• Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Haïti-OEA : Le Mécanisme anti-corruption de l’OEA a adopté le rapport sur Haïti

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 4
MauvaisTrès bien 

 

Le Comité d’experts du Mécanisme de suivi de la mise en œuvre de la Convention interaméricaine contre la corruption (MESICIC) de l’Organisation des États Américains (OEA) vient d’adopter le premier rapport sur Haïti concernant la mise en application de ce traité dans le cadre du "Quatrième cycle d’analyse", au cours de sa vingt-quatrième réunion tenue, du 8 au 12 septembre, au siège de l’institution continentale à Washington, DC, informe l’OEA via un communiqué. 

 

Le présent rapport contient l'analyse intégrale de la mise en œuvre en Haïti des dispositions de la Convention interaméricaine contre la corruption, sélectionnées par le Comité d'experts du MESICIC pour ce cycle, ainsi que pour le Quatrième cycle que le Mécanisme effectue actuellement.

L’analyse a été menée en prenant compte de la réponse d’Haïti à un questionnaire, des informations recueillies par le Secrétariat technique du MESICIC et d'une nouvelle et importante source d'information qu'a été la visite réalisée dans le pays, du 8 au 10 avril 2014, par une commission composée de l'Équateur, du Panama et du Secrétariat technique.

Au cours de cette visite, le groupe d’analyse s’est entretenu avec des représentants de divers organismes et entités gouvernementaux et d’organisations de la société civile, du secteur privé et d’associations professionnelles sur des thèmes pertinents pour la lutte contre la corruption.

Au nombre des recommandations formulées à Haïti, en ce qui a trait aux dispositions du Premier cycle, figurent notamment  la nécessité d'établir des normes de conduite qui réglementent spécifiquement et de façon détaillée les situations éventuelles susceptibles de constituer des conflits d'intérêts pour les hauts fonctionnaires de l'Administration publique (tels les Ministres et Secrétaires d'État), pour les parlementaires et membres du Pouvoir judiciaire et du Ministère public.

Parmi les recommandations formulées au quatrième cycle figurent : renforcer l'ULCC, la CSCCA, le CSPJ et l'IGF en leur garantissant l'infrastructure nécessaire pour l'exercice adéquat de leurs attributions, ainsi que les conditions visant à attirer et retenir les ressources humaines nécessaires, en particulier dans leurs bureaux régionaux, en tenant compte de la disponibilité des ressources.

Mise à jour le Jeudi, 25 Septembre 2014 12:23  

Sur le meme sujet


HPN Sondages

7/7 Hebdo

Actuellement Sur HPN....

Nous avons 371 invités en ligne


Rechercher dans le site

Facebook

FOR USA & CANADA RESIDENTS ONLY


To receive HPN tweets on your mobile
USA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 40404
CANADA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 21212

 

Follow hpnhaiti on Twitter