• Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Haïti-élections: La CEEI n’a rien recommandé pour sortir le pays de la crise, selon l’IMED

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 1
MauvaisTrès bien 

 

L’Institut Mobile d’Education Démocratique (IMED) dit  prendre acte de la publication du rapport de travail de la Commission d’Evaluation Electorale Indépendante (CEEI)  mis en place par le pouvoir Exécutif sans consultation avec des acteurs de la société civile. Après 11 jours de travail, ce rapport n’apporte quasiment rien de nouveau dans la recherche des solutions concertées à la crise électorale que connait le pays depuis le 9 août 2015, a fait savoir l’Institut.

 

«Au contraire, le travail de la commission a semé plus de confusion au sein la société haïtienne en générale et de la classe politique en particulier. », a-t-on lu dans une note de l’IMED portant la signature de sa directrice exécutive, Kettly Julien.

Dans cette note, l’IMED dit apprendre avec stupéfaction que la CEEI, dans le cadre de son travail, n’a pas pu rencontrer les candidats à la présidence du G-8 et ceux du G-30 alors qu’ils sont des acteurs importants dans la crise actuelle.

« En prenant connaissance d’un document de 14 pages et les annexes, IMED constate que le rapport de la commission ne fait que reprendre et officialiser les dénonciations de fraudes qui ont été déjà signalées par des organismes nationaux d’observation électorale ».

Les résultats de ces travaux, selon la Directrice exécutive de l’IMED, reprend également les allégations de corruption des certains groupes politiques à l’endroit des membres de l’appareil électoral. En ce sens, l’IMED, comme organisme qui participe à l’observation électorale, se demande quand le rapport de la commission sera terminé et pourquoi tous ces non dits ?

«Tout compte  fait, "la Rapport" de la Commission ne fait que conforter le gouvernement et le Conseil électoral provisoire dans ses dérives anti-démocratiques et les positions cavalières dans la recherche des solutions inappropriées et cosmétiques à la crise politico-électorale qu’ils ont eux-mêmes créée. Ces comportements sont contraires au principe de la participation citoyenne et de la souveraineté populaire », a  écrit Mme Julien.

Compte tenu de cette situation, l’IMED dit craindre que, d’une part que, ces "comportements irresponsables" de l’Exécutif en place, ne mettent pas en péril les acquis démocratiques et constitutionnels. D’autre part, il craint que les dates butoirs du 11 janvier et 7 février 2016 pour la rentrée parlementaire de la 50e législature et l’installation d’un nouveau président de la République ne soient pas hypothéquées au profit des intérêts mesquins.

L’IMED recommande, en ce sens, au président et au gouvernement de la République de s’asseoir avec les acteurs politiques et de la société civile afin de trouver une solution à la crise, avec pour seul gagnant: Haïti.

 

Sur le meme sujet


Bannière

Facebook

FOR USA & CANADA RESIDENTS ONLY


To receive HPN tweets on your mobile
USA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 40404
CANADA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 21212

 

Follow hpnhaiti on Twitter