Les victimes du 18 novembre sous un air de mobilisation

Sociéte
Typographie

 

 Les funérailles des 3 personnes décédées  lors de la journée de mobilisation du 18 novembre dernier ont été célébrées ce mardi 11 décembre, au temple adventiste Béthanie de Pétion-Ville. Des dirigeants de l’opposition démocratique et populaire qui se trouvaient parmi les proches et des militants pendant la cérémonie ont déploré la mort des victimes et accusent le pouvoir.

Les  cercueils de Romain Pierre, Syto Beya et Franck François ont été exposés à 7 heures, ce mardi matin. C’est dans un climat différent de celui des funérailles des victimes du 17 octobre dernier qu’ont été célébrées ceux de la journée du 18 novembre.

Les officiants  qui ont rappelé la tristesse que peut engendrer le décès d’un proche, n'ont cependant pas rappeler les circonstances de la mort des victimes.  Ils ont invité les proches affectés par ce deuil à se consoler.  

"Justice leur sera rendue" a fait savoir de son cote Me Antoine Maisonneuve qui attribue la mort des 3 hommes à une démarche répressive du pouvoir.

L’avocat qui n’a pas vu dans ces victimes des bandits mais des citoyens engagés. Un engagement qui va se poursuivre à en croire André Michel qui appelle à la mobilisation pour forcer le départ du chef de l’Etat.

Les dépouilles  des 3 hommes ont été conduites au cimetière de Port-au-Prince pour être mises en terre.

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages