Cette femme qui vit depuis plus de 30 années avec le VIH croit que les propos tenus par l'autoproclamé prophète Mackenson Dorilas peuvent faire du mal aux personnes vivant avec le VIH,Sida. Esther Boucicault qui est également Présidente de la Plate Forme des PVVIH dit ne pas comprendre le silence du Ministère de la santé publique et de la population dans ce dossier.

"Nous risquons de voir des malades infectés du VIH se rendre chez le soi-disant prophète et continuer ensuite à infecter les gens" regrette Esther Boucicault. Selon elle, ces déclarations banalisent la vie des gens dans un pays  où de grandes batailles ont été menées pour garder les jeunes en vie.

Madame Boucicaut qui est également fondatrice de la fondation qui porte son nom à St Marc souligne que la science a fait d’énormes progrès dans ce sens. Pourquoi inviter les jeunes qui ont fait des etudes très avancées à reconsidérer leur parcours académique avec ces déclarations à l'emporte pièce. 

" Je sais ce que les médicaments représentent dans la vie des personnes infectées et qu'aujourd'hui une personne publiquement  donne une formule de 24 punaises et du souffle montre que la vie des gens n'ont aucune importance.

Le pire, selon La Présidente de la plate Forme des PVVIH, c'est la présence constante de cet homme sur les réseaux sociaux. " Je sais que Dieu donne de l'intelligence aux hommes pour trouver les traitements aux maladies, mais avec des données. Quelles données il a pour avancer de telles allégations ? " s'interroge la Directrice de la fondation de la FEBS.

Qui sait combien de jeunes infectés fréquentent l'Eglise de M. Dorilas pour trouver la guérison ? se demande cette femme PVVIH, la première  a déclaré sa maladie publiquement. "J'ai souffert du Sida et je sais ce que cela veut dire" lance Esther Boucicault.

Elle invite les autorités concernées à prendre les mesures nécessaires pour sauver la vie des jeunes qui seraient tentés par l'aventure de l'autoproclamé prophète Dorilas. 

 

HPN

La Fondation FEBS travaille depuis des années dans la région du Bas Artibonite, précisément dans la ville de ST Marc. Elle  accompagne les personnes vivant avec le VIH dans cette même région dans le but d’améliorer leur santé et favoriser leur épanouissement. Depuis quelques mois, la FEBS veut étendre son accompagnement à d’autres familles vivant dans la région où la FEBS développe ses activités.

A cet effet, la FEBS a  élaboré un Plan Stratégique qui va contribuer à améliorer  non seulement son cadre d’intervention mais également les conditions de vie de ces populations. La FEBS entend également recruter un consultant pour faciliter la mise en place et l’exécution de ce plan stratégique.

Ce Consultant aura la tache d’élaborer des outils de travail, d’étudier l'environnement des programmes de la FEBS. Dans le cadre  ce programme des ateliers de travail seront réalisés pour faciliter l'implication d'un plus grand nombre de PVVIH. 

Mme Esther Boucicaut Stanislas, cette femme qui a été la première personne vivant avec le VIH a déclaré publiquement sa séropositivité, annonce plusieurs projets pour rendre  autonome les PVVIH. Elle a notamment cité les projets de Cassaverie, de boulangerie, un poulailler et un projet d'aquaculture et  cabri de race améliorée dans la localité de "Bois Leta" une région de St Marc.

Par cette initiative, La Fondation Esther Boucicaut Stanislas veut rendre autonome les personnes vivant avec le VIH qui souvent font face à de grandes difficultés et toute sorte de discrimination et de stigmatisation.

La FEBS veut aussi par ce geste lancer un cri d'alarme pour protéger la population jeune contre une éventuelle reprise d'activités sexuelles illicites de ces personnes infectées. Cela pourrait compliquer et compromettre les efforts déjà réalisés dans le secteur pour réorienter plusieurs travailleuses de sexe en de nouveaux professionnels et salariés.

La FEBS prévoit  de réaliser dans les prochains jours toute une série d'activités de sensibilisation visant à attirer l'attention des bailleurs sur la nécessité d'accompagner les PVVIH dans le pays et continuer du même coup à travailler à l’élimination du VIH dans le monde.

