• Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Haiti-droits : "La situation des droits humains extrêmement grave, mais surmontable"

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 1
MauvaisTrès bien 

 

La situation des droits humains en Haïti est extrêmement grave, mais elle est surmontable pourvu que cinq conditions fondamentales soient remplies, a fait savoir Gustavo Gallón, l’Expert indépendant sur la situation des droits de l’homme en Haïti.

 

Ces 5 conditions sont, selon M. Gallon, une volonté politique forte du Gouvernement et de la communauté internationale, une participation active de la société civile, un consensus sur les problèmes à résoudre en priorité, une concentration et une coordination des efforts dans la même direction, et une solide persévérance de ces efforts pour atteindre les objectifs définis.

Gustavo Gallón a proposé un traitement de choc pour certains aspects clés de la situation des droits humains dans le pays, qu’il considère comme très complexe mais surmontable. L’Expert indépendant a mené une mission en Haïti en septembre 2013, à Port-au-Prince et à Jacmel.

Se basant sur les diagnostics établis par ses prédécesseurs, qu’il partage, l’expert a identifié cinq principaux problèmes qui contribuent à la commission de violations des droits de l’homme en Haïti et qui méritent des mesures urgentes.

Il s’agit de l’inégalité sociale, qui fait qu’une grande partie de la population manque de ressources et n’a pas accès aux droits économiques, sociaux et culturels; la situation déplorable des personnes privées de liberté, en particulier le problème de la détention préventive prolongée; la faiblesse de l’état de droit; les violations des droits humains commises dans le passé;  l’impact sur les droits de l’homme des catastrophes qui ont frappé Haïti.

Dans son rapport, l’expert indépendant aborde en particulier la situation des personnes déplacées dans des camps principalement à la suite du séisme de 2010, l’épidémie de choléra et la situation des personnes d’origine haïtienne qui pourraient se retrouver apatrides.

Voici quelques unes des recommandations proposées par l’expert indépendant des Nations-Unies pour améliorer la situation de droits humains en Haïti :

La réduction de la surpopulation carcérale, l’aménagement de services sanitaires hygiéniques dans les prisons, l’approvisionnement en nourriture pour les détenus et, surtout, la mise en liberté ou la définition de la situation juridique des personnes en détention préventive prolongée.

Le renforcement de l’état de droit, à travers la consolidation des institutions, est complexe et nécessite du temps. L’assistance technique d’un expert, sur laquelle la Ministre déléguée et l’Expert indépendant se sont accordés, serait un pas dans cette direction. Mais certaines mesures doivent être prises dès maintenant, notamment en ce qui concerne les « restavèks » et les populations à risque.

Une Commission de protection des droits des enfants chargée de faire face au phénomène des «restavèks», proposée par la Rapporteuse spéciale sur les formes contemporaines d’esclavage lors de sa visite en 2009  devrait être établie rapidement.

Mise à jour le Samedi, 01 Mars 2014 11:05  

HPN Sondages

7/7 Hebdo

Actuellement Sur HPN....

Nous avons 369 invités en ligne


Rechercher dans le site

Facebook

FOR USA & CANADA RESIDENTS ONLY


To receive HPN tweets on your mobile
USA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 40404
CANADA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 21212

 

Follow hpnhaiti on Twitter