• Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Dialogue binational : « première réunion, premiers résultats positifs », selon Edwin Paraison

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 3
MauvaisTrès bien 

L’ex-ministre des Haïtiens vivant à l’étranger sous le gouvernement du président René Préval, M. Edwin Paraison a qualifié de positifs, les résultats globaux de la première réunion, tenue à Ouanaminthe (Haïti) le lundi 7 janvier, entre autorités haïtiennes et dominicaines, dans le cadre du dialogue binational engagé sur les questions migratoires, frontalières, environnementales, sécuritaires et économiques.

Selon M. Edwin Paraison, ces grands termes sur lesquels se sont dégagées de grandes préoccupations surtout du côté haïtien, ont été touchés avec une note plus ou moins positive, quoique, souligne-t-il, la question relative à l’arrêt 168-13 ne soit pas abordée de façon très claire.

Cependant, reconnaît l’ancien ministre Paraison, une sorte de consensus bilatéral qui n’évoque toutefois pas le sujet directement, a quand même été trouvé, débouchant ainsi sur une déclaration conjointe, de laquelle la partie dominicaine qui parle de la préparation d’une « Loi spéciale de naturalisation » y relatif, s’est engagée à respecter les droits fondamentaux des Dominicains d’origine haïtienne.

« Avec la présence des amis de la communauté internationale sur le terrain à Ouanaminthe, cette question épineuse a été l’objet de discussions très houleuses entre les deux parties pendant environ trois heures de temps », a appris M. Paraison qui intervenait mercredi sur les ondes de radio Magik 9.

Néanmoins, l’ancien prêtre catholique qui parlait au nom de la société civile, exprime son désaccord par rapport à cette formulation dite : « Loi spéciale de naturalisation » évoquée par les autorités dominicaines.

D'après le religieux, on ne peut pas demander à des Dominicains de naturaliser Dominicains de nouveau. De ce fait, il plaide plutôt pour un « acte de confirmation de la nationalité dominicaine » pour des personnes qui, probablement, ajoute-t-il, auraient eu des « vices de forme » dans leur acte de naissance.

M. Paraison qui travaillait naguère comme prêtre de l’Église épiscopale en République dominicaine, a expliqué cette question de « vices de forme » par le fait, apprend-il, qu’il existe une pratique courante en territoire voisin, où des Dominicains nés de parents haïtiens vivant surtout dans des zones rurales d’accès difficile et privés de documents d’identification, bénéficient de la déclaration de naissance faite par des Dominicains d’origine.

« C’est cette pratique commune avalisée pendant longtemps par l’État dominicain que les autorités actuelles déclarent irrégulière et inacceptable. Pour toutes ces personnes qui font l’objet de pareils cas où leur acte de naissance soulève un questionnement légal, les autorités ont pris l’engagement à reconnaître leur nationalité dominicaine, en reconfirmant cette nationalité déjà acquise », a fait savoir Edwin Paraison.

En conclusion, M. Paraison s’est dit réjoui du fait que les dirigeants des deux pays s’engagent à renforcer un espace de haute importance pour la promotion du dialogue entre les deux parties, susceptible de gérer les potentiels conflits qui puissent surgir entre les deux nations sœurs sur différents dossiers.

Entre-temps, les autorités haïtiennes et dominicaines se donnent rendez-vous le 3 février prochain pour la continuité de cette série de discussions dites dialogue binational qui vise à vider les différents contentieux qui handicapent le fonctionnement des deux pays.

 

Alix Laroche

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

 

Sur le meme sujet


7/7 Hebdo

Actuellement Sur HPN....

Nous avons 315 invités en ligne


Facebook

FOR USA & CANADA RESIDENTS ONLY


To receive HPN tweets on your mobile
USA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 40404
CANADA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 21212

 

Follow hpnhaiti on Twitter