• Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Haïti:« Se pa fòt mwen » (Ce n’est pas ma faute) (insertion demandée Claudie Marsan juriste)

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 6
MauvaisTrès bien 
Index de l'article
Haïti:« Se pa fòt mwen » (Ce n’est pas ma faute) (insertion demandée Claudie Marsan juriste)
Pour l'histoire
la paralysie de la peur
Nous et les autres
Perspectives
Toutes les pages

 

Je fais partie d´un peuple qui, tout au long de son histoire, n’a jamais été fautif. La phrase la plus utilisée chez nous est le titre de cet article, « SE PA FÒT MWEN ».

 

 

Tout d’abord, le commerce d’esclaves a rendu Haïti malheureux ; il y a 200 ans, les français étaient coupables des horreurs de la colonisation, c´est un fait. Ensuite, pour justifier notre état actuel, nous avons cherché des coupables chez les français puisqu´à cause de la France, nous devions payer une dette énorme pour avoir obtenu notre indépendance. Après, la culpabilité fut héritée par les américains pour avoir occupé notre territoire durant deux décennies ; et maintenant, c’est clair que la communauté internationale est, dans son ensemble, coupable de la situation de pénurie économique et sociale que traverse notre Haïti.

Comment explique-t-on l’innocence d’un peuple dans son ensemble tout au long de plus de 200 ans?  Est-ce que chez nous la responsabilité de tous nos maux relève des « blancs », des étrangers ? Et nous, qu’avons-nous fait ou pas fait? Quelle est la responsabilité des Haïtiens ? Apparemment aucune, car à n’importe quel niveau on entend la fameuse phrase : se pa fòt mwen !!!

Pendant des décennies, on nous a appris, soit à l’école ou à la maison, que la grande conquête de notre nation fut celle d’être les citoyens de la première République noire du monde, un exploit contre le grand Napoléon. On a alimenté cette fierté jusqu’à l’exténuation ; on a répété ce fait historique jusqu’à la satiété durant des générations. Mais de quelle fierté parle-t-on quand juste après 1804 on a oublié de construire le présent ou de travailler pour le futur ? Fiers de notre passé, oui !  Et du présent ? Il faut que nous arrêtions de vivre dans le passé en évoquant à tout bout de champ notre exploit d’avoir gagné la guerre contre l’esclavage. Oui, c’était une prouesse ; mais une prouesse du passé. Nous ne devons plus laisser que ce succès historique médiatise notre futur et croire que tout a été fait.

 



 

Sur le meme sujet


HPN Sondages

7/7 Hebdo

Actuellement Sur HPN....

Nous avons 293 invités en ligne


Rechercher dans le site

Facebook

FOR USA & CANADA RESIDENTS ONLY


To receive HPN tweets on your mobile
USA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 40404
CANADA ---> SEND : follow hpnhaiti | to : 21212

 

Follow hpnhaiti on Twitter