Haïti-Éducation-Covid-19 : Les cours audio-visuels seront disponibles bientôt pour nos élèves

Education
Typographie

 

Des équipes de responsables du MENFP, de techniciens-techniciennes et d’enseignants du système éducatif travaillent d’arrache-pied depuis la semaine écoulée au collège Excelsior à Delmas 75, dans le but de préparer les cours audio-visuels au profit des élèves du fondamental et du secondaire. Une démarche qui s’inscrit dans le cadre de la mise en place de la plateforme éducative numérique pour l’apprentissage des apprenants à la maison, développée et lancée récemment par le ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle (MENFP), constate Haiti Press Network.

 

C’est justement dans le souci d’aider les élèves à rester en contact avec leurs activités académiques même de manière virtuelle pendant la période de confinement due à la pandémie de Covid-19, que le ministère entreprend une telle démarche, a rappelé le directeur de l’Enseignement secondaire, M. Maxime Mésilas interrogé sur place par l’Agence.

 

Les cours qui seront disponibles sur la plateforme (www.pratic.menfp.gouv.ht) dénommée « PRATIC », seront également diffusés sur les ondes de la Radio-Télévision nationale d’Haïti (RTNH) afin de les mettre à profit des enfants qui vivent dans les milieux difficiles du pays.  

 

En moyenne, ils sont dix enseignants à se présenter au collège Excelsior, du lundi au samedi, pour enregistrer, sous forme de capsules de 15 minutes, les cours concernant les disciplines enseignées aux niveaux du fondamental et du secondaire. 

 

Le responsable de l’Enseignement secondaire, Maxime Mésilas précise qu’on travaille sur les onze (11) matières du secondaire pour les classes d’examens, les quatre (4) séries de la filière de l’enseignement général et les sept (7) matières enseignées aux trois niveaux de l’école fondamentale. 

 

Il s’agit en effet, de balayer les programmes à compétence minimale qui ont été préparés par le MENFP en réponse au déficit des jours de classe perdus durant les trois mois de bouleversements sociopolitiques de l’année dernière.

 

Ces cours en préparation qui seront mis à la disposition des apprenants sous peu, précise M. Mésilas, commencent là où l’école a été obligée de cesser de fonctionner.

 

« Ces capsules ont des informations qui permettent aux élèves non seulement de s’informer sur des thèmes importants, mais aussi de les comprendre et de les appliquer dans des exercices pouvant servir au bac. Ce, en attendant que le ministère décide dans la mesure du possible de reprendre les activités scolaires après la crise sanitaire », a indiqué le professeur Maxime Mésilas.

 

D'après le responsable qui pense que cette expérience aide à voir comment on peut faire l’école autrement dans le pays, le travail n’est pas facile. Il prend du temps pour monter les capsules. Cependant, le MENFP, garantit-il, se fixe un délai d’un mois maximum pour terminer avec les travaux.

 

« De toute évidence, ce ne sont pas des démarches vaines. Par cette formation alternative, les enfants pourront continuer leur apprentissage même lorsqu’ils sont confinés à la maison », s’est félicité le directeur Mésilas, avant de saluer les efforts de tous ceux, notamment le Bureau de communication et la Radio-Télé Éducative (RTE) du MENFP qui ont mis la main à la pâte pour rendre le projet possible.

 

Le professeur des Mathématiques au niveau du secondaire, M. Jean-Marie Clervaux estime que cette première expérience est excitante. Il dit avoir pensé que l’apprentissage à travers l’utilisation de la technologie et les nouvelles approches pédagogiques (approches par le développement de compétences) où l’élève se trouve dans une dynamique de construction du savoir, permettent d’aller plus vite et de façon plus efficace.

 

« Je pense que cette initiative d’utiliser une plateforme virtuelle pour permettre aux enfants de continuer leur apprentissage à la maison, est louable. Elle peut ne pas atteindre tout le monde, compte tenu des problèmes séculaires que confronte le pays. Mais il faut admettre que c’est une bonne chose », souligne Jean-Marie Clervaux, notant en passant qu’il est temps à ce que les gens comprennent la nécessité pour le pays d'entrer dans la modernité.

 

Texte et photo : Alix Laroche

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

     

 

 

  

 

    

 

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages