Le Ministère de la Santé Publique et de la Population (MSPP) à travers sa Direction épidémiologie, de Laboratoire et de Recherche (DELR) travaille sur l'élaboration d'une Politique Nationale de Recherche en Santé. C’est une grande première pour le MSPP qui n’a pas encore à sa disposition cet outil permettant de donner les orientations stratégiques du Ministère pour le développement du secteur de la recherche dans le pays.

Un atelier a été organisé au cours du mois de mars écoulé selon ce qu'a informé le ministère de la santé publique et de la population(MSPP). Dans ce sens plus d'une vingtaine de chercheurs ont réfléchi  les premiers jets de ce document et discuté des enjeux, des défis et des axes stratégiques prioritaires de ce document de référence pour la recherche en santé en Haïti.

Plusieurs institutions évoluant dans le domaine de la santé comme  l’OPS/OMS, les Centres GHESKIO, le CDC, Zanmi Lasante, les Facultés de médecine de l’Université d’Etat d’Haïti, de l’Université Notre Dame d’Haïti, l’Université Quiskeya et de l’Université Lumière ont pris part à cette réflexion. Des membres du cabinet de Madame le Ministre de la Santé Publique et ceux du Comité National de Bioéthique (CNB) ont aussi participé aux débats.

Le Directeur adjoint de l’Institut Africain de Santé Publique du Burkina Faso, Pr Seni Kouanda, a aussi été invité à participer à cet atelier en vue de partager l’expérience de son

pays en matière de politique de recherche en santé. Six axes stratégiques ont été développés dans le document :

1) Politique et environnement légal 2) Gouvernance et leadership 3) Développement des connaissances 4) Agenda national de recherche 5) Gestion de l’information, diffusion

des résultats et application des connaissances et 6) Financement de la recherche en santé.

Après l’élaboration du premier draft de ce document, un forum de consultation sera organisé à la fin du mois de mai avec une cinquantaine de participants en vue de recueillir un

large consensus autour de ce document stratégique. 

 

HPN

Source : MSPP

 

L’Organisation Haïti sans Cancer du Col de concert avec d’autres acteurs œuvrant dans le secteur de la santé a tenu à Port-au-Prince, ce jeudi 28 juin 2018, un atelier de travail dans l’objectif d’élaborer un plan national de lutte contre cette catégorie de cancer.

Le Cancer du col devient depuis un certain temps l’une des premières causes de mortalité chez les femmes en Haïti, ont fait savoir les spécialistes de la santé. À cet effet, l’Organisation "Zanmi Lasante", présente à cet atelier, a, quant à elle, organisé dans le Bas-Plateau central une campagne de prévention, de vaccination et de traitement, expliquent les responsables.

Le Directeur général du Ministère de la santé publique,  Docteur Lauré Adrien, de son côté, a rappelé l’engagement du Ministère de soutenir toutes les structures qui combattent le cancer du col de l’utérus. Il a toutefois exprimé des réserves sur l’intégration de la vaccination dans le plan d’action ministériel, faute de moyens.

 « Les facteurs favorisant ce cancer sont entre autres le faible niveau de vie de la population, la précarité des services de soins, le manque d’information et la multiparité qui, elle-même, est fortement liée au manque d’éducation de la population. », a noté le gynécologue et obstétricien Odilet Lespérance, dans un article publié au quotidien Le Nouvelliste en date du 12 février 2016.

Les services sont repris à l’Hôpital de l’Université d’État d’Haïti (HUEH) depuis le lundi 14 mai, après la décision de Mme Roseta Georges Arisma, Secrétaire générale de la Fédération nationale des travailleurs de santé (Fenatras) et présidente du syndicat de l’hôpital, de faire une trêve. Une entente aurait été trouvée entre les grévistes et les responsables du ministère de la Santé publique et de la population (MSPP), a appris à HPN le président de la Fenatras, Levy Milot Felix.

Lire la suite...

 

 

Le congrès national sur l'état de santé en Haïti organisé conjointement par l'association ANSANM POU AYITI et l'organisation internationale Relink Global Health s'est tenu vendredi à Port-au-Prince. Plus d'une centaine de participants ont pu suivre des séances plénières de conférences sur l'accès et les moyens possibles d'une amélioration des conditions de la santé en Haïti, a constaté HPN.

 

 

 

Interrogé par un journaliste de Haïti Press network, l'initiatrice du programme, la fondatrice de ANSANM POU AYITI Isabelle Noël affirme que ce congrès s'inscrit dans le cadre d'une réflexion sur l'état actuel de la santé en Haïti et les moyens pouvant améliorer les conditions.

 

 

 

 Aussi, juge –t-elle que les conditions d'accès à la santé en Haïti ont toujours été inégales.

 

« Les pauvres n'ont pas vraiment l'accès aux soins. Ils n'ont pas d'autre choix que de se rendre dans les hôpitaux publics de soins, souvent dénués de tous moyens », a-t-elle soutenu.

 

« L'accès au soins devient de plus en plus difficile du fait des barrières géographiques, mais aussi des difficultés financières empêchant un accès à la consultation médicale, aux laboratoires, et aux médicaments », a encore mentionné Madame Noel.

 

 

 

Par ailleurs le docteur Grenson Jeune a relevé plusieurs aspects dont l'inefficacité des ONG à apporter les soins nécessaires, l'insuffisance des ressources financières et humaines, les problèmes liés à la qualité des soins et l'inefficacité de certains hôpitaux comme les principaux facteurs qui ne favorisent pas l’accès à la santé dans le pays.

 

 

 

Deux étudiants en médecine, Manoham Osias, et Steevens Hyppolite, responsables de Haïti Health team pensent que L'Etat devrait plutôt utiliser des étudiants en médecine en vue d'améliorer les qualités de soins.

 

 

 

Toutefois estiment-ils, l'amélioration des conditions de santé en Haïti passera d'abord par l'éducation de la population sur l'univers médical, ensuite par la formation adéquate des médecins et autres personnels de la santé.

 

 

Plus d'articles...

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages