• Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Haïti-séisme : Deux ans après les édifices publics encore en ruines

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Plus de la moitié des édifices publics ont été soit détruits ou endommagés par le séisme du 12 janvier 2010. Deux ans après, certains parmi  des bâtiments logeant l’administration publique fonctionnent encore dans des préfabriqués voire même sous des tentes.

 



La destruction des infrastructures causée par le séisme dévastateur du 12 janvier au niveau de l’administration publique est énorme. Le Palais présidentiel, le Parlement, le Palais de Justice, la majorité des bâtiments des Ministères et de l’administration publique ont été détruits.

Deux ans après, le puissant tremblement, aucun de ces bâtiments publics ne sont encore reconstruits. Le personnel de l’administration publique se trouve dans l’obligation de s’adapter à de nouvelles conditions de travail contenant son lot de difficultés.

C'est le cas de la Direction Générale des Impôts (DGI), qui avant le séisme, fonctionnait à la rue des casernes dans un bâtiment de 5 étages faisant chacun plus de 200m2 d'espaces de bureau. La DGI évolue maintenant à l’avenue Christophe dans l’ensemble sur un espace de 1889 m2, selon les informations fournies par M. Robert Joseph, directeur général de l’institution.

Si M. Joseph s’enorgueillit de rendre quand même le nouveau espace opérationnel, il a avoué avoir fait face à quelques difficultés l’obligeant à adopter une réorganisation administrative et de nouvelles structures organisationnelles.

«  Les services ne sont plus éparpillés sur 5 étages, on a du regrouper les services essentiels de base sur le même pallier dont un seul guichet pour la réception des contribuables qui viennent déposer leur déclaration », a expliqué le Directeur de la DGI qui a ajouté qu’à cause du manque d’espace le bureau central de Port-au-Prince est obligé de surseoir sur le service de matricules fiscales qui drainent beaucoup de gens.

Comme autres inconvénients rencontrés à la DGI, environ 6% du personnel ne trouve pas d’espace pour s’asseoir convenablement, selon M. Joseph qui s’est dit quand même satisfait des services fournis par l’institution en dépit de ces conditions de travail.

Il faut noter que selon un cadre de l’institution, la non-identification des différents services  pose également quelques problèmes aux contribuables.

La situation n’est pas  différente au ministre des affaires étrangères et des cultes  (MAEC) qui à cause de l’exigüité de leur nouveau espace a opté  pour un système de rotation où les employés qui sont environ 400 ne peuvent pas venir travailler tous les jours comme avant, a fait savoir Jean Poincy, coordonnateur de l’unité d’études et de programmation du MAEC.


Tout en permettant à l’institution de  remplir, en dépit de tout, toutes ses fonctions, cette nouvelle méthode de travail, reconnait toutefois, M. Joincy,  n’est pas l’idéal car certains employés sont débordés en accomplissant les taches des autres durant leur absence.

Cette situation est idem et même pire  pour  plusieurs autres  employés des bureaux de l’administration publique dont certains se voient même accomplir leur besogne sous des tentes. Pourtant, ils ne savent pas encore à quand la fin de ce calvaire.

Le 25 novembre dernier, le gouvernement Martelly-Conille a procédé au lancement de l’Unité de coordination pour la reconstruction (UCR) ayant pour mission de faciliter la construction des bâtiments administratifs publics détruits par le séisme du 12janvier.

Toutefois, répondant aux questions de la presse, le responsable de communication du bureau du Premier ministre Jacky Cantave a fait savoir que « pour l’instant, il n’ya rien est encore décidé, il n’y a pas encore de projet défini »

Alors qu’après de deux ans, l’état haïtien n’a rien encore reconstruit en termes de bâtiment publics, notons que le marché en fer est le premier édifice public ayant  été restauré et ce par une compagnie étrangère seulement un an après le séisme.

Notons également le Campus universitaire  de Limonade (Nord d’Haïti) offert  à Haïti par le gouvernement dominicain construit seulement en l’espace d’un an et demi.


Wilner Jean Louis
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Mise à jour le Vendredi, 13 Janvier 2012 18:07  

Sur le meme sujet


HPN Sondages

7/7 Hebdo

Actuellement Sur HPN....

Nous avons 215 invités en ligne


Rechercher dans le site

Facebook

FOR USA & CANADA RESIDENTS ONLY


To receive HPN tweets on your mobile
USA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 40404
CANADA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 21212

 

Follow hpnhaiti on Twitter