Societe-Manif : Manifestation 18 mai tuée dans l’œuf par la Police 

Sociéte
Typographie

 

 

Quelques manifestants ont tenté à plusieurs reprises de se rassembler dans la commune de Delmas mais en vain. Malgré les pneus enflammés remarqués un peu partout dans la zone de Nazon, sur l'autoroute de la ville, les militants n'ont pu se réunir dispersés à coup de gaz lacrymogène.

 

Quelques minutes après le discours du chef de l'Etat appelant les citoyens à ouvrir leurs yeux sur la situation sociale et économique pour ce 18 mai, fête du drapeau, les manifestants entendaient donnés une réplique au Président Jovenel Moïse mais sans succès. A l'heure du Coronavirus, les rassemblements sont interdits par le gouvernement dans le cadre de la distancia sociale pour empêcher tout contact et qui pourrait faciliter la propagation du virus. 

 

Certaines stations de la Capitale ont rapporté l'arrestation d'un des chefs de file de cette tentative de manifestation Josué Merilien qui a été vite relâché. Toutefois, le chauffeur d'un soundtrack diffusant des musiques incitant la population à manifester a été arrêté et fermé dans un commissariat de Delmas selon nos sources. On constate une forte présence policière dans les rues.

 

Le groupe appelé "Fantom509" constitué de policiers qui devait manifester à l'occasion de la fête du drapeau pour demander la libération de l'un des leurs n'a pas été remarqué ce lundi 18 mai dans les rues désertées mis à part quelques véhicules de transport en commun qui font le va et vient dans certaines artères de la commune de Delmas ainsi que des motocyclettes. 

 

HPN

 

Photo : Marvens Pierre

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .