12 Mars 2021 – 12 Avril 2021 : 1 mois depuis l’opération policière ratée à village de Dieu au cours de laquelle pas moins de 5 policiers ont été tués.  Le Syndicat de la police nationale a organisé, lundi, une cérémonie d’hommage dans ses locaux à Bois-Verna en mémoire des victimes.

 

 Le porte-parole du SPNH-17, Domond Saincy, a déploré le fait qu’un mois après aucune explication n’ait été donnée par le haut état-major de la PNH sur ce drame.

 

Il continue de se questionner sur le comportement des autorités politiques et policières qui n’avaient pris aucune disposition pour porter secours à ses frères d’armes malgré les appels et messages de détresse envoyés par les victimes.

 

Le policier-syndiqué ne digère toujours pas le fait que rien n’ait été fait pour récupérer les cadavres des policiers au Village de Dieu. « Ces policiers ne doivent pas mourir en vain », a martelé le porte-parole du SPNH-17. Il a renouvelé la détermination du syndicat à poursuivre le combat en faveur de meilleurs traitements et conditions pour les policiers en dépit du fait que ses membres sont l’objet de persécutions de toute sorte.

 

Le porte-parole du syndicat de la police a par ailleurs dénoncé la présence de civils armés et de bandits recherchés au sein de l’unité dénommé All Black, instituée sous le règne du DG Léon Charles. Domond Saincy s’est insurgé également contre ce qu’il appelle l’offensive orchestrée par Léon Charles à l’encontre des membres du SPNH-17 condamnant une nouvelle fois l’arrestation de l’ancien porte-parole de cette structure, Abelson Gros-Nègre, révoqué de l’institution.  

 

Jean Chrisnol Prophète

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

 

La Conférence haïtienne des religieux (CHR) exige la libération immédiate et inconditionnelle des missionnaires parmi lesquels deux français enlevés le weekend écoulé. Dans une note publiée le 12 Avril, l’archevêque de Port-au-Prince, Mgr Max Leroy Mésidor qualifie de lamentable et révoltante la situation sécuritaire actuelle. Dans l’intervalle, la Conférence des évêques de France ainsi que la Conférence des Religieux et religieuses de France se sont solidarisées avec la CHR tout en invitant les preneurs d'otages à ne pas ajouter de la haine là où se trouve déjà la pauvreté.

Lire la suite...

 

Un groupe de sept religieux catholiques a été enlevé dimanche dans les environs de Port-au-Prince, alors qu'il se rendait "à l'installation d'un nouveau curé". Parmi les personnes kidnappées on compte deux ressortissants français, a confirmé le ministère des affaires étrangères à Paris.

 

 Selon le média fraçais BFMTV, le Quai d'Orsay a confirmé ce lundi "l'enlèvement de deux ressortissants français en Haïti ". "Le centre de crise et de soutien du ministère de l'Europe et des Affaires étrangères, ainsi que notre ambassade en Haïti, sont pleinement mobilisés, en relation étroite avec les autorités locales", indique le communiqué du ministère.

 

"Pour des raisons d'efficacité et de sécurité, nous conservons la plus grande discrétion dans ce type de situation", poursuit le Quai d'Orsay.

 

Dimanche, la Conférence des évêques d'Haïti avait affirmé qu'un groupe de sept religieux catholiques, parmi lesquels figurent une religieuse et un prêtre français, avait été enlevé dans la matinée à la Croix-des-Bouquets, près de la capitale Port-au-Prince. Le groupe "se rendait à l'installation d'un nouveau curé", avait expliqué le père Loudger Mazile, en précisant que les ravisseurs exigeaient un million de dollars de rançon.

 

Au moins une dizaine de personnes ont été enlevées ces deux derniers jours à Port-au-Prince, par elles une policière de la sécurité présidentielle. Elle a été libérée contre une rançon versée par les autorités, selon des rumeurs, mais on ignore le montant.

 

 



Au moins une dizaine de cas de personnes enlevées sont recensées à Port-au-Prince et dans ses environs cette semaine, apprend Haïti Press Network (HPN).



 Sept religieux catholiques, dont deux Français, ont été enlevés ce dimanche à la Croix-des-Bouquets. Les ravisseurs exigent un million de dollars de rançon selon la Conférence des évêques haïtiens.



Dans le secteur médical, dans une note parue ce dimanche 11 avril, l'hôpital  Bernard Mevs a annoncé la fermeture de ses portes le lundi 12 avril 2021 pour les cas externes suite au kidnapping du docteur André Valembrun membre de son staff. L’hôpital a par ailleurs  précisé que d’autres mesures suivront si le docteur Valembrun n’est pas libéré.



La franc-maçonnerie haïtienne via le Grand Orient d'Haiti a confirmé le kidnapping le samedi 10 avril de l’ancien Sérénissime Grand Maitre Yves Benoît Jean Marie. Le Secrétaire Général  du Grand Orient demande aux francs maçons de s’unir d’intention dans leur adresse pour que Grand Maître Jean Marie revienne sain et sauf selon ce qu'on lit dans cette note.

 

Une jeune Dame a été enlevée à la rue Titus au bas peu de chose ce weekend. Dimanche après midi les ravisseurs réclamaient lors des négociations une rançon de 2 millions de gourdes et de 2000 dollars américains.



Pour la semaine pascale, quatre fidèles adventistes avaient été enlevés puis libérés 72 heures après contre rançon. 

Plus d'articles...

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages