Dans un communiqué publié cette semaine, le ministère de l’Education nationale et de la Formation professionnelle (MENFP) a déploré et regretté l’incident malheureux qui s’est produit, le 13 novembre, à l’école « Collège Evangélique Maranatha » où près de 10 personnes ont été tuées par balles suite à une intervention de la Police.

 

 

Le MENFP déplore profondément le fait qu’une école soit le théâtre de tels événements sanglants pouvant occasionner un grand traumatisme sur les élèves et le personnel de l’établissement.  

Le MENFP rappelle à toutes et à tous qu’un établissement scolaire doit être un sanctuaire pour nos enfants, le centre de référence pour la formation académique, morale, civique et intellectuelle de nos jeunes pour la relève de demain.

Le ministère présente ses sympathies à tous ceux qui sont affectés par ledit incident, spécialement à la communauté éducative de la zone, à tout le personnel et aux élèves du collège Evangélique Maranatha ainsi qu’à la Police nationale d’Haïti, aux familles et camarades des policiers décédés.

Le MENFP espère que l’enquête des autorités judiciaires permettra de faire la lumière sur ces événements malheureux, lit-on dans le communiqué.

 

22 ans après la dissolution des Forces Armées d’Haïti (FADH) par l'ancien président Jean Bertrand Aristide, l'actuel chef de l'état Jovenel Moise a officiellement réhabilité l'institution à l'occasion de la commémoration de la bataille de Vertières décisive pour l'indépendance nationale en 1803, a constaté Haiti Press Network.

 

"En même temps que les Forces armées sont rétablies, le gouvernement s'engage à poursuivre le renforcement de la Police nationale, la seule force de sécurité publique établie sur le territoire national", a déclaré Jovenel Moise.

La cérémonie a rassemblé les 150 hommes de la nouvelle armée au lieu historique de Vertiès, Cap-Haitien, en présence du Premier ministre, du gouvernement, du président de l'assemblée nationale et des parlementaires. A l'occasion d'importantes mesures de sécurité ont été mises en place dans la deuxième ville du pays par des unités de la police nationale (PNH).

Tandis qu'à Port-au-Prince des opposants au gouvernement manifestaient dans la rue contre le retour de l'armée dans les conditions socio-politiques actuelles. Certaines organisations politiques de l'opposition considèrent que le président est en train de mettre une milice en place pour protéger le régime tèt kale au pouvoir. Elles accusent également l'armée haitienne comme une institution responsable de nombreux coups d'état dans le pays au cours de son histoire.

En décidant de rétablir l'armée, le gouvernement a donné la garantie que l'institution s'attachera au développement national.

 

Dans une note acheminée à la rédaction de Haiti Press Network, la Mission protestante Union Evangélique Baptiste d’Haiti (UEBH) a donné sa version de la tuerie enregistrée à Martissant, plus précisément à Route des dalles, le lundi 13 novembre. L’UEBH réclame une enquête pour "déterminer les conditions dans lesquelles sont décédés les vaillants policiers et les innocentes victimes du Collège."

Lire la suite...

Plus d'articles...

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages