Le recteur du centre universitaire de management et de productivité CMP, Pierre André Guillaume, a annoncé ce vendredi que des démarches sont en cours en vue de trouver un nouveau local pour la reprise des cours interrompus depuis les émeutes des 6 et 7 juillet dernier. 

Du bâtiment logeant le Centre Universitaire de Management et de Productivité qui se situe à Delmas 30, il ne reste que les cloisons et les murs. C’est le triste constat fait par le recteur du CMP, Pierre André Guillaume.

En effet, dans la nuit du vendredi 6 au samedi 7 juillet, des émeutiers ont saccagé et vandalisé les locaux du CMP dans le cadre des vives protestations ayant suivi l’annonce du gouvernement d’ajuster les prix des produits pétroliers à la pompe.

Le constat est terrible, tout a été emporté, nos équipements lourds, la génératrice, l’inverter, les batteries, les ordinateurs, toute la bibliothèque. Il ne reste plus rien, a déploré le recteur Guillaume qui reconnait que le coup infligé au CMP, présent depuis 25 ans dans le quartier, est terrible.

Mais il affirme qu’il ne va pas se laisser gagner par le découragement. Nous allons bientôt reprendre dans un nouveau local, a dit le recteur qui veut servir d’exemple pour les jeunes. Lorsqu’on tombe, il ne faut pas rester au tapis, a-t-il dit courageusement.

Par Dodeley Orélus

 

En vue de s’enquérir des informations relatives à l’état d’avancement du processus de correction des copies des examens d’État, notamment le bac, le ministre de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle (MENFP), Pierre Josué Agénor Cadet a procédé, le mardi 10 juillet, à la visite des centres de traitement et de correction des copies. Les travaux ont redémarré mardi après les émeutes qu’a connues le pays le week-end écoulé, a constaté Haiti Press Network.

Lire la suite...

 Le ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle (MENFP), à travers la Direction d’appui à l’enseignement privé et du partenariat (DAEPP) a organisé, le jeudi 5 juillet 2018, à l’Université Quisqueya, un atelier portant sur les enjeux du partenariat local : les rôles des autorités locales dans la scolarisation des enfants, a constaté Haiti Press Network.

Lire la suite...

 
Après les syndicats d'enseignants et le parti politique LAPEH entre autres, c'est maintenant le syndicat du personnel du ministère de l'éducation nationale et de la formation professionnelle de dénoncer des "irrégularités" dans l'organisation du baccalauréat et réclamer que les “incompétents” soient écartés.
 
Pour le secrétaire exécutif du SPEMENFP, Léo Junior, il ne fait pas de doute, les cas d'irrégularités enregistrés dans l'organisation des examens officiels cette année encore, sont une des conséquences de la mauvaise foi et de l'incompétence de plusieurs acteurs impliqués dans le processus.
 
Il exige que des changements soient opérés au niveau de l'équipe de manière à freiner ces irrégularités régulièrement enregistrées. Il faut aussi, a-t-il dit, qu'une enquête soit diligentée de manière à fixer les responsabilités.
 
Par ailleurs, le syndicaliste a dénoncé ce qu'il appelle la mauvaise gestion à la direction générale du MENFP en ce qui a trait aux primes versées pour les missions sur le terrain. 

Dans la plupart des cas, les cadres affectés aux directions concernées et qui devraient, en toute logique prendre part à ses missions, sont écartés au profit d'autres employés qui, par la suite, partagent leurs primes avec ceux qui les avaient mis sur le coup. Si ces dérives de corruption continuent, nous citerons des noms, a prévenu Léo Junior.
 
S'agissant du processus de recrutement au sein du MENFP, Léo Junior invite l'office de management des ressources humaines à se montrer impartial dans le traitement des dossiers.
 

 

Par Dodeley Orélus.

Plus d'articles...

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages