Ouanaminthe, une ville étrangère dans un enfer appelé Haïti ! (Reportage)

Destination Touristique
Typographie

Haiti est transformée tristement depuis quelque temps en un véritable enfer, où le fuir semble devenir pour certains, la seule et meilleure solution. Ce, à cause notamment de sa capitale gangrenée par des bouleversements politiques répétitifs, accentués d’une insécurité vertigineuse et accablante, avec comme caractéristique principale, la banalisation de la vie par des bandits armés sans foi ni loi qui sèment le deuil et la tristesse dans la cité. Située à 314 kilomètres de Port-au-Prince, tenant compte de son calme, la ville d'Ouanaminthe semble étrangement à un lieu qui ne fait pas partie d'Haïti. Reportage Haiti Press Network

Si, à Port-au-Prince, dans beaucoup de ses quartiers la vie quotidienne prend fin dès 4 heures de l'après-midi, où tout le monde s'empresse de rentrer dans sa demeure, pour se mettre à l'abri de l'insécurité, ce n'est nullement le cas, observons-nous, pour l'arrondissement d'Ouanaminthe, proche de la ville de Dajabón sur la frontière de la République dominicaine.

En effet, notre passage à Ouanaminthe les dimanche 28 et lundi 29 mars 2021, nous a permis de mieux comprendre cette question de la République de Port-au-Prince, où d’aucuns ont toujours cette mauvaise tendance à réduire le pays uniquement à sa capitale.

Un peu négligé certes, mais le « pays en dehors » comme le dit Gérard Barthélémy dans son livre, existe. Différemment de celle qu'on constate quotidiennement à Port-au-Prince, la vie en région est bien présente. La ville d'Ouanaminthe l’illustre parfaitement bien par son mutisme et ses activités florissantes, quoique, remarquons-nous, beaucoup de gens semblent être armés. 

Outre un brassage économique très actif qui fait toute une différence à Fort-Liberté, Chef-lieu du département du Nord-Est, où les activités économiques sont généralement pâles, à Ouanaminthe, cette ville où les gens semblent avoir développé un sens d'hospitalité des plus poussés envers les étrangers, la vie nocturne existe aussi. Cette vie, avouons-le, prend forme dans une ambiance électrisante, ponctuée de discothèques, de speakers et d'appareils de radio qui vomissent de la musique dans presque tous les coins et recoins. Jeunes et vieux se régalent en toute quiétude d'esprit.

Le marché bilatéral fonctionne apparemment à merveille. Ils sont nombreux les natifs d'Ouanaminthe qui s'aventurent dans le business. Ils traversent la frontière pour acheter et vendre des produits sans difficulté. Idem pour les Dominicains qui envahissent aussi Ouanaminthe. Ce qui facilite aux Haïtiens et aux Dominicains l'apprentissage de l'espagnol et du créole, constatons-nous.

« Nous nous débrouillons assez bien ici. Tout le monde se verse presque dans le commerce à Ouanaminthe. La vie n’est pas rose, mais je préfère mille fois vivre chez-moi que de me rendre à Port-au-Prince », nous a raconté Astride, une jeune commerçante que nous avons rencontrée sur la cour de l’hôtel d’hébergement. 

Il faut dire que des petits problèmes comme dans tant d'autres endroits tels: le vol de motocyclette, des braquages occasionnels et autres, il y en a à Ouanaminthe, nous explique Tony, natif de cette contrée. Néanmoins, fait-il savoir, contrairement à Port-au-Prince où la criminalité, les assassinats et les kidnappings se multiplient au quotidien, tout semble avoir l’air d’aller à merveille pour les habitants d'Ouanaminthe qui, de toute évidence, n’ont pas besoin de chatouiller la vie pour la voir sourire.

À bien lire la profondeur de la vie dans les yeux et l’esprit des résidents de cette ville du Nord-Est, mais également son attrait resplendissent et calme qui crée de la confiance et une certaine quiétude d’esprit au sein de la population, il y a bien lieu de dire que Ouanaminthe où bizarrement, la majorité des véhicules, soulignons-le, circulent sans plaque d’immatriculation, est une ville étrangère en Haïti. Ce, quand on tient compte de cet enfer qui s'appelle Port-au-Prince avec tous ses problèmes quotidiens, où la vie semble partir en voyage depuis des lustres.

Texte et Photos : Alix Laroche

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Inscrivez-vous via notre service gratuit de courriel d'abonnement pour recevoir des notifications lorsque de nouvelles informations sont disponibles .

HPN Sondages