• Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Haïti - Minustah : L’Uruguay projette de diminuer son contingent à partir de février 2015

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

 

Le Parlement Uruguayen a approuvé, le lundi 29 décembre 2014, la prolongation du mandat de leur contingent militaire comportant environ 600 soldats faisant partie de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Haïti (Minustah), mais projette de le diminuer à 250 du 28 février au 31 décembre 2015, apprend Haïti Press Network.

 

Cette décision a été prise par l’adoption d’un projet de loi par les deux branches du Parlement dont le contenu repose sur trois articles, selon ce que rapporte l’agence Efe.

Le premier concerne l'extension du mandat de la totalité du contingent militaire en Haïti, tandis que le second prévoit une réduction de la quantité de février à décembre 2015 et le troisième autorise le gouvernement à faire une réduction des troupes ou à procéder à leur retrait total en même temps.

L'origine de la présence de l'Uruguay en Haïti remonte à juin 2004, à la suite des événements qui ont conduit au départ du président Jean Bertrand Aristide.

Les autorités uruguayennes ont adopté en 2013 une résolution visant à réduire ses forces de 33%.  Une décision effective en avril 2014. A présent, il est établi qu’à partir du 28 février 2015, 355 autres militaires retourneront au bercail.

L'Exécutif Uruguayen maintient son intention de réduire leur présence militaire au sein de la Minustah tout en voulant aider, dit-il, Haïti à construire une police qui soit capable de prendre en charge la sécurité.

Le Conseil de sécurité de l'Organisation des Nations Unies a accepté, en octobre 2014, de renouveler pour un an le mandat de sa mission dans le pays, mais avec une nouvelle réduction du nombre de ses militaires.

La résolution onusienne affirme que la mission devrait être en mesure de maintenir la sécurité dans la perspective des prochaines élections législatives, municipales et présidentielles.

Cette initiative du parlement uruguayen a suscité bon nombre de controverses entre députés et sénateurs. Le projet de loi sera soumis au président José Mujica pour promulgation.

 

 

Milo Milfort

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

 

 

Sur le meme sujet


HPN Sondages

7/7 Hebdo

Actuellement Sur HPN....

Nous avons 446 invités en ligne


Rechercher dans le site

Facebook

FOR USA & CANADA RESIDENTS ONLY


To receive HPN tweets on your mobile
USA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 40404
CANADA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 21212

 

Follow hpnhaiti on Twitter