• Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Haïti-séisme: les sinistrés du Camp Grace Village veulent partir

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 9
MauvaisTrès bien 

Quatre ans après le passage du séisme dévastateur du 12 janvier, le sort des 592 familles occupant le Centre d’hébergement « Grace Village », dans la commune de Carrefour ne semble pas préoccuper les autorités en place.

 

 

Entre la volonté absolue des sinistrés de quitter de ce lieu morbide mais qui n’ont nulle part à y aller et l’opiniâtreté du propriétaire du terrain voulant récupérer à tout prix son bien, il y a le laxisme des autorités en place, qui selon les déplacés ne se soucient guère de leur sort.

Situé à Lamentin 54, dans la Commune de Carrefour ( Sud-ouest de Port-au-Prince), le camp « Grace Village » avec 592 familles dont 842 enfants est actuellement l’un des plus grand centre accueillant les sinistrés du séisme du 12 janvier. Dans ce centre la situation est critique.

Les réfugiés confrontent toutes sortes de difficultés : absence de soin de santé, conditions socio-économiques précaires, absence d’assainissement etc.

On peut y remarquer deux ou trois fosse béantes qui servent de latrines pour des milliers de personnes. Ainsi, les sinistrés sont-ils exposés à toutes sortes de maladies dans cet espace dégageant une odeur nauséabonde et privé d’eau potable.

"Durant les périodes pluvieuses, plusieurs cas de choléra sont enregistrés", a expliqué un responsable du centre. Menacés d’expulsion, les occupants du camp Grace Village ne réclament qu’une chose : l’intervention du gouvernement haïtien pour les retirer de ce lieu qu’ils qualifient d’invivable.

« Ils le font pour les camps à Pétion Ville et les zones avoisinantes, nous attendons qu’ils fassent autant pour nous autres, », dit Georges, père de 3 enfants.

« Nous sommes conscient que ce local ne nous appartient pas et qu’il a bien un propriétaire, mais le problème c’est que nous n’avons nulle part où aller, s’est plainte Madeline Jean Charles.

D’un autre côté, les sinistrés ont dénoncé les moyens utilisés par le propriétaire du terrain, un pasteur influent de la commune, pour les chasser du camp. Selon les victimes, ce dernier a employé certains agents des forces de l’ordre et parfois même des bandits pour les intimider.

« Maintenant nous ne subissons plus les répressions policières, mais les bandits continuent jusqu'à hier soir à nous nuire en lançant des pierres », a raconté Marleine .

Par ailleurs, le vice président du comité du camp Lestin Francy a fait savoir que des démarches ont été entreprises auprès des autorités pour bénéficier du programme de relocalisation baptisé 16/6.

Cependant, selon M. Lestin, le délai de 6 mois garanti par les responsable du programme est trop long vu la pression exercée par le propriétaire du terrain.

Conscientes de la gravité de la situation, les autorités ont donné la garantie qu’elles vont faire de leur mieux pour résoudre le problème au plus tard le mois de février, a indiqué le vice président du camp « Grace Village ». Néanmoins, cette promesse, qui n’est pas la première, ne semble pas encore convaincre les déplacés qui menacent de bloquer la commune de Carrefour qui, à elle seule relie 5 départements, au cas où les autorités ne tiennent pas leur promesse.

Texte de Wilner Jean Louis/ Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Photo d'archives et Jameson Roland

Mise à jour le Vendredi, 24 Janvier 2014 11:59  

Sur le meme sujet


HPN Sondages

7/7 Hebdo

Actuellement Sur HPN....

Nous avons 342 invités en ligne


Rechercher dans le site

Facebook

FOR USA & CANADA RESIDENTS ONLY


To receive HPN tweets on your mobile
USA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 40404
CANADA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 21212

 

Follow hpnhaiti on Twitter