Haïti-Agriculture : Le CODDEMIR plaide en faveur d’une politique visant à mettre en valeur l’agriculture du Pays

Sociéte
Typographie

A l’occasion de la journée mondiale de l’alimentation, le Collectif des Organisations pour la Défense des Droits des Migrants et Rapatriés (CODDEMIR) lance un cri d’alarme aux autorités du Pays et les exhorte à prendre en main leurs responsabilités vis-à-vis des milliers d’haïtiens et haïtiennes qui vivent dans l’extrême pauvreté.

La Journée mondiale de l'alimentation (JMA) a été créée par les pays membres de l’organisation des nations unies pour l’agriculture et l’alimentation(FAO) lors de la vingtième conférence générale de l'Organisation en novembre 1979.

Cette journée  coïncide cette année avec la catastrophe épouvantable du 3 octobre qui a ravagé une bonne partie d’Haïti. Les deux départements du Pays les plus affectés sont  désormais dans une situation très inquiétante. C'est donc le moment idéal pour que les autorités concernées  prennent leurs responsabilités en main. 

Le chômage, la cherté de la vie, la misère sont identifiés comme les principaux motifs des différentes manifestations des rues dans les principales villes du pays. Plus de 75% de la population vit sous le seuil de la pauvreté. Plus de quatre millions, soit 38% de la population totale du pays vivent dans une situation de précarité extrême. On constate que les enfants sont les premières victimes de la pauvreté et de l’insécurité alimentaire, les carences en micronutriments tuent et handicapent chaque année des millions d’enfants.

Plus de 500 000 enfants dans le monde perdent la vue à cause d’une carence en vitamine A, et 40 à 60 % des enfants dans les pays en développement sont victimes d’un retard mental à cause d’une carence en fer. Fragilisés par les carences nutritives, ces enfants sont plus exposés aux infections et aux maladies. La FAO estime que plus d'un milliard de personnes étaient encore sous-alimentées en 2009 sur la planète.

Le Collectif des Organisations pour la Défense des Droits des Migrants et Rapatriés (CODDEMIR) demande à l’état d’intervenir dans les plus brefs délais pour se relever de ces désastres afin d’éviter la pénurie alimentaire et des situations de famine notamment dans les localités les plus reculées touchées par l’ouragan « Matthew ».

 Les instances concernées doivent en profiter  pour investir dans les infrastructures rurale afin d’améliorer le rendement agricole sur tout le territoire haïtien. Mobiliser toutes les forces vives de la nation pour venir en aide aux sinistrés et  rehausser l'image du pays. 

Marie-Florence François

(509) 36-63-95-46

 

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages