 
Selon les dernières révélations du porte parole de la Direction departementale de l’Ouest de la Police nationale d’Haïti (DDO-PNH), Mr Michel-Ange Louis Jeune lors d'une conférence de presse donné le lundi 13 août 2018 dans les locaux de l'institution, une unité de plus de 3000 agents de la police nationale sera deployée sur l'ensemble du territoire national.
 
Cet exercice correspond au lancement d'une nouvelle opération envisagée par la police nationale, nommée " Boukle Lari" et vise à renforcer le niveau de sécurité du pays pendant les manifestations euphoriques de l'été.
 
Une opération qui aura à fractionner la capitale en plusieurs blocs dans le souci de faciliter une meilleure gestion de la situation, s'il faut croire aux déclarations du chef de cabinet de la DDO-PNH, Jean Ismagne Auguste.
 
Toutefois, ajoute le Directeur Departementale de l'Oeust, M. Berson Soljour, des officiers de hauts rangs de la PNH seront également présents pour prêter mains fortes aux agents.
 
 
Par Noada Batista AIMÉ

 
Trois individus armés ont froidement abattu ce lundi, deux employés au bureau d'Etat civil de l'Arcahaie. Suite à leurs forfaits, les assassins qui circulaient à moto, l'un d'entre eux a été arrêté par la Police.

Pierre Raymond Todly, présenté comme un militant zélé du Parti Haïtien Tèt Kale (PHTK au pouvoir), a été abattu de plusieurs balles dont l'une à la tête. Il a succombé sur le champ à ses blessures. 


Son collègue Réginald Jean-Louis, touché au thorax lors de la fusillade, a rendu l’âme pendant pendant son transport dans un hôpital de Port-au-Pince où il devrait recevoir les soins que son cas nécessitait.


Ces derniers mois, l'insécurité gagne du terrain dans les villes de province notamment dans la cité du drapeau, qui a été le théâtre samedi, d'un grave accident de la circulation qui a fait au moins 8 morts et plusieurs blessés dont certains grièvement.


Par Dodeley Orélus
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

photo : Junot 7

9 personnes tuées et 3 autres blessées c'est le bilan d'un terrible accident survenu ce samedi 28 Juillet  dans la commune de l'Arcahaie a annoncé la direction de la protection civile (DPC).

Un autobus de transport en commun a heurté un tap-tap en pleine course et les 9 personnes sont mortes sur place et les blessés sont soignés à l’hôpital de l'Arcahaie. Le centre ambulancier national a eu le temps de se rendre sur les lieux pour donner les premiers soins informe la DPC.

Aucune précision n'a été donnée sur l'immatriculation des véhicules ni leur destination. De toute façon ces accidents à répétition sur la route nationale #1 vient relancer le scepticisme des citoyens sur la formation des chauffeurs et le respect de la limite de vitesse sur les routes nationales surtout en weekend généralement et en période estivale en particulier.

Les victimes sont tous des occupants du mini bus; seulement quelques blessés legers sont enregistrés dans l'autobus a précisé la Direction de la protection civile. 

HPN

 

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages