• Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Haïti-CARIFESTA : Une idée de l’ambiance avant le début de la fête

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 1
MauvaisTrès bien 

 

Les organisateurs, de concert avec les officiels haïtiens s’apprêtent, ce vendredi 21 août, à lancer, dans peu de temps, la première journée du CARIFESTA au Champ de Mars. Pourtant, de nombreux techniciens, responsables de travaux relatifs aux préparatifs, se précipitent encore pour les dernières touches à moins de quelques minutes, constate sur place Haiti Press Network.

 

 

Au champ de Mars. Il est 2 heures de l’après-midi. De nombreuses rues débouchant dans l’aire de cette grande place publique sont fermées. La police monte déjà la garde. Différentes unités de la PNH sont remarquées. Les policiers forcent des automobilistes à faire demi-tour.

Un embouteillage monstre est ainsi créé dans plusieurs endroits, notamment au niveau du Bas de Lalue et de Bois Verna. Ce qui ne manque pas de compliquer la vie de nombreux citoyens et citoyennes.

D’autre part, quelques curieux font des va-et-vient dans les espaces réservés pour le déroulement de l’événement au Champ de Mars. Se dépêchant pour rentrer chez eux, certains en profitent pour jeter un coup d’œil à ce haut lieu d’accueil de cette fête de l’art et de la culture de la Caraïbe à Port-au-Prince. Ils disent n’importe quoi.

« Ça, c’est un carnaval organisé sous une autre forme pendant 10 jours. Je souhaite que la pluie se mêle chaque jour de la partie. Ce soir aussi », lâche un homme dans la trentaine qui semble ne pas donner son adhésion à l’organisation de la 12e édition du CARIFESTA en Haïti.

La place, communément appelée « Place Pompier », inachevée après déjà plusieurs mois de rénovation, est ouverte pour la circonstance. La façade qui donne sur la Place d’à côté, celle appelée Pétion, offre une vue très attrayante. La beauté architecturale des maisonnettes érigées le long de la rue en témoigne. Mais ce n’est que maintenant, constate-on, qu’on s’active à mettre les dernières couches de peintures et autres.

A deux pas, dans le voisinage de la faculté d’Ethnologie, jusqu’en face de l’ancien Rex Théâtre, sont dressés deux stands. L’un, selon toute vraisemblance, destiné à recevoir les groupes musicaux, est placé directement à l’ange des rues.

Entre-temps, des gens continuent de faire des commentaires. « Martelly a beaucoup travaillé. On peut dire n’importe quoi de lui, mais il copie bien », opine un autre jeune homme dans une causerie de camaraderie.

« A vrai dire, si l’on se rappelle ce Champ de Mars après le tremblement de terre de 2010, on peut dire qu’il travaille vraiment », rétorque son ami, pendant que les deux jeunes gens observent et visitent les maisonnettes dressées sur la Place Pétion pour accueillir les artisans et leurs œuvres.

Néanmoins, il faut le dire, il était 3 heures de l’après-midi, la foule n’était pas au rendez-vous comme on pouvait le constater aux temps des trois jours gras au Champ de Mars, a observé HPN.

 

Texte et photo : Alix Laroche

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

 

HPN Sondages

7/7 Hebdo

Actuellement Sur HPN....

Nous avons 452 invités en ligne


Rechercher dans le site

Facebook

FOR USA & CANADA RESIDENTS ONLY


To receive HPN tweets on your mobile
USA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 40404
CANADA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 21212

 

Follow hpnhaiti on Twitter