• Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Elections-manifs : Plusieurs manifestants blessés par balles, dont deux candidats à la présidence

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Partant devant les ruines de l'église Saint Jean Bosco, au centre-ville, en passant au Bel’air pour atteindre Pétion-ville, la manifestation lancée à l’initiative de plusieurs organisations et partis politiques de l’opposition, le mercredi 18 novembre 2015, a été dispersée par la police, aux environs de deux heures, à coups de gaz lacrymogènes et de balles en caoutchouc. Bilan, plusieurs blessés par balles dont deux candidats à la présidence, Steven Benoit et Moise Jean Charles, dans les parages du CEP.

 

Le sénateur en fonction Steven Irvenson Benoit a été touché par balle, notamment au niveau de la tête lors de la manif organisée par plusieurs organisations et partis politiques pour dénoncer les résultats partiels de l’élection présidentielle, et l’éviction du processus électoral de Jovenel Moïse, candidat du PHTK, pour fraudes massives dont il est le grand bénéficiaire.

 

 

Le sénateur fut transporté d’urgence au centre hospitalier Eliazar Germain de Pétion-ville pour les soins que nécessitait son cas.

«La police a tiré à hauteur d’hommes sur la foule dans les parages du CEP et j’ai été touché par une balle en caoutchouc au niveau du crâne et des côtes. Heureusement, il n y a pas eu de pénétration mais je suis blessé. Rien de grave», a informé le sénateur-candidat à la présidence Steven Benoit, quittant l’hôpital vers les quatre heures pm.

«Les médecins n’ont signalé aucun problème. Donc, je dois seulement prendre des antibiotiques», a ajouté Steven Benoit qui annonce la prise commune d’une importante décision dès jeudi, pour la suite de la mobilisation qui ne fait que commencer.

Blessé au niveau du visage au moment où il allait s’adresser à la foule, le candidat de Pitit Dessalines Moise Jean Charles, a appelé à la poursuite de la mobilisation pour forcer le CEP à respecter le choix des haïtiens aux élections de 2015.

«Ces manœuvres du pouvoir en place ne visent qu’à nous intimider et nous affaiblir dans la bataille pour le respect des droits du peuple haïtien », a laissé entendre l’ex sénateur Moise Jean Charles, signalant qu’il n’y a eu aucune forme de provocation au niveau de la foule, et que les policiers ont commencé à tirer à bout portant.

Le cheval sur lequel se trouvait le candidat moise a reçu plusieurs projectiles, et s’était remarqué sans guide dans les parages du CEP pendant quelques minutes après les dérapages occasionnés par des tirs policières pour disperser la manif’.

Evens PIERRE-LOUIS

 

Bannière

Facebook

FOR USA & CANADA RESIDENTS ONLY


To receive HPN tweets on your mobile
USA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 40404
CANADA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 21212

 

Follow hpnhaiti on Twitter