• Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Haïti-Elections : Les partis politiques font face à de sérieux problèmes de fonds

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 1
MauvaisTrès bien 

Des leaders de partis politiques regrettent que gouvernement ne se soit jamais décidé à leur accorder la subvention prévue par la loi alors que la campagne électorale s’ouvre ce 8 juillet. Pour eux, c’est la preuve que les autorités concernées ne veulent pas d’élections dans le pays cette année. Tandis que ces responsables de partis s’inquiètent, le président du conseil électoral donne la garantie que  les élections législatives auront lieu à la date prévue, soit le 9 août prochain.


A pratiquement un mois du début des opérations électorales, à savoir la tenue des élections législatives, le président du CEP demeure confiant. Selon Pierre Louis Opont, les 38 millions de dollars nécessaires à la réalisation du scrutin du 9 août est déjà disponible, le conseil électoral provisoire ne ratera cette date programmée sous aucun prétexte.


‘’Les élections législatives auront lieu. Les bureaux de votes s’ouvriront le 9 aout à 6 heures AM’’, a laissé entendre M. Opont lors d’une rencontre, le mardi 7 juillet, avec des membres de partis.

 

Alors que la campagne dans le cadre des législatives s’ouvre ce mercredi 8 juillet, à date le gouvernement d’Evans Paul n’a pas encore décaissé de fonds pour la subvention des partis.


Ce qui pousse le leader de la KID Enold Joseph à s’en inquiéter de la tenue effective du scrutin. Il appelle les autorités à faire preuve de responsabilités.

Outre l’absence de financement des partis politiques, d’autres facteurs extérieurs laissent planer des doutes sur la réalisation des élections, de l’avis du responsable du mouvement progressiste pour l’avancement des masses (MOPAM).

En effet, John Joël Joseph est préoccupé par l’expulsion prochaine de milliers d’haïtiens en provenance de la la République Dominicaine, qui risque de perturber la situation socio-économique du pays. Ajouter à cela, l’ancien sénateur exprime ses craintes par rapport aux candidats écartés qui, dans leur frustration, envisagent de jouer aux trouble-fêtes.

Tout comme les leaders de la KID et du MOPAM, l’ancien sénateur Westner Polycarpe candidat à la présidence croient que la bonne volonté du CEP ne suffit pas  pour mener à terme les élections.


Il pense que le gouvernement devrait donner un signal fort en faisant preuve du respect de la loi sur le financement des partis politiques et du décret électoral.

Notons que 500 millions de gourdes, c’est le montant prévu dans la loi de finances pour la subvention des partis politiques.

 

Sur le meme sujet


Bannière

Facebook

FOR USA & CANADA RESIDENTS ONLY


To receive HPN tweets on your mobile
USA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 40404
CANADA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 21212

 

Follow hpnhaiti on Twitter