• Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Haiti-peintures:Guyodo et Sébastien Jean: Transe-Figuration aux Ateliers Jérôme

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 6
MauvaisTrès bien 

Depuis le 16 décembre 2011, les sculptures de Frantz Jacques dit Guyodo et les toiles de Sébastien Jean sont exposées aux Ateliers Jérôme, et ce, jusqu’au 16 janvier 2012. Une exposition qui nous invite, de manière assez discrète, à prendre le pouls de l’imaginaire haïtien aux prises avec le chaos. L’aventure est intéressante ! Plus d’une dizaine de toiles et (6) six sculptures pour tenter de jouir esthétiquement des affres du séisme de janvier 2010.



Pinceaux, crayons, ciseaux et marteau en mains, Guyodo et Jean Sébastien n’ont qu’une cible : notre corps. Un corps qu’ils se figurent dans la transe d’un après-midi fatidique. Transe-Figuration, tel est d’ailleurs le titre de l’exposition.

Dans les œuvres du peintre Sébastien Jean, deux couleurs prédominent, le noir et le brun, surlignées et soulignées de traits jaunes, blancs, et bleus entrelacés jusqu’à tisser des formes intelligemment hallucinantes. Par exemple, un sourire emporté par des larmes et noyé dans une grimace. C’est à voir dans un tableau non titré et dont le numéro d’immatriculation m’échappe. Chaque ligne s’étire comme une longue fissure d’où surgit un cri. Sans conteste, le pays, depuis le 12 janvier, habite un bruit !

L’œuvre de Guyodo branle radicalement le regardeur. Avec des objets de la vie courante destinés éventuellement à la poubelle, le sculpteur modèle le corps tel qu’il a été mâché par les dents du béton.


Des objets ordinaires : cuir, métal, crâne, plastique recyclés s’assemblent suivant une logique difficilement descriptible pour créer une résonnance poétique. Selon la combinaison, l’objet réel échappe à sa propre réalité pour prendre d’assaut l’art dans sa magie et exprimer l’horreur des (35) secondes pendant lesquelles la terre d’Haïti a brouillé ses propres fils et filles. Nos routes et chemins brassés, on allait sans repères, ce soir là. Les artistes se le rappellent.

Dans une des pièces de Guyodo, elle est identifiée au numéro 007, toute une famille, entassée dans une chaise roulante, s’enfuit. Où va-t-elle? Difficile de le savoir. Les deux seuls indicateurs disponibles, les pieds de l’homme et son pénis en érection, sont équivoques. Ses pas semblent se diriger vers la gauche, mais son pénis indique clairement qu’il veut aller droit devant lui. En vous faisant ce récit, je pense au poète critique Gary Augustin qui, à la vue de cette sculpture, a déclaré : « Je préfère le ‘C’est quoi ça?’ » au « Ô c’est joli ! » pour mettre en exergue l’intérêt infini suscité chez nous par les œuvres de l’artiste.

L’Exposition Transe-Figuration est à découvrir. Les œuvres de Guyodo et celles de Sébastien Jean sont à contempler. Mais, sur fond de questionnement, de crise et malaise.


Robenson D’Haïti

 

Sur le meme sujet


HPN Sondages

7/7 Hebdo

Actuellement Sur HPN....

Nous avons 710 invités en ligne


Rechercher dans le site

Facebook

FOR USA & CANADA RESIDENTS ONLY


To receive HPN tweets on your mobile
USA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 40404
CANADA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 21212

 

Follow hpnhaiti on Twitter