Plusieurs éducateurs et éducatrices, dont ceux ayant fait de leur mieux pour faciliter la reprise des activités scolaires dans les zones difficiles et fragilisées par la violence, ont été honorés par le gouvernement via le ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle (MENFP). Cette activité a eu lieu lors d’une cérémonie présidée par le Premier ministre, Dr Ariel Henry, au Karibe convention center, ce lundi 24 janvier 2022, à l’occasion de la 4e « Journée internationale de l’éducation », célébrée mondialement autour du thème : « Changer de cap, transformer l’éducation », a constaté Haiti Press Network.

Lire la suite...

 
 
En présence du Premier ministre Dr Ariel HENRY, le Ministre de l’Education Nationale et de la Formation Professionnelle, Nesmy MANIGAT et la Ministre de la Culture et de la Communication, Mme Emmelie PROPHETE-MILCE, ce lundi 24 janvier, a lieu la cérémonie de célébration de la 4e journée internationale de l’éducation, à l’hôtel Karibe Convention Center.
 
Cette célébration a été l’occasion pour le Premier ministre de décorer certains membres du personnel enseignant et administratif pour leur contribution à la reprise des cours dans des zones précaires et difficiles dont La saline et Cité Soleil.
 
 
Dans son discours, Dr Ariel HENRY a rassuré les enseignants qui étaient dans la salle, environ une centaine, que l’appareil d’Etat, à travers le MENFP, est plus que jamais mobilisé pour que des milliers d’enfants qui peinent à poursuivre leur formation, à cause des bouleversements du calendrier scolaire, réintègrent leurs salles de classe.
 
 
 
« Je suis très conscient de la précarité dans laquelle nos enseignants évoluent. C’est l’une des priorités de mon gouvernement : améliorer leurs conditions de travail », a déclaré Ariel HENRY qui donne la garantie qu’avec le Ministère de l’Education Nationale, Il s’attellera à mettre en place un comité de réflexion pour établir un agenda de travail concret et réaliste.
 
 
 
Selon le Chef du Gouvernement, l’éducation est à la fois un bien public et une responsabilité publique, celle de garantir un enseignement inclusif et équitable de qualité à tous les enfants du pays, qu’ils vivent en milieu rural, dans les bidonvilles ou dans les villes.
 
 
 
Yves Paul LEANDRE
 

 

 

La coordonnatrice du Programme national de cantines scolaires a annoncé jeudi lors d’une réunion vouloir renforcer les écoles en fournissant de la nourriture achetée aux producteurs locaux, a appris Haïti Press Network.

 

La réunion s’est tenue lors de la quatrième table sectorielle du sous-secteur de l\'Alimentation Scolaire organisée jeudi.

 

Revoir les actions, définir les nouvelles stratégies aptes à rendre opérationnel l\'alimentation en milieu scolaire et réduire les écarts dans les actions sont autant d\'objectifs visés par cette assise tenue en présence du Ministre de l\'Éducation Nationale, Nesmy Manigat, de la Coordonnatrice Générale du PNCS, Djina Guillet Delatour et des partenaires qui aident au Programme et de la Société Civile.

 

« L\'État Haïtien tient, par cette démarche, renforcer les achats locaux dans les Cantines Scolaires\", a déclaré Djina Guillet Delatour se félicitant d\'avoir diversifié les aliments dans les plats des enfants dans les écoles.

 

L\'important, de l\'avis du numéro un du PNCS, les trois groupes d\'aliments sont réunis dans les plats offerts dans les écoles à savoir les aliments protecteurs, constructeurs et énergétiques.

 

Notons que la table sectorielle regroupe des partenaires tels le Programme Alimentaire Mondial (PAM), le Fonds d\'Assistance Économique et Sociale (FAES) et Food for The Poor.

 

L’Organisation International Women of H.0.P.E (IWOH) en partenariat avec l’Université Fédérale de Pernambuco du Brésil, le Campus de l’Université Henri Christophe de Limonade et le Groupe d’Ambassadeurs pour le Développement (GADE) ont lancé le lundi 17 janvier 2021 au Campus universitaire Henri Christophe de Limonade un important projet de formation pour des jeunes des quartiers populeux et vulnérables de la Région Nord d’Haïti.

 

 

Dénommé University In My House (Invesite a Lakay mwen, en créole), ce projet est un programme de formation pratique déroulée en temps réel avec une grande proximité avec les bénéficiaires. Des centaines de jeunes et de personnalités de l’Université de Limonade et du Nord ont fait le déplacement pour participer au programme de lancement et d’encadrement des membres des communautés de la Région Nord.

 

« Les jeunes bénéficiaires de ce programme auront à former les membres des communautés du Nord sur trois thèmes principaux : éducation, santé et environnement, » selon Rosebrune Vixamar présidente fondatrice de l’Association International Women of Hope (IWOH) et Jean Baptiste Joseph du Groupe d’Ambassadeurs pour le Développement (GADE), les deux leaders du projet University In My House, l’Université est Chez moi (en français).

 

 

« Notre organisation a été créée pour faire la différence dans la vie des femmes et des jeunes filles en mettant l’accent sur leur autonomisation afin de les rendre fortes pour être des agents de H.O.P.E (Healing, Opportunité, Purpose, Empowerment) pour les femmes en crise en Haïti, aux États-Unis et partout où nos ressources peuvent les atteindre.

 

Nous le faisons en nous concentrant sur l’équipement des femmes en Haïti avec les ressources et l’éducation nécessaire pour créer un mode de vie durable grâce à des dons de matériels et des séminaires éducatifs sur divers domaines, tels : l’agriculture, le leadership, l’entreprenariat et le développement personnel » a dit la Présidente Fondatrice de l’Organisation International Women of HOPE Rosebrune Vixamar.

 

 

« Nous enseignons aux femmes comment transformer leurs talents et créativité en opportunité économique non seulement pour elles-mêmes, mais aussi pour leurs enfants et leurs communautés.  

 

Nous leur offrons des ressources, des opportunités et des conseils qui se traduisent par la guérison, la restauration et l’espoir d’un avenir sûr et productif… », a poursuivi la Présidente de IWOH.

 

Selon la présidente de IWOH Rosebrune Vixamar, cette séance de formation lancée au Campus universitaire Henri Christophe de Limonade aidera à la transformation des communautés à travers les jeunes de la région nord afin de les aider à trouver des ressources, de créer des opportunités et pousser les femmes, les jeunes filles et jeunes hommes à être des innovateurs et à être des femmes audacieuses et des femmes d’espoirs.

 

« L’idée principale de cette série de formations c’est de procéder à une stratégie d’éducations populaires accessibles aux gens des quartiers les plus reculés et les plus vulnérables pour aider les communautés à se relever », selon le professeur Segio Matias représentant de l’Université Fédérale de Pernambuco du Brésil, auteur du projet University In My House.

 

Grace à ce projet, l’Université devient une opportunité pour les gens les plus vulnérables afin de les rendre capables de résoudre des problèmes communautaires à travers le monde mais surtout à travers les pays plus nécessiteux a poursuivi le professeur Brésilien Sergio Matias.

 

« Nous espérons que ce projet de ‘’l’Université à la Maison’’ aidera Haïti à renforcer les liens de sa coopération avec le Brésil à travers l’Éducation populaire prônée, » selon le président du Conseil de Gestion du Campus Universitaire Henri Christophe de Limonade le professeur Hérissé Guirand.

 

« Il a fallu deux ans de négociation avec les partenaires pour arriver à la phase d’implémentation du projet University In My House ( Inivesite a Lakay mwen…)

 

On était tous et toutes contents et heureux de savoir que nous ayons pu établir des contacts pour emmener le projet en Haïti au bénéfice des jeunes de nos communautés... » a expliqué Encok Vixamar, Co-fondateur de l’Organisation International Women of Hope avec sa femme.

 

A côté des représentants des Institutions partenaires à ce programme et/ou ce projet de formation, d’importantes personnalités sociopolitiques qui pris part à la cérémonie on assure de leur accompagnement aux jeunes mais encore et encouragé les initiateurs du projet University In My House (l’Université est Chez moi…)

 

« Nous croyons fermement que c’est par la valorisation des femmes et des hommes qu’un pays parvient à découvrir tout son potentiel et construire un meilleur lendemain.

Car la valorisation des gens mène à la valorisation de toutes les œuvres humaines, en toute éternité… » a conclu la présidente de l’Organisation International Women of Hope (IWOH) Rosebrune Vixamar.

 

Jean Jul Désauguste

Plus d'articles...

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .