• Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Haïti-RD-Culture : « Et pourtant je suis Dominicaine »

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 1
MauvaisTrès bien 

Jean Yves Fernand est un compatriote qui est en train de faire des études philosophiques en République Dominicaine. Mais son instinct d’artiste l'a toujours poussé à faire des réflexions profondes concernant les deux peuples. Aussi met-il en exergue son imaginaire et son esprit créatifs via ses pinceaux et ses acryliques pour accoucher de belles œuvres. « Et pourtant, je suis Dominicaine », est une nouvelle réflexion née de sa nouvelle œuvre d’art que l’auteur partage avec les lecteurs d’Haiti Press Network.

 

 

Réflexion

Suite à la sentence du Tribunal Constitutionnel de la République Dominicaine [0168-13], datée du 23 septembre 2013–celle d’enlever la nationalité dominicaine à des dizaines de milliers de citoyens dominicains d’origine étrangère dont la grande majorité est haïtienne–, en tant qu’artiste, depuis ce jour-là, je ne pensais qu’à une seule chose: comment, à travers mes pinceaux, exprimer la souffrance que vivent ces nombreuses personnes touchées par cette loi injuste et inhumaine.

Quand on écoute chacun d’eux, leurs témoignages se rejoignent toujours à travers des questions très touchantes qu’ils se posent, entre autres: « Pourquoi mes parents étaient venus ici ? Pourquoi suis-je né ici ? ». Cependant, en dépit de toutes ces interrogations relatives à leur existence, ils ne doutent pas une seule fois qu’ils sont des authentiques dominicains et dominicaines comme tous les autres en murmurant chacun avec certitude étonnante et parfois déchirante: « …et pourtant je suis dominicain ou dominicaine ».

Quand on remonte dans l’histoire–soit le 22 juin 1633 à Rome–, presque la même chose s’était produite. En fait, ce n’était pas une dénationalisation cette fois-ci, plutôt une rétractation d’une affirmation étant devenue incontestable de nos jours. À l’époque, l’Église avait obligé à Galileo Galilei, par le biais d’un serment, de rejeter son affirmation claire et nette concernant la rotation de la terre autour du soleil, et non pas son inverse comme on le concevait jadis. Selon ses contemporains, après avoir prononcé ce fameux serment, Galileo Galilei a murmuré : « …et pourtant elle tourne ».

Donc, dans ma peinture, j’ai osé comparer ces deux affirmations que je trouve, d’une façon ou d’une autre, nouées l’une à l’autre: celle de Galileo Galilei et celle des dominicains d’ascendance étrangère et plus particulièrement ceux d’origine haïtienne ayant chacune comme point commun : « …et pourtant… ».

Au cœur de ces deux, il existe une forte espérance ; l’espoir qu’un jour la vérité triomphera. Pour la première, l’Église a pris des siècles pour accepter l’affirmation voire même la certitude de Galileo Galilei au sujet de ce que l’on appelle de nos jours l’héliocentrisme et faire ses mea-culpa, à savoir : « le soleil est le centre du monde et il est immobile, la terre n’est pas le centre et elle tourne autour du soleil ». Cependant, pour la seconde, on ne sait pas dans combien de temps que le Tribunal Constitutionnel dominicain va être en mesure de reconnaître qu’il était dans l’erreur.

En guise de conclusion, étant donné que dans mes œuvres d’art les symboles ont toujours des importances éléphantesques, c’est-à-dire, rater le sens d’un seul d’entre eux peut causer une incompréhension capitale du vrai sens de l’œuvre dans son ensemble. En ce sens, je ne veux pas finir sans attirer l’attention sur un symbole culminant de cet ouvrage de peinture, la médaille en forme de cœur que porte cette jeune fille. Dans cette médaille, s’est gravé le portrait de Galileo. En effet, cela veut dire quoi ? En peu de mots, cela veut dire que la jeune fille porte une pièce de métal gravée en souvenir d’un personnage antécédent qu’elle aime et qu’elle considère comme un héros, un modèle à suivre, quelqu’un qui a été aussi victime d’une sentence défavorable à son égard mais qui a su l’affronter avec beaucoup d’intelligences et que tout le monde donne raison maintenant. À son tour, le Tribunal Constitutionnel donnera-t-il raison un jour à ces dizaines de milliers de victimes ?

En fin de compte, Dieu seul sait comment se terminera cette triste histoire qui vient de prendre cette tournure effrayante immédiatement après la sentence du Tribunal Constitutionnel. Que Dieu les accompagne dans cette lutte difficile mais possible à gagner !

Jean Yves Fernand

Étudiant haïtien en philosophie, République Dominicaine

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

7/7 Hebdo

Actuellement Sur HPN....

Nous avons 260 invités en ligne


Facebook

FOR USA & CANADA RESIDENTS ONLY


To receive HPN tweets on your mobile
USA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 40404
CANADA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 21212

 

Follow hpnhaiti on Twitter