Haïti-Journée internationale de la diversité biologique : le Ministre de l'environnement Abner Septembre appelle les acteurs à l'engagement

Environnement
Typographie

 



Le ministre haïtien de l'environnement, Abner Septembre a lancé vendredi un vibrant appel à toutes et à tous pour un engagement réel à préserver toutes les formes de vie sur la terre et garantir leur pérennité, pour le bien des générations présentes et à venir à l’occasion de la journée mondiale de la biodiversité sous le thème, "nos solutions sont dans la nature". Il a adressé un message de solidarité à toutes les filles et fils de la nation haïtienne dans ce contexte troublé de pandémie de la COVID-19.



"La protection de la biodiversité est de la responsabilité de chacun de nous, car les services écosystémiques qu’elle fournit sont profitables à nous tous. En ce temps de COVID-19, que de services nous rend la nature à travers la pharmacopée traditionnelle. Il faut mettre en action les savoir-faire transmis de générations en générations pour combattre ce mal invisible. Merci à notre biodiversité", lit-t-on dans ce message.



Pour le titulaire du MDE, la biodiversité, variabilité des organismes vivants de toute origine, constitue la base même de la vie sur la terre. "L’oxygène que nous respirons, les aliments et l’eau douce que nous consommons, par exemple, proviennent essentiellement de la biodiversité.  La perte continue de différentes formes de vie se trouve aggravée sur notre territoire en raison de faiblesses de toutes sortes, notamment économique et éducationnelle, sans ignorer le clivage social entre citadin et paysan", soutient-t-il.



Le thème retenu, écrit le ministre Septembre, cette année « Nos solutions sont dans la nature » traduit la nécessité de travailler ensemble à tous les niveaux pour construire une vie meilleure, en harmonie avec la nature. Des secteurs comme l’agriculture, la pêche, l’aquaculture et autres, dépendent du bon état des écosystèmes et de la biodiversité pour asseoir leur croissance dans les décennies à venir.



L’alerte lancée par la Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES), lors de sa 7ème session plénière tenue à Paris au début de ce mois  est claire : « La nature décline globalement à un rythme sans précédent dans l’histoire humaine – et le taux d’extinction des espèces s’accélère, provoquant dès à présent des effets graves sur les populations humaines du monde entier ». Notre pays qui fait partie des 11 hotspots de la biodiversité mondiale, poursuit le communiqué,  peine à protéger ce patrimoine qui continue de s’appauvrir, menaçant ainsi la sécurité des générations à venir.


Le Ministère de l’Environnement dit espérer vivement que l’année 2020 nous aura ouvert les yeux sur la nécessité de développer des relations d’un autre type avec les êtres et les organismes vivants qui, chacun à son niveau, contribuent à faire de la terre ce qu’elle est pour nous tous et toutes, cette Maison commune qu’il faut protéger.

 

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages