Haïti-Justice : « Les huit personnes arrêtées devant la BRH sont des voleurs professionnels », selon Me Reynold Georges

Securite
Typographie

Me Reynold Georges, conseiller juridique du président Jovenel Moïse et proche du pouvoir en place a démenti, mardi 19 février, les rumeurs selon lesquelles les huit personnes lourdement armées arrêtées dimanche par la police aux abords  de la Banque de la République d’Haïti travaillent pour le gouvernement, notamment le président. D’après Me Georges qui intervenait sur les ondes de radio Caraïbes, ces huit (8) individus composés de 5 Américains, 1 Serbe d'origine, 1 Russes d'origine et 1 Haïtien sont des voleurs qui visaient principalement le coffre de la BRH.

« Ce sont des voleurs professionnels qui ont débarqué avec un arsenal d’armes et d’appareils électroniques hautement technologiques dans l’unique but de cambrioler la Banque. Ils ont été arrêtés grâce à la vigilance des agents de sécurité de la Banque qui ont alerté la police après avoir remarqué leur attitude suspecte », a laissé entendre Me Reynold Georges, incapable toutefois d’indiquer à ses interlocuteurs par où étaient passés ces individus pour entrer sur le territoire.

Suivant les révélations de l’homme de loi, en plus des armes, des minutions, des matériels électroniques et autres, la police a interpelé les suspects en possession d’un véhicule d’un ancien ministre haïtien à bord duquel se trouvaient également des plaques d’immatriculation.

Le nom de Fritz Jean-Louis, ancien ministre Délégué auprès du Premier ministre chargé des questions électorales est cité dans cette affaire sur laquelle le commissaire du gouvernement, Paul Éronce Villard, chef du Parquet de Port-au-Prince annonce qu'il va donner une conférence de presse aujourd'hui même.

« Je suppose que c’est un véhicule volé par ces hommes armés à leur arrivée au pays. Car ce sont des experts en matière de vol », insiste Me Georges, lequel pointe du doigt certaines personnes mal intentionnées, dit-il, qui alimentent de fausses informations pour encourager la population  à se soulever contre le chef de l’État.

Questionné concernant des personnes qui font pression sur la police pour relâcher les huit (8) mercenaires qui répondent actuellement les questions de la DCPJ, Me Reynold Georges a répondu ainsi : « Que la Direction centrale de la police judiciaire continue de faire son travail. La DCPJ a pour devoir d’interroger toutes ces personnes-là afin de faire jaillir la vérité sur ce dossier ».

Reynold Georges pense que l’Haïtien identifié parmi les étrangers serait un éclaireur pour ces derniers qui, soutient-il, profitaient des troubles créés par l’opposition politique radicale, pour casser la plus grande Banque du pays.

Pour persuader de ses révélations, Me Reynold Georges a indiqué en conclusion que sa version du fait est hautement authentique.  

Alix Laroche

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.  

 

   

 

  

 

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages