• Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Elections-Corruption : «Le conseiller Vijonet Démero n’est pas en cause», soutient la FPH

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 2
MauvaisTrès bien 

 

Accusé de corruption, aucune charge ne serait pour le moment retenue contre le conseiller électoral Vijonet Démero, représentant du secteur protestant au sein du CEP. La fédération protestante d’Haïti (FPH) qui partageait, vendredi 8 janvier, les conclusions du rapport d’enquête de sa commission d’éthique, se veut ferme la dessus mais menace de sanctionner le conseiller Démero au cas où des preuves tangibles viendraient altérer ce qu’elle considère jusqu’ici comme la vérité.

 

 

 

«Le pasteur Demero a fait l’objet de graves accusations de corruption. A la recherche de la vérité, la FPH s’était saisie du dossier et exigé que la commission d’éthique de la fédération diligente une enquête autour de la question», lance le Pasteur Sylvain Exantus, président de la fédération protestante d’Haïti, soulignant qu’«il est un peu facile ici que des individus disent n’importe quoi pour en finir avec d’autres».

Selon le rapport de l’enquête initiée pendant plus d'une semaine par la commission d’éthique de la  fédération protestante d’Haïti,  de concert avec d’autres instances dont le réseau national de défense des droits humains (RNDDH), le conseiller Démero qui fait office de secrétaire général  du CEP n’est pas directement concerné par ces accusations.  Il n’est donc pas en cause.

«Nous autres représentants de l’Eglise qui doit demeurer une institution morale, nous sommes restés ouverts à quiconque aurait en sa possession des preuves tangibles sur cette question de corruption ciblant le conseiller Démero, et nous prendrons les décisions qu’il faut», a fait savoir le pasteur Sylvain Exantus, avant de conclure que «pour l’instant aucune charge n’est retenue contre le représentant du secteur protestant au CEP».

Rappelons que le conseiller Démero avait, lors d une conférence de presse le 18 décembre dernier, apporté un démenti formel aux accusations du sénateur Simon Dieuseul Desras l’accusant d’avoir reçu  la somme de 30 000 mille dollars américains d’un candidat à la députation, ajoutant que «la justice électorale n’est pas à vendre», et qu’il n’avait jamais fait l’objet de marchandages électoraux dans l’exercice des ses fonctions.

Evens PIERRE-LOUIS

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

 

Bannière

Facebook

FOR USA & CANADA RESIDENTS ONLY


To receive HPN tweets on your mobile
USA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 40404
CANADA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 21212

 

Follow hpnhaiti on Twitter