 ET/HPN

Photos : FEBS

Plusieurs centaines de personnes ont bénéficié de soins de santé à Charpentier une localité du quartier de Mahotière dans la Commune de Carrefour les 12, 13 et 14 Août 2018 à l'Eglise adventiste Schilo. c'est la Mission " Compassionate health ministries"(COHEMI) qui a patronné ce programme.

Ce groupe composé de plus de vingt missionnaires a prodigué des soins de santé pendant ces trois jours en pédiatrie, Médecine générale, odontologie, Oncologie et Gynécologie. Les patients ont eu également droit à l'assistance d'un naturiste et de ses conseils.

Les bénéficiaires de ce programme spécial ont également passé des tests de dépistage du VIH et du diabète. Apres les séances de consultation tous les participants ont reçu des médicaments, des vêtements, des produits de toilette et de la nourriture gratuitement.

Dr Fabienne Gaillard Ulysse est convaincue que cette mission leur est confiée par Dieu. Elle raconte que l'histoire de COHEMI a commencé autour de 2013 après maintes réflexions. " Nous avions voulu faire quelques choses comme Jésus qui guérissaient les malades et donnaient à manger aux pauvres" a t-elle fait savoir. Ainsi, elles sont 6 femmes (Fabienne, Sandra, Béatrice, Joanne, Chantale, Regine) à piloter ce projet  devenu une réalité.

"Les gens ont besoin de soins et l’accès aux soins de santé dans un pays comme Haïti est difficile. Nous devons répondre à cette obligation a t-elle lancé. 

Une femme dans la trentaine venue elle aussi se faire soignée et accompagner de trois enfants n'a pas caché sa satisfaction. " J'ai entendu parler de ces consultations et 'avais besoin de voir des médecins pour mes enfants et moi. nous sommes venus et on a reçu des médicaments, des vêtements, des jouets et de l'argent" a  t-elle dit en souriant.

Avant de venir à Carrefour, COHEMI a réalisé des missions dans plusieurs régions dans le pays notamment dans le Sud, dans le Nord, et à Petit goave. 

HPN

 
La liste des victimes du choléra en Haiti ne cesse de s'alourdir. Pour le seul mois de juin, pas moins de 578 cas suspects ont été enregistrés pour une douzaine de décès, selon un rapport de la mission onusienne dont les soldats népalais sont responsables de l'introduction en 2010, de la maladie dans le pays.
 
Le bureau de coordination des affaires humanitaires des Nations-Unies en Haiti, continue de tirer la sonnette d'alarme sur les dégâts que ne cesse de provoquer l'épidémie de choléra dans le pays depuis sa réintroduction en Haiti, par la faute des soldats népalais, en 2010.
 
Au cours du mois de juin, l'OCHA affirme avoir noté que des flambées ponctuelles continuaient de frapper le pays dans plusieurs départements: L'Artibonite, Le Centre, l'Ouest et de manière plus sporadique le Nord-Ouest.
 
Avec respectivement 181 et 216 cas suspects enregistrés, les départements du Centre et de l'Artibonite sont les plus touchés, soutient l'OCHA qui souligne toutefois, que les 12 décès enregistrés pour le mois de juin sur les 578 cas suspects répertoriés, correspondent à une diminution de 15% par rapport à juin 2017.
 
Pour les 6 premiers  mois de l'année, 2688 cas suspects ont été enregistrés contre 7604 pour la même en 2017, note l'OCHA, rappelant que pour 2018, l'objectif est de 12 mille cas suspects. Un objectif qui reste encore à portée de main si le niveau actuel de réponse se maintient toute l'année.
 
L'organisme onusien met en garde contre toute réduction précoce du nombre d'équipements de réponse qui représenterait un risque de propagation de l'épidémie.
 
Depuis la réapparition de la maladie en Haiti, en Octobre 2010, les chiffres cumulés jusqu'au mois de juin 2018, font état de 819 mille cas suspects enregistrés pour 9781 décès. 
 
Par Dodeley Orélus
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Dodeley
 
 

Plus d'articles...

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages