Haïti-Éducation : Tenue d’un atelier sur l’évaluation scolaire

Education
Typographie

Au local de la Banque Inter-américaine de Développement (BID), le mercredi 10 octobre, un atelier de débat et de réflexion s’est tenu autour du terme « Renforcement des évaluations scolaires pour l’amélioration de la qualité de l’éducation en Haiti ». Nombre d’acteurs œuvrant dans le secteur éducatif  haïtien ont pris part à cette activité en vue d’échanger leur point de vue sur la question. Tous ont défendu l’idée de la mise en place d’un nouveau système éducatif devant passer par la formation massive des enseignants, des directeurs d’écoles et des éducateurs.

 L’évaluation de la 9e année fondamentale constituait le noyau des débats lors de cet atelier organisé par la BID. Tous les participants se sont mis d’accord sur la nécessité de repenser le modèle d’évaluation à ce niveau de la chaîne éducative haïtienne.

Le président du comité gouvernance et éthique du partenariat mondial pour l’éducation, Nesmy Manigat, voulant placer cette activité dans son contexte a affirmé : « Depuis 2015, le MENFP organise ces séances d’évaluation sur trois matières en particulier que sont le français, le créole et les mathématiques. Cette activité doit permettre au ministère d’identifier très tôt les difficultés du système en matière d’apprentissage. Il s’agit à ce point de l’élément le plus important, le créole. »

L’ancien titulaire du ministère de l’éducation nationale et de la formation professionnelle (MENFP) réveille, à cet égard, l’idée selon laquelle l’apprenant qui ne maîtrise pas la compréhension de l’écriture et de la syntaxe de sa langue première, ne pourra pas apprendre aisément les autres langues auxquelles il sera exposé et ne parviendra pas à maîtriser l’ensemble des autres matières.

 Trois ans plus tard, quant au constat, l’ancien titulaire du MENFP se veut être prudent. Il dit attendre la prochaine évaluation de l’année académique en cours en vue  de tirer les premières conclusions. Cependant, présent également à cet événement, le directeur du Collège Catts Pressoir Guy Etienne n’a pas ménagé ses mots pour exprimer ses préoccupations par rapport au mal être du système éducatif haïtien. S’appuyant sur son expérience dans le secteur, Guy Etienne pointe du doigt un système désuet, des évaluations bâclées, des taux d’échecs élevés dans les examens officiels. Tels sont, fustige-t-il, la monnaie d’échange par rapport aux 343 650 000 000 de gourdes investies par les parents haïtiens.

Nesmy Manigat et Guy Etienne appellent en ce sens tous les acteurs du système à assumer leurs responsabilités pour un renversement de la vapeur. Il prône à cet effet une campagne de formation massive à l’intention des enseignants, des directeurs et des éducateurs.

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